Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer
Articles originaux web

Aimer notre prochain durant un confinement national

Du Héraut de la Science Chrétienne. Publié en ligne - 4 mai 2020


Pensez à vous le répéter chaque matin : « […] je suis capable de communiquer la vérité, la santé, le bonheur, et c’est le rocher de mon salut et ma raison d’être. »

C’est ce que Mary Baker Eddy a proposé comme « réponse scientifique » à la question : « Que suis-je ? » Elle a encouragé les membres de son église à reconnaître leurs capacités innées de faire le bien et d’aider les autres, parce que, a-t-elle dit, « la bonté identifie l’homme au bien universel ». (La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 165)

Que nous soyons membres de l’église ou pas, nous pouvons tous chérir cette vérité inhérente à notre « raison d’être », particulièrement lorsque l’isolement, la distanciation sociale et le confinement sont les exigences du moment. Lorsque la joie naturelle que l’on trouve dans les relations avec les autres est limitée par la priorité collective accordée à la sécurité par le moyen de la séparation, il peut être difficile de voir comment au mieux aimer notre prochain comme nous-même, ainsi que Jésus nous a exhortés à le faire. 

Etre un bon citoyen – coopérer avec les autorités en s’efforçant d’assurer autant que possible la sécurité des gens – c’est aimer notre prochain. Nous pouvons le faire sans nous plaindre. Mais nous devons aller au-delà du simple respect des règles. Il est essentiel de ne pas se laisser prendre par la confusion mentale et la crainte, qui ont tendance à accélérer la propagation des maladies. La Science Chrétienne reconnaît que la santé et la maladie expriment des états de conscience qui se manifestent sur le corps. Mais la santé est plus que l’absence de maladie. C’est une qualité divine que nous reflétons tous de façon inhérente en tant que création spirituelle de Dieu. Cela devient plus évident à mesure que nous comprenons que la conscience de Dieu est notre Entendement divin, le seul Entendement infini de chacun de nous, et que nous cédons à cette conscience. Par contraste, la mentalité matérielle limitée que nous acceptons couramment, mais de façon erronée, en tant que notre entendement, trouve souvent son expression dans la maladie.

Dans la perspective spirituelle que la Science Chrétienne offre de la santé et de la maladie, la cause première est la peur, individuelle et collective, de la contagion. Ceci ne signifie pas que nous devions simplement maintenir un certain calme humain en dépit de nos inquiétudes. Cela signifie que nous pouvons nous élever au-dessus de ces craintes en remettant constamment en question la croyance sous-jacente selon laquelle la matière est la solution miracle. En réalité, chacun de nous est l’expression spirituelle de l’Amour divin, Dieu. En tant que reflets de cet Amour absolument dépourvu de crainte, gouvernés par lui, nous sommes à l’abri de la crainte. Notre véritable identité spirituelle – toujours unie à notre Entendement divin – repose avec confiance sur le fait que l’Entendement infini maintient perpétuellement notre harmonie et notre santé.

Cette idée véritable de notre unité avec Dieu est le Christ éternel. Ainsi que cela est expliqué dans le livre de Mary Baker Eddy, Science et Santé avec la Clef des Ecritures, Christ est le message de Dieu, parlant constamment à la conscience humaine. (voir p. 332) La vie et les paroles de Christ Jésus ont exemplifié ceci, et ses guérisons ont prouvé le pouvoir du Christ de dissiper l’image matérielle de la maladie et de réaffirmer la vérité au sujet de l’harmonie que Dieu nous donne, et qu’Il maintient.

J’avais besoin d’entendre ce message-Christ lors d’un vol transatlantique, peu après que le coronavirus a commencé à attirer notre attention. Une femme assise près de moi a commencé à tousser, à éternuer et à se moucher abondamment. A ce moment-là, d’après ce que les experts disaient, il était pratiquement certain qu’elle n’avait pas pu avoir contracté le coronavirus. Mais l’accent mis sur la contagion dans les médias a augmenté mon appréhension d’attraper ce qu’elle semblait avoir, quoi que ce fut.

