Skip to main content

Mary Baker Eddy et la France

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de septembre 2006


Mary Baker Eddy (1821 1910) a découvert la Christian Science (en français la Science Chrétienne) en 1866, aux États-Unis. Elle a publié en 1875 son ouvrage fondamental Science et Santé avec la Clef des Écritures et a fondé en 1879 L’Église du Christ, Scientiste, à Boston, aussi appelée «L’Église Mère». Au tout début du XXe siècle, son mouvement se développait non seulement aux États-Unis, mais également au Canada, en Grande-Bretagne et en Allemagne.

Mary Baker Eddy était bien connue à son époque. Ainsi, en 1903 un journal national américain classait Mary Baker Eddy «à la huitième place dans une liste des vingt-deux auteurs vivants les plus notables».National Magazine, 1903, voir dans The First Church of Christ Scientist and Miscellany p. 305:15  La fondatrice de la Croix-Rouge aux États-Unis, Clara Barton, indiquait en 1908 dans une interview avec un quotidien américain, qu’elle considérait Mary Baker Eddy comme la personne vivante qui «a fait le plus grand bien à son prochain et que la Christian Science elle-même constitue le facteur le plus remarquable et le plus fort de la vie religieuse».The Boston American, 6 janvier 1908 

Qu’en était-il en France?

On trouve la première trace de la Christian Science à Paris, en 1890, où une personne témoigne qu’elle a été guérie d’un problème de vueThe Christian Science Journal, juin 1890 grâce à la Christian Science. En 1896, toujours à Paris, la librairie américaine Brentano’s qui venait d’ouvrir un magasin l’année précédente, commande une centaine d’exemplaires de Science et Santé avec la Clef des Écritures, alors uniquement en anglais. Les livres sont envoyés à des personnalités de la Sorbonne et à un grand nombre d’artistes et de penseurs parisiens de cette époque.

Émile Levasseur (1828-1911) fut l’un des piliers de l’École historique française. Il occupa un poste prestigieux au Collège de France, où il enseigna l’histoire, la géographie et l’économie. Ses ouvrages remarquables sur la classe ouvrière française et ses nombreuses études sur l’agriculture et sur la valeur de la terre au cours des siècles en font un des principaux historiens économistes du XIXesiècle.

Le Collège de France Créé en 1530 par François Ier, institution singulière, sans équivalent à l’étranger, le Collège de France occupe une position à part dans la recherche fondamentale et l’enseignement supérieur français: reconnu pour son grand rayonnement, il ne transmet cependant pas à des étudiants un savoir acquis à partir de programmes définis et ne prépare à aucun diplôme, mais dispense un enseignement qui se veut universel. Il accueillit notamment Champollion, Michelet, Renan, Bergson, Valéry, Mickiewicz, Claude Bernard.

Aristide Briand (1862-1932)Ministre de l’Instruction Publique, des Beaux Arts et des Cultes sous la IIIe république, sa première grande mission fut la rédaction du rapport sur le projet de loi établissant la séparation de l’Église et de l’État en 1905. Il eut une longue carrière ministérielle et fut onze fois président du Conseil. Prix Nobel de la paix en 1926.

L’exposition internationale

De juillet à octobre 1907, au Grand Palais à Paris, eut lieu l’Exposition Internationale du Livre, des industries du papier, des journaux et de la publicité. Cette exposition, placée sous le patronage de différents ministères (Commerce et Industrie, Travaux Publics...) avait pour comité d’honneur le ministère de l’Instruction Publique, des Beaux Arts et des Cultes. Différents pays y étaient représentés, notamment les États-Unis.

La Société d’Édition de la Christian Science Christian – Science Publishing Society – y exposa tous les livres écrits par Mary Baker Eddy, les périodiques [The Christian Science Journal, créé en 1883, Christian Science Sentinel créé en 1898, Der Herold der Christian Science créé en 1903], ainsi que des photographies des principales églises des États-Unis et d’Angleterre. Il est à noter que Le Héraut de la Christian Science ne sera publié qu’à partir de 1918.

Au cours de cette exposition, le jury international décerna la plus haute distinction, le «Grand prix», à la Société d’Édition de la Christian Science pour récompenser le haut niveau de qualité technique de ses publications. Un diplôme d’honneur fut également décerné à Mary Baker Eddy en tant que fondatrice de la Christian Science.

Officier d’académie

C’est certainement à la suite de cette manifestation et en reconnaissance du travail accompli par Mary Baker Eddy, qu’elle fut proposée pour recevoir le titre d’officier d’académie, le 6 novembre 1907 sur recommandation de M. Levasseur, administrateur du Collège de France.

Elle fut nommée officier d’académie le 8 novembre 1907 par Aristide Briand.

Il est intéressant de relever que dans son dossier de demande de distinction honorifiqueCote FI7 40163, conservé aux Archives nationales de France, sont indiquées à la rubrique «Fonction ou qualité les informations suivantes: Membre de diverses sociétés littéraires, Fondatrice du collège métaphysique du Massachusetts. Dans son dossier se trouvait un document dactylographié dont voici le texte:

Mrs Mary Baker Eddy Née dans le New Hampshire, 1821. Membre (fondateur) de la Conciliation internationale (d’Estournelles de Constant, Président) Membre (associé) Royal Victoria Institute, London,Voir dans Écrits divers p. 295:26-4 et dans Pulpit and Press p. 5:21 ce qu’écrit Mary Baker Eddy au sujet du Royal Victoria Institute 1866. A découvert la «Christian Science» et a fondé le culte du même nom.

1879. Fondation de la première église ; actuellement 645 églises dépendantes aux États-Unis, Alaska, Canada, l’Amérique du Sud, la Grande Bretagne, France, Allemagne, Hollande, Norvège, