Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer
Articles originaux web

Quand une visite en personne s’avère impossible

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de février 2021

Paru d'abord sur notre site le 9 novembre 2020.


Ce serait le bon moment pour rendre visite à ma mère. Elle a actuellement besoin qu’on s’occupe d’elle avec beaucoup d’amour. Heureusement, elle habite dans la famille de ma sœur. Mais comme ils vivent dans un Etat très éloigné de l’endroit où j’habite, et à cause des restrictions imposées sur les voyages, impossible de faire ma valise pour leur rendre visite.

Bien sûr, je ne suis pas la seule à ne pas pouvoir m’approcher physiquement d’une personne chère. Alors je prie à ce sujet. Une grande part de mes prières consiste à demander à Dieu qu’Il me guide et à écouter dans le calme les idées qu’Il m’inspire afin d’avoir un point de vue plus spirituel sur la situation. J’ai été reconnaissante, au cours des années passées, d’avoir trouvé dans la Bible et dans les écrits de Mary Baker Eddy, la découvreuse de la Science Chrétienne, de sages conseils pour diriger ma vie. Ces enseignements ont élargi et approfondi ma compréhension de la prière. J’ai compris que des prières humbles et sincères peuvent faire beaucoup pour aider ceux qui prient ou pour qui on prie.

Dans un essai intitulé « Les anges », Mary Baker Eddy parle de ce contact réconfortant que nous désirons ardemment. Elle écrit notamment ceci : « Quand les anges nous visitent, nous n’entendons pas de bruissements d’ailes, et nous ne sentons pas non plus le doux effleurement de la gorge de la colombe ; mais nous reconnaissons leur présence à l’amour qu’ils font naître en nos cœurs. Oh ! puissiez-vous sentir ce contact – ce n’est pas l’étreinte d’une main ni la présence d’un être aimé ; c’est plus que cela : c’est une idée spirituelle qui éclaire votre sentier ! » (Ecrits divers 1883-1896, p. 306)

Que veut-elle dire lorsqu’elle déclare que la présence de cette idée spirituelle est plus que « la présence d’un être aimé » ? Ce serait merveilleux d’avoir la présence d’une personne aimée en ce moment. Pourtant, la Science Chrétienne m’a permis de mieux comprendre que la corporalité n’est pas la véritable identité de l’homme, de chacun de nous. Etant donné que Dieu est Esprit et que l’homme est Son image et Sa ressemblance, comme nous le dit la Bible, notre identité réelle est donc cent pour cent spirituelle. Ce qui est spirituel n’est confiné ni dans le temps ni dans l’espace. Ce n’est pas « ici » plutôt que « là ». L’idée est ici et elle est reconnaissable où que l’on soit. Ainsi, quand je pense à l’identité spirituelle véritable de ma mère, ou de qui que ce soit, et que j’aime cette personne avec une pure affection spirituelle, est-ce que je ne suis pas en réalité plus « présente » avec elle que si nos deux corps étaient assis dans la même pièce ? 

Depuis quelque temps, je me réserve de petits moments, dès que je peux, pour réfléchir aux qualités spirituelles de ma mère. Il y a son calme. Elle a toujours été certaine que Dieu l’aime et que, quoi qu’il arrive, tout s’arrangera bien. Elle est contente de ce qu’elle a. Elle a toujours vécu simplement, mais en étant satisfaite de son existence et en se sentant bénie. Je pourrais continuer cette liste. 

Se rappeler ces qualités, c’est une façon d’être conscient de « la présence d’un être aimé », en pensée sinon physiquement. Ces qualités que j’apprécie sont plus que de gentilles pensées. Le contentement, la simplicité et la confiance sont des qualités spirituelles qui nous viennent de Dieu. Elles indiquent que nous sommes un avec Lui en tant que Sa ressemblance.

Dans une allocution adressée aux membres de l’Eglise, Mary Baker Eddy disait ceci : « Là où est Dieu, nous pouvons nous rencontrer, et là où est Dieu, nous ne pouvons jamais être séparés. » (La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 131) Lorsque je lis cette phrase, je pense aux rayons qui émanent du soleil. Si l’on remontait le long d’un rayon jusqu’à sa source, on se rapprocherait du soleil et des autres rayons. Spirituellement compris, chacun de nous est pareil à un rayon de lumière, et Dieu est comme le soleil. Plus nous reconnaissons que Dieu est notre source, plus nous comprenons l’unité que nous formons avec Lui et les uns avec les autres. Il ne s’agit pas d’une proximité physique, mais d’une compréhension plus claire de la nature de Dieu en tant que Vie, Vérité et Amour infinis. Nous saisissons alors peu à peu que nous sommes inséparables de Dieu. Plus nous comprenons l’unité, l’unicité, de l’être qui est Amour infini, toujours présent, plus nous ressentons concrètement que nous sommes un avec Dieu, maintenant même, et avec toutes les choses et tous ceux qui l’expriment, ici-même et partout.

On pourrait croire qu’il s’agit là d’un beau concept abstrait destiné à nous détourner de nos besoins humains, mais je me suis vraiment rendu compte qu’en ouvrant les yeux à la présence et à la réalité de notre unité avec Dieu, je ressentais cette unité ici-même et maintenant. Penser et prier en ce sens m’a apporté un vrai réconfort, et je me suis sentie plus proche de ma mère.

Mais, pourriez-vous demander, qu’en est-il de ma mère ? Qu’est-ce qu’elle y gagne ?

Dans les premières lignes de ce texte sur « Les anges », on trouve non seulement des conseils rassurants, mais également ce qui peut être une forme de prière : « Oh ! puissiez-vous sentir ce contact » ! L’amour de Dieu est universel et impartial. Jésus fait comprendre qu’il est possible d’en faire l’expérience concrète ici-bas quand il dit à ceux qui l’écoutent que Dieu « fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et [qu’]il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. » (Matthieu 5:45) L’amour de Dieu brille naturellement, tout le temps et sur tous. De même, je reconnais dans mes prières que cet Amour qui me réconforte par « une idée spirituelle qui éclaire [mon] sentier » est également présent avec ma mère et la réconforte. Ce réconfort est réel et ressenti comme tel. Il faut juste le reconnaître, pour que ceux que nous aimons et nous-mêmes puissions l’éprouver.

Une personne de votre connaissance (ou non) a peut-être besoin de ressentir ce contact maintenant même. Soyez celui ou celle dont les prières permettront d’éclairer son sentier aujourd’hui.

More in this issue / février 2021

La mission du Héraut

La lecture du Héraut garde [la] pensée en harmonie avec le Principe divin qui gouverne l’univers entier - Dieu. Cette préparation spirituelle [...] permet de faire face aux hebdomadaires et aux journaux télévisés en affirmant la bonne nouvelle de la présence de Dieu, toujours là pour secourir et protéger. Le Héraut se compose d’articles et de témoignages écrits par des personnes qui mettent en application ce que leur apprend la Science Chrétienne, et qui ont prouvé que ses enseignements apportent la guérison et le réconfort.

– Heloísa G. Rivas, Le Héraut de la Science Chrétienne, janvier 1998

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.