Au début, j’étais surtout inquiet pour moi-même. Sur la base de tout ce que j’ai appris sur la façon dont l’Entendement, Dieu, guérit, j’ai prié pour dépasser la crainte de la proximité avec ma voisine, pour voir que la crainte et la création spirituelle de Dieu s’excluent mutuellement.

Alors que je m’efforçais de faire cela, mes préoccupations ont changé. Je me suis senti poussé à élargir l’étendue de ma sollicitude pour inclure dans ma prière tous les passagers de l’avion. Le Christ révèle que la peur est impuissante et irréelle à la lumière de la totalité de Dieu, et j’ai réalisé que le Christ communique cette vérité de manière impartiale à tout le monde. Nous avons tous le droit divin, et la capacité propre, de ressentir la toute-présence de Dieu, Vérité et Amour divins, qui est l’antidote du malaise mental que Science et Santé nomme « l’atmosphère de l’entendement mortel. » (p. 273) J’ai vu le besoin d’accepter que tout le monde peut ressentir et répondre à cette présence qui guérit.

A ce moment-là, j’ai senti que je m’élevais au-dessus du sentiment oppressant que nous étions enfermés et que notre bien-être était menacé. J’ai ressenti, avec une grande clarté spirituelle, que nous ne sommes en fait jamais pris au piège dans un environnement matériel nuisible. Nous sommes entièrement enveloppés par la bonté infinie de Dieu, dans laquelle nous coexistons tous, pareillement bénis par Dieu et nous bénissant mutuellement. A ce moment-là, ce qui avait semblé être une atmosphère tendue dans l’avion a fait place à une paix et un calme palpables. Ma voisine a cessé de présenter tous ces symptômes, et dans les semaines qui ont suivi, je n’en ai ressenti aucun non plus.

Cette perception de la sécurité que confère la présence de Dieu est toujours disponible pour quiconque en devient conscient. Nous pouvons entendre, écouter, et céder au doux message du Christ concernant la toute-présence de Dieu. Ce faisant, nous aimons notre prochain de la manière dont Mary Baker Eddy a exhorté les étudiants de cette Science du Christ à le faire. Elle a dit : « En période de maladie contagieuse, les scientistes chrétiens s’efforcent de s’élever dans la conscience du véritable sens de l’omnipotence de la Vie, de la Vérité et de l’Amour, et ce grand fait de la Science Chrétienne, lorsqu’il est réalisé, arrêtera une contagion. » (Miscellanées, p. 116)

Notre « raison d’être » – notre capacité de communiquer la vérité, la santé et le bonheur grâce à une prière active et engagée – est absolument indispensable dans un monde où de nombreuses interactions humaines amicales sont perçues comme une menace potentielle pour l’individu et la société. Nous avons l’opportunité quotidienne de voir que notre prochain est en sécurité dans la réalité de l’Esprit et qu’il est réceptif à la communication du Christ, qui affirme que nous coexistons tous dans l’Entendement divin. En agissant ainsi, nous reflétons les uns envers les autres l’amour sans limite de Dieu, un amour qui nous bénit tous.

Tony Lobl
Rédacteur adjoint

Plus d’articles web

La mission du Héraut

La lecture du Héraut garde [la] pensée en harmonie avec le Principe divin qui gouverne l’univers entier - Dieu. Cette préparation spirituelle [...] permet de faire face aux hebdomadaires et aux journaux télévisés en affirmant la bonne nouvelle de la présence de Dieu, toujours là pour secourir et protéger. Le Héraut se compose d’articles et de témoignages écrits par des personnes qui mettent en application ce que leur apprend la Science Chrétienne, et qui ont prouvé que ses enseignements apportent la guérison et le réconfort.

– Heloísa G. Rivas, Le Héraut de la Science Chrétienne, janvier 1998

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.