Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

Les Canaux protégés de la Vérité

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne d’avril 1931


Aux premiers temps de l'histoire du mouvement de la Science Chrétienne, des locaux où l'on pouvait recevoir le traitement de la Science Chrétienne avaient été mis à Boston à la disposition du public. En janvier 1887, un groupe de Scientistes Chrétiens avait ouvert ces locaux. En 1889, Mrs. Eddy annonça à Boston l'existence de locaux où le public pourrait lire ou acheter les publications de la Science Chrétienne; et cette même année un certain nombre d'églises, dans diverses parties du pays, avaient suivi l'exemple de Boston. Il est à remarquer que les pionniers qui avaient entrepris ce travail du début subvenaient aux frais en payant chacun tant par heure pour le privilège de servir.

L'avis officiel de l'ouverture d'un “Dispensaire de la Science Chrétienne” parut dans The Christian Science Journal de juillet 1889; on y disait: “Les Publications de la Science Chrétienne sont sur les tables, à la libre disposition de tous ceux qui désirent les lire; elles sont aussi en vente et peuvent être distribuées gratuitement.” Ces locaux étaient situés dans Temple Street, près de Bowdoin Square, Boston, Massachusetts. Cependant, ce n'est qu'en 1900 que Mrs. Eddy ordonna par la voie du Manuel de L'Église Mère que chaque église filiale eût une Salle de Lecture, confiant ainsi aux églises filiales la charge de la voie destinée à répandre dans le monde la révélation de la Science Chrétienne.

La première prescription pour la fondation de la Salle de Lecture parut en 1900 dans la quatorzième édition du Manuel, dans laquelle une section fut ajoutée à l'Article XXVIII concernant les églises filiales. Elle était en partie ainsi conçue: “Section 10. Les églises de la dénomination Science Chrétienne devront, chacune, avoir une salle de lecture.”

En 1900, l'Article XXXIX, intitulé “Salles de Lecture,” fut inséré dans le Manuel. Le Section 1 de cet article était pareille à celle que nous venons de mentionner. La Section 2 stipulait les qualités requises d'un bibliothécaire ayant la charge de la Salle de Lecture de L'Église Mère. En 1909, dans la quatre-vingtième édition du Manuel, l'Article sur les Salles de Lecture était l'Article XXI; et dans cette édition, et dans les éditions suivantes, la Section 2 se lisait ainsi: “Les individus qui sont chargés des Salles de Lecture de L'Église Mère seront élus par le Conseil des Directeurs de la Science Chrétienne, sous réserve de l'approbation de Mary Baker Eddy. Ils ne devront pas avoir de mauvaises habitudes, devront avoir eu de l'expérience dans le champ d'action de l'Église, être suffisamment instruits et être de dévoués Scientistes Chrétiens.” La Section 3 fut ajoutée, et désignait les publications qui devaient être vendues dans la Salle de Lecture. Elle est ainsi conçue: “Section 3. Les ouvrages qui se vendront ou seront exposés dans les Salles de Lecture des Églises de la Science Chrétienne, consisteront exclusivement dans Science et Santé avec la Clef des Écritures, par Mary Baker Eddy, et les autres écrits de cet auteur; ainsi que dans ouvrages publiés ou vendus par la Société de Publications de la Science Chrétienne.”

Notre Leader a montré sa sagesse en faisant ouvrir les Salles de Lecture de la Science Chrétienne, qui sont une des activités les plus importantes de toutes les églises filiales. Soumise au Manuel, chaque église a la responsabilité et le grand privilège d'avoir une voie gardée et protégée pour la propagation des vraies publications de la Science Chrétienne. A ce point de vue il est évident que pour maintenir nos Salles de Lecture, elles devront être à l'abri de toute influence entravante de limitation.

On se demande quelquefois si les Salles de Lecture doivent se suffire à elles-mêmes. Les prix de gros faits pour les œuvres de notre Leader semblent indiquer clairement que l'entretien des Salles de Lecture doit revenir aux églises filiales, étant une activité qui doit se soutenir comme toutes les autres activités des églises filiales; car le prix de gros que Mrs. Eddy établit pour Science et Santé et ses autres écrits n'a jamais suffi à assurer tous les frais d'une Salle de Lecture. On pourra en conclure que c'était le désir de notre Leader que le fonds de chaque église subvienne aux frais de la Salle de Lecture.

A ce propos, il est intéressant de noter que le prix de gros reste le même pour chaque exemplaire des éditions actuelles des œuvres de Mrs. Eddy, que celui qu'elle a fixé pour la vente de la première édition de Science et Santé. A cette époque chaque étudiant qui vendait douze exemplaires de cette édition en recevait un gratuit.

Soumise au plan de Mrs. Eddy, relatif à l'organisation de l'église, la Salle de Lecture, aux mains de l'église filiale, devient un agent efficace pour préserver la pureté de la révélation, et pour protéger le chercheur de la Vérité contre les fausses publications qui circulent au nom de la Science Chrétienne. Ainsi la Salle de Lecture est une sauvegarde de plus pour ses écrits, déjà protégés par les lois de la propriété littéraire, comme par l'emblème: “la Croix et la Couronne” enregistré au bureau des brevets à Washington, et dans cent dix-huit autres pays, marque perpétuelle d'identification des écrits de notre Leader et des publications autorisées de la Science Chrétienne. Avec quelle joie chaque église filiale devrait accueillir l'autorisation qu'a donnée la Découvreuse et la Fondatrice de la Science Chrétienne d'ouvrir une Salle de Lecture, servant d'anneau dans la chaîne qui entoure le monde entier, pour répandre la vérité pure et en faire librement briller la flamme!

Pour l'homme ou la femme qui passent, quelle oasis dans un monde chargé de lassitude est la Salle de Lecture de la Science Chrétienne! Dans son cercle de lumière viennent ceux qui sont fatigués, inquiets, découragés; les malades, les affligés, les pécheurs, les étrangers, qui, tous, cherchent également le repos et le secours, le courage d'aller de l'avant, la guérison et la paix. Là, on peut réfléchir à la signification des paroles de Christ-Jésus: “Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous soulagerai.” Là, nul n'est renvoyé sans être rassasié; nul ne cherchera sans trouver. Se détournant des activités de l'existence humaine, on peut entrer dans une Salle de Lecture de la Science Chrétienne avec la certitude que, selon les paroles d'un cantique:

“Ici on trouve la santé et la paix, la Vie, la Vérité et l'Amour,

Ici parle le Consolateur, qui dit avec tendresse,
La terre n'a pas de chagrin que l'Amour ne peut guérir.”

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / avril 1931

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.