Skip to main content
Articles originaux web

Guérison d’un glaucome grâce à la prière persistante

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de décembre 2017

Paru d'abord sur notre site le 12 octobre 2017.


Lors d’un examen de routine de ma vue, on m’a appris que j’avais un glaucome, que c’était incurable et qu’il me faudrait prendre chaque jour des médicaments jusqu’à la fin de mes jours.

Ce premier examen a été suivi d’une visite dans une clinique spécialisée où on a procédé à une batterie de tests pour vérifier le diagnostic.

J’ai expliqué au médecin que j’allais recourir à la prière pour guérir. Je m’attendais en effet pleinement à la guérison. Toutefois, le pronostic était loin d’être encourageant, et ce qu’elle m’a dit était plutôt dur à entendre.

Tout cela a eu cependant pour effet de me conforter fermement dans la vérité que je connaissais et que je pratiquais depuis toujours. Au lieu de prendre les médicaments qu’on m’avait recommandés, j’ai prié chaque jour pendant deux ou trois ans au sujet de la vision réelle. Je me suis efforcée de tout voir plus clairement ; en d’autres termes, de voir en chaque personne, connue ou inconnue, l’image et la ressemblance de Dieu. C’est une chose de se voir soi-même de cette façon, mais cela n’a aucune valeur si on ne voit pas également autrui de la même façon.

Il y a des années, j’ai entendu parler d’un scientiste chrétien, victime d’une grave collision dans un tunnel à une seule voie et à sens unique. Une voiture, qui roulait dans le mauvais sens, est arrivée face à lui ; il n’y avait aucun moyen de l’éviter. Les deux véhicules se sont heurtés de plein fouet. L’homme a constaté que son enfant assis sur le siège passager était dans un état très grave, et il a vu l’autre conducteur, qui était ivre, s’avancer vers eux en titubant. Il haïssait tant cet homme qu’il est sorti de la voiture pour l’agresser, mais en regardant son enfant, cette pensée lui est venue : « Il est impossible que je voie là deux mortels », un homme ivre et un enfant mourant.

Il a alors compris ce qu’enseigne la Science Chrétienne, à savoir que Dieu a créé l’homme spirituellement, à Son image, comme il est dit dans le récit de la création, au premier chapitre de la Genèse. Cette création est immortelle, parfaite, complète, sans péché ; elle n’est jamais victime ni coupable. La vie n’est pas un mélange d’éléments matériels et spirituels, et nous devons accepter comme vrai soit le récit spirituel, soit le récit matériel de la création qui commence au deuxième chapitre de la Genèse. Mais le seul vrai récit, c’est le spirituel.

L’homme est retourné à sa voiture afin de prier pour son enfant et pour toutes les personnes concernées en s’efforçant de les voir spirituellement. Ces prières ont été efficaces et son enfant a été sauvé.

Cette histoire est restée avec moi pendant de nombreuses années et elle m’a aidée dans cette situation, parce qu’on nous présente constamment la fausse image, l’homme mortel, que ce soit dans la rue, dans les journaux télévisés, dans les magasins, autour du repas du soir, à l’église et même quand on se regarde dans la glace. Nous devons sans cesse choisir la vision que nous avons de nous-mêmes et des autres.

J’ai donc travaillé à toujours voir l’homme spirituel réel. Chaque jour, j’avais de nouvelles idées pleines d’inspiration. Elles me soutenaient dans mes efforts quand j’étudiais la Leçon biblique hebdomadaire que l’on trouve dans le Livret trimestriel de la Science Chrétienne, et quand je lisais les périodiques de la Science Chrétienne.

Je dois dire qu’il ne s’est pas passé un jour, pendant ces nombreux mois, où je ne me suis pas donné un traitement par la Science Chrétienne. Je n’avais pas une vérité spirituelle marquante avec laquelle je travaillais, et il n’y a pas eu de solution miracle. La persévérance, l’attente confiante et le refus de me soumettre à un diagnostic matériel prédisant la détérioration et l’incurabilité ont eu pour résultat une guérison complète. A un moment donné, j’ai simplement senti que j’avais été guérie. Je n’avais plus peur de la maladie, je ne croyais plus qu’elle puisse faire partie de mon être ; c’était un rapport médical faux dès le départ.

Ceci dit, le seul moyen de confirmer que la guérison était complète passait par un contrôle médical, puisque je n’avais pas perdu la vue pendant tout ce temps. Je suis donc retournée à la même clinique pour demander un nouvel examen de ma vue. Ce fut un examen de routine et il n’a jamais été fait mention d’un glaucome.

J’ai demandé au médecin s’il en avait trouvé la moindre trace. Il m’a répondu qu’il n’y avait aucun signe de la maladie, alors qu’il avait pris connaissance de mes résultats et des prédictions médicales précédentes.

J’ai alors demandé à l’ophtalmologiste s’il accepterait de signer une déclaration, que j’avais préparée, confirmant qu’il n’y avait pas trace de glaucome. Après l’avoir signée, il m’a demandé quelle en était la raison. Je lui ai dit que j’étais scientiste chrétienne et que je voulais avoir une preuve de la guérison pour pouvoir en parler. Cela ne lui a posé aucun problème. J’aimerais préciser qu’il est l’un des oculistes les plus en vue de notre localité.

Cette visite a eu lieu il y a plusieurs années, et j’ai toujours une excellente vue. Je ne porte pas de lunettes.

Suis-je reconnaissante à la Science Chrétienne ? Et comment !

Lona Ingwerson
Laguna Beach, Californie, Etats-Unis

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / décembre 2017

La mission du Héraut

Mrs. Eddy affirme que Le Héraut de la Science Chrétienne doit proclamer « l'activité et l'accessibilité universelles de la Vérité. » D'après le dictionnaire un « héraut est » « un avant-coureur — un messager annonçant l'approche de ce qui vient; » cela montre la mission spéciale du Héraut et fait ressortir l'obligation morale qui nous incombe: chacun de nous doit veiller à ce que nos Hérauts accomplissent leur tâche, laquelle est inséparable du Christ, et fut d'abord annoncée par Jésus (Marc 16:15): « Allez par tout le monde et prêchez l'Évangile à toute créature. »

Mary Sands Lee, Le Héraut de la Science Chrétienne, octobre 1956

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.