Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer
Articles originaux web

S’assembler spirituellement, calmer la peur de la pandémie

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne d’juillet 2020

Paru d'abord sur notre site le 20 avril 2020.


Il existe une liste croissante de restrictions liées aux rassemblements publics en ce moment, et c’est compréhensible. Et il est naturel et juste de soutenir les efforts visant à contenir le coronavirus. 

Mais il y a un autre type de rassemblement qui est essentiel pour guérir la crainte, particulièrement durant une pandémie. Christ Jésus l’a décrit de cette façon : « Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux. » (Matthieu 18:20)

Cette sorte de rassemblement peut avoir lieu même lorsque nous ne pouvons pas nous rencontrer en personne. C’est un rassemblement en pensée, une ouverture à la vision spirituelle de la vie que Jésus a enseignée. Et c’est l’une des choses les plus pratiques et les plus bénéfiques pour la santé que nous puissions accomplir. 

La prière collective est un puissant moyen de s’assembler, et des milliards de personnes sur notre planète s’unissent dans la simple prière que Jésus a enseignée : la Prière du Seigneur. Mary Baker Eddy, qui a fondé la Science Chrétienne, a un jour parlé de la Prière du Seigneur comme d’un « lien d’unité » et d’un « point de convergence » pour tous les chrétiens (voir Pulpit and Press [La chaire et la presse], p. 22). Ses idées sont universellement vraies, c’est une prière autour de laquelle les gens de tous horizons peuvent se rassembler. 

Dans son livre consacré à la guérison spirituelle, Science et Santé avec la Clef des Ecritures, Mary Baker Eddy donne une interprétation spirituelle de la Prière du Seigneur. Elle commence ainsi : « Notre Père qui es aux cieux ! Notre Père-Mère Dieu, tout harmonieux ». (p. 16)

J’ai expérimenté de nombreuses guérisons dans ma vie en chérissant cette idée d’un Père-Mère Dieu universel, gouvernant toute la création en totale harmonie. Une fois, alors que je me trouvais dans une partie reculée de l’Afrique, j’ai senti la fièvre me quitter lorsque le sens du mot notre Père m’a incité à inclure tout le monde autour de moi dans ma prière, y compris les moustiques. Mes prières affirmaient que nous faisons tous partie d’une seule création spirituelle entièrement harmonieuse. Comme il est dit dans la Bible : « Dieu les bénit ». (Genèse 1:22, 28) Tout ce que crée notre Dieu bon et aimant est destiné à bénir, non à nuire. Donc la création divine n’inclut certainement aucune maladie, et n’en crée aucune. Cette vision spirituelle a permis à Jésus de guérir, et elle est au cœur de sa prière. 

Alors que je priais de cette manière, la peur qui m’avait saisi a été remplacée par ce qui m’est apparu comme une abondance d’amour, l’abondance de l’amour que Dieu me porte et qu’Il porte à tout ce qui m’entoure, et la fièvre a disparu. J’étais bien.

Cette expérience et bien d’autres m’ont donné la preuve concrète du pouvoir de guérison de la prière. J’ai également entrevu ce que signifie réellement s’assembler « en mon nom », ainsi que l’enseigna Jésus. Il s’agit de se rassembler, non pas autour d’une personnalité, mais autour de l’idée universelle du Christ, la Vérité, que Jésus vécut et enseigna. Christ signifie l’oint ou celui qui est divinement inspiré. J’aime à y voir le « lien de communication » de notre divin créateur avec tous, partout.

Ouvrir nos cœurs au Christ éclaire toute notre façon de penser, nous donnant une vision spirituelle de la vie et de la santé comme étant gouvernées par Dieu, plutôt qu’une bataille pour la survie dans un monde dangereux. Le Christ est une puissance irrésistible qui nous rassemble tous, éclairant notre perception de toutes choses, nous aidant à envisager notre lien commun en tant qu’enfants d’un seul Dieu infini. C’est ce qui rend le rassemblement dans la prière si puissant. Et si porteur de guérison !

More in this issue / juillet 2020

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.