Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

Témoignages

J’ai souffert, pendant cinq ans, d’une maladie de cœur que plusieurs docteurs avaient déclarée être un vice cardiaque chronique; selon l’avis de tous, je pouvais vivre longtemps, mais je devais éviter toutes les émotions. Je souffrais beaucoup, je ne pouvais pas respirer et j’avais tout le côté gauche enflé.

La joie, le réconfort, la paix et la compréhension accrue qui viennent à chaque étudiant individuel de la Science Chrétienne sont en eux-mêmes un monument érigé à Mrs. Eddy, que rien ne saurait ni toucher ni détruire.

Une profonde gratitude envers Dieu pour la Science Chrétienne me pousse à raconter ma guérison. Ma santé avait été mauvaise pendant bien des années durant lesquelles j'avais éte traité par des médecins de diverses écoles; j'avais aussi essayé de cures hygiéniques et autres, mais sans en retirer aucun profit.

Lorsque je vins à la Science Chrétienne, j'enseignais dans une école en Californie. Je souffrais beaucoup d'un mal organique, et comme il y avait dans le programme de l'école bien des choses que je n'aimais pas, je donnai ma démission, déclarant que je n'enseignerais plus jamais.

Le traitement de la Science Chrétienne m'a guérie de terribles maux de tête chroniques dont j'étais la victime depuis bien des années. Les médicaments ne m'avaient jamais soulagée, mais grâce au traitement à distance que me donna un praticien de la Science Chrétienne je fus instantanément guérie lors d'une des premières crises que j'eus après que je m'intéressai à cet enseignement.

Que quelqu'un ait été guéri d'une maladie de l'estomac qui avait persisté pendant vingt ans, simplement en lisant ou en étudiant un livre, voilà qui doit sembler étrange à ceux qui n'ont jamais investigué la Science Chrétienne,—cependant telle a été mon expérience. J'avais essayé de moyens matériels conformément aux conseils de nombre de médecins, je m'étais astreint à un régime des plus rigides, j'étais l'esclave des lois hygiéniques; cependant mon état ne faisait qu'empirer, jusqu'à ce que je fusse forcé de me limiter à deux repas par jour.

Après avoir obtenu mes diplômes de garde-malade je fus appelée au service des infirmières dans la guerre des Boers dans l'Afrique australe. Cette expérience, ajoutée à bien d'autres me donna la conviction que les médicaments n'étaient d'aucune efficace dans la guérison des malades, et que la chirurgie n'était utile qu'en cas d'accidents, mais je croyais toujours aux régimes et à l'hygiène.

Un jour, il y a bien des années, lorsqu'un de nos chirurgiens les plus habiles m'eut annoncé que bien qu'une grave opération chirurgicale fût mon seul espoir, je ne serai plus jamais robuste vu que je ne m'étais pas fait opérer à temps, je m'en allai, refusant même de discuter davantage la chose. Puis, pendant plusieurs jours, il se livra en moi une bataille, après quoi je demandai à mon mari de revoir le médecin pour lui demander s'il ne croyait pas qu'une guérison fût même possible, et sinon, de s'assurer s'il y aurait une amélioration assez sensible pour justifier l'opération.

Notre Guide nous dit à la page 14 de Science et Santé: "Devenez conscient un seul moment du fait que la Vie et l'intelligence sont purement spirituelles,—qu'elles ne sont ni dans la matière ni matérielles,—et alors le corps ne fera entendre aucune plainte. Si vous souffrez d'une croyance à la maladie, vous vous trouverez soudainement guéri.

Il m'est souvent venu à l'idée que si la Science Chrétienne aide plutôt une catégorie de gens qu'une autre, c'est certainement les mères, car elle m'a été très précieuse dans l'éducation de mes enfants. Il y a quelques années, lorsque nous habitions Chicago, je fus réveillée un soir à dix heures et demie par un terrible sentiment de crainte.

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.