Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

Substance

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne d’avril 1932


Suivant du regard une escadrille d'avions, une Scientiste Chrétienne se prit à analyser ces rapides oiseaux des airs; elle se demandait ce qu'ils pouvaient bien représenter, lorsqu'elle vit clairement que la pensée élevée, planant au-dessus des formes de transport limitées par la terre, est le noyau de l'invention qui excite aujourd'hui l'enthousiasme général et contribue grandement à éliminer le temps et la distance. Nos ancêtres auraient sans doute trouvé bien ridicule la pensée que d'immenses aéroplanes pourraient un jour parcourir les airs en sécurité. Le char traîné par des bœufs, la voiture attelée d'un cheval, le train et l'automobile se sont succédé dans la voie du progrès; mais tous ces moyens de locomotion paraissaient offrir la sécurité relative du terrain sur lequel s'appuyaient des roues, et les hommes s'y trouvaient en sûreté parce que la terre ferme les soutenait.

Poursuivant son raisonnement, celle qui étudiait la Science Chrétienne s'efforça de mieux comprendre ce qu'est réellement la substance. Ce n'est ni la terre ferme, ni ce que le monde appelle solidité. Ce fait devient évident si l'on songe aux progrès qui se sont poursuivis au cours des siècles, et qui se manifestent entre autres par l'aéroplane et le radiophone. Qu'est-ce donc que la substance? L'Entendement est substance. Nulle autre réponse n'est possible. Mrs. Eddy écrit dans Science et Santé avec la Clef des Écritures (p. 508): “La seule intelligence ou substance d'une pensée, d'une semence ou d'une fleur, est Dieu, le créateur de ces choses.” Dieu, l'Entendement, s'exprimant en idées, est donc la substance de l'univers.

Aujourd'hui, dans nos rues encombrées, la vision du prophète Nahum d'Elkos trouve son accomplissement: “Les chars s'élancent avec furie dans les rues; ils bondissent à travers les places. A les voir, on dirait des flambeaux; ils courent comme des éclairs!” La croyance de vitesse, étreignant aujourd'hui les nations agitées, est simplement la contrefaçon de l'immédiateté qui constitue un des éléments de la substance; car l'Entendement est ici, maintenant, et il est toujours activement exprimé.

A celui qui voyage sur mer, la sécurité paraît consister en un équilibre bien maintenu, des machines en bon état, un équipage qui entend son métier et l'application de différentes mesures destinées à protéger les passagers; cependant, malgré tous ces préparatifs, les hommes ne peuvent avoir l'assurance d'une protection positive si la compréhension de Dieu leur fait défaut. Mais pour celui qui comprend Dieu, au moins dans une certaine mesure, les perspectives sont bien différentes, car il sait que l'homme spirituel, le seul homme réel, habite toujours “dans la retraite du Très-Haut” et qu'il est par conséquent toujours protégé. Cette foi positive, se manifestant par une protection parfaite, est substance, ainsi que le laisse entendre l'auteur de l'épître aux Hébreux: “La foi est une ferme assurance des choses qu'on espère, une démonstration de celles qu'on ne voit pas”; et l'un des versets suivants déclare que “sans la foi, il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s'approche de Dieu, croie que Dieu existe et qu'il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent.”

Une personne qui étudiait sérieusement la Science Chrétienne devait s'embarquer sur un paquebot; et elle n'aimait pas ce genre de voyage, elle eut soin de se protéger mentalement. Elle n'avait jamais aimé les longues traversées, car le sentiment d'être si loin de la terre lui causait de l'inquiétude. Tôt après le départ, cette Scientiste Chrétienne regardait les mouettes qui suivaient le navire, selon leur habitude; soudain elle se rendit clairement compte que ces oiseaux n'avaient aucune crainte si leurs pattes ne reposaient pas sur un soi-disant firmament, et qu'elle-même n'avait également rien à craindre bien que la terre ne fût pas sous le navire; elle comprit que dans les deux cas, la vérité concernant Dieu et l'univers est le pouvoir qui soutient; que les idées de Dieu sont entièrement spirituelles; que la substance réelle est la vérité concernant Dieu et Son idée, l'homme. Cette vérité accompagna la voyageuse pendant toute la traversée, et la réalisation en fut si nette qu'on put vraiment y voir une démonstration de la joie du Psalmiste qui chantait: “Soutiens-moi: je serai sauvé.”

