Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer
Articles originaux web

L’idée suprême qui vainc la peur et guérit

Du Héraut de la Science Chrétienne. Publié en ligne - 25 mai 2020


J’ai prié au sujet des inquiétudes liées au coronavirus qui se sont répandues dans le monde entier et qui ont perturbé de nombreuses vies et de nombreuses économies. Dans mes prières, un soir, je me suis sentie poussée à rechercher la définition du terme coronavirus pour comprendre d’où venait ce mot. J’ai remarqué dans mon expérience que le fait de comprendre l’origine d’un mot m’aidait à réfuter la peur sous-jacente d’une maladie. Et dans ce cas, cela s’est révélé exact.

Le mot virus vient du latin et signifie poison. Et corona vient également du latin et signifie couronne. Donc, une des significations du mot coronavirus pourrait être une « couronne vénéneuse » ou une « couronne de poison ». Cela m’a réveillée !

Cette perspective m’a incitée à voir le virus comme une contrefaçon de la véritable couronne, telle qu’elle est comprise en Science Chrétienne. La couronne réelle représente le Christ, la nature divine que Jésus a exprimée et qui s’exprime également en chacun de nous. Elle représente également la résurrection de la pensée, qui passe de la vie dans la matière à la vie en tant qu’Esprit. Dans Science et Santé avec la Clef des Ecritures, de Mary Baker Eddy, nous lisons : « Les scientistes chrétiens doivent vivre sous la pression constante du commandement apostolique qui ordonne de sortir du monde matériel et de s’en séparer. Ils doivent renoncer à l’agression, à l’oppression et à l’orgueil du pouvoir. Le christianisme, couronné d’Amour, doit être pour eux la reine de la vie. » (p. 451)

Il y a quelques années, deux de mes amis sont décédés, tous deux après avoir souffert de problèmes pulmonaires. J’avais prié pour surmonter mes craintes et pour que leurs familles trouvent le réconfort.

Cette année-là, le jour de Noël est tombé un dimanche, et alors que ma famille et moi étions en route pour l’église, j’ai soudain ressenti des douleurs dans la poitrine et des difficultés à respirer. Je ne pouvais pas parler et j’ai été momentanément saisie par la peur. En pensant spécifiquement à Noël, j’ai élevé mes pensées jusqu’à savoir que je suis l’expression de Dieu, et qu’absolument rien ne peut faire disparaître l’illumination que la lumière du Christ projette sur ma véritable nature spirituelle. Je me suis tenue à cette idée jusqu’à ce que je puisse à nouveau respirer normalement, et me joindre joyeusement, et à l’heure, au service de l’église.

Au cours des mois suivants, cependant, ce problème est réapparu de façon intermittente. Même si je récupérais rapidement à chaque fois, la guérison n’était pas encore complète. Le tournant décisif s’est produit de manière inattendue. Alors que je conduisais seule, lors d’un long voyage, ce problème a essayé de s’emparer de moi une nouvelle fois. Cette fois, j’ai adopté une approche différente. J’ai mis ma « couronne chrétienne » mentale, j’ai déclaré vigoureusement à voix haute que j’étais l’enfant bien-aimée de Dieu, et j’ai demandé à ce problème : Qui crois-tu être ?

Je suis restée ferme, affirmant avec force ma valeur et ma perfection, héritées de Dieu. J’ai dit au mensonge de la maladie : « Retire-toi ! », comme Christ Jésus l’a intimé à Satan (Matthieu 4:10). Je savais qu’en tant qu’enfant de Dieu (ce que nous sommes tous en réalité), j’étais supérieure à toute croyance prétendant me dérober mon héritage de perfection. J’ai refusé de m’incliner devant la matière ; je ne m’inclinerais que devant Dieu.

Cette prière a pris environ vingt minutes, et je n’ai pas cessé de tenir cette position ferme jusqu’à ce que je sache de façon absolue, avec une conviction totale, que j’étais entièrement immunisée contre toute croyance prétendant nier ma véritable nature spirituelle. Une fois que j’ai été claire sur ce point, la guérison a été complète. Ceci s’est produit il y a des années et le problème n’est jamais revenu.

Mary Baker Eddy écrit : « La crainte, qui est un des éléments de toute maladie, doit être chassée pour que la balance soit ajustée en faveur de Dieu. Chasser le mal et la crainte, c’est permettre à la vérité de l’emporter sur l’erreur. Le seul moyen est de prendre l’offensive contre tout ce qui s’oppose à la santé, à la sainteté et à l’harmonie de l’homme, l’image de Dieu. » (Science et Santé, p. 392) Lorsque nous chassons la crainte, le fondement de toute fausse croyance est entièrement ébranlé, et la croyance n’a plus rien sur quoi se tenir.

En priant au sujet du coronavirus, j’ai continuellement rejeté toutes les craintes qui l’entourent et qui venaient à ma pensée. Nous pouvons tous porter la véritable et seule couronne de Vie, qui assure notre immunité naturelle en tant qu’expression de Dieu.

Plus d’articles web

La mission du Héraut

La lecture du Héraut garde [la] pensée en harmonie avec le Principe divin qui gouverne l’univers entier - Dieu. Cette préparation spirituelle [...] permet de faire face aux hebdomadaires et aux journaux télévisés en affirmant la bonne nouvelle de la présence de Dieu, toujours là pour secourir et protéger. Le Héraut se compose d’articles et de témoignages écrits par des personnes qui mettent en application ce que leur apprend la Science Chrétienne, et qui ont prouvé que ses enseignements apportent la guérison et le réconfort.

– Heloísa G. Rivas, Le Héraut de la Science Chrétienne, janvier 1998

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.