Le monde a si longtemps cru que la matière est substance, qu'il lui paraît peut-être difficile de se frayer un chemin à travers les manifestations opiniâtres de ce mensonge. “Tu n'auras point d'autres dieux devant ma face”: ce commandement, s'il était véritablement observé de toutes manières et en tout temps, impliquerait la disparition de la matérialité, la régénération du monde et l'apparition du règne millénaire auquel l'humanité rêve depuis tant de siècles. L'envie et la jalousie qu'entraîne un faux sens de création, les efforts faits pour parvenir au pouvoir ou à un poste en vue, l'âpre course à l'argent et au succès matériel, seraient remplacés par un vrai sens d'humilité et de coopération; et tous constateraient qu'ils peuvent prouver la substance partout où le besoin s'en fait sentir. Norte bien-aimée Leader écrit dans Miscellaneous Writings (p. 18): “Tu aimeras l'Esprit seul, et non son contraire, dans chacune des qualités de Dieu, dans la substance elle-même.” En suivant cette règle pour autant que nous en sommes capables, nous verrons que nous commençons à comprendre ce qu'est la vraie substance. Lorsque notre conscience de la totalité de Dieu sera permanente et abondante, nous démontrerons plus aisément tout ce qui doit être démontré.

Le travailleur consacré sait que la substance réelle ne s'acquiert que lorsqu'on obéit sans hésiter au Conducteur, au Christ Jésus, en le suivant dans la voie qu'il a tracée. Par l'obéissance aux commandements du Maître, l'étudiant apprend qu'il peut abandonner graduellement ses croyances matérielles pour revêtir la compréhension de Dieu et de l'homme spirituel, remplaçant ainsi l'hallucination de la substance matérielle et de l'homme matériel par le vrai sens de l'homme qui reflète la substance divine.

Une personne réfléchissait au rôle que joue l'obéissance lorsqu'il s'agit de comprendre ce qu'est la substance en Science Chrétienne; elle se mit alors à méditer le Manuel de L'Église Mère, dont un des Statuts (Art. VIII, Sect. 15) dit notamment: “Dieu exige que nous Lui donnions tout notre cœur, et fournit par les larges canaux de L'Église Mère une occupation déférente et suffisante pour tous ses membres.” Cette Scientiste Chrétienne se trouvait en face d'un problème qui n'était pas d'une solution facile, et elle s'efforçait sincèrement de trouver sous quels rapports elle pouvait montrer plus de consécration et d'obéissance dans son travail de chaque jour. Le Statut précédemment cité occupa sa pensée d'une manière bien définie, et elle commença à le mettre en pratique plus encore qu'auparavant. Comme elle assistait aux deux cultes de l'église filiale dont elle était membre, elle s'aperçut qu'elle pouvait écouter la lecture dans un meilleur esprit de prière.

Bien des voies s'ouvrirent pour préparer un soutien plus vigilant et plus constant. Presque tous les achats se faisaient chez des négociants dont les annonces paraissaient dans The Christian Science Monitor; mais un examen plus attentif de ces mêmes colonnes révélerait de nouveaux annonciers et permettrait une coopération plus active; la Salle de Lecture, les conférences, l'école du dimanche pouvaient être mieux soutenues! On prépara ainsi une place pour l'édifice qui s'élevait dans la conscience par suite des efforts faits pour laisser le véritable concept d'Église occuper entièrement la pensée; et une Scientiste Chrétienne trouva dans l'organisation de L'Église Mère des occupations suffisantes et conformes au devoir pour le membre de la spiritualité duquel elle était responsable. Cette occupation mentale, cet effort fait pour comprendre les ressources illimitées de l'Entendement et pour mettre en pratique l'activité et le développement qui émanent de l'Entendement, commence à ériger dans la conscience l'Église qui est “la structure de la Vérité et de l'Amour; tout ce qui repose sur le Principe divin et en procède” (Science et Santé, p. 583); de plus, cet édifice spirituel se manifeste naturellement dans toutes les expériences humaines, produisant des conditions meilleures au foyer, à l'église, dans les affaires et les fonctions sociales,—établissant la santé et l'harmonie. Ce sens plus large d'Église fut immédiatement appliqué aux expériences de la vie journalière, ce qui eut pour résultat la solution complète du problème qui s'était présenté.

Le Manuel de L'Église Mère a été pour cette étudiante une mine de richesses incalculables: il n'a jamais manqué d'affermir la pensée, d'introduire plus d'ordre dans les méthodes et de récompenser richement le temps consacré à l'étude de ses Statuts. Son ton doux et ferme discipline la pensée et révèle les ressources inépuisable du tendre Père qui est Tout, mais dont la totalité complète risque de n'être que difficilement comprise au sein d'un monde apparemment matériel. L'obéissance au Statut précédemment cité a permis de prouver dans maintes circonstances critiques la nature de la vraie substance, et son étude attentive a toujours été suivie d'un sentiment de joie et d'accomplissement.

Il n'y a qu'une seule occupation pour tout le genre humain: c'est la construction de l'édifice mental qui permet à chacun de prouver que l'homme et l'univers sont spirituels et qu'ils reflètent Dieu, le bien, la substance réelle.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / avril 1932

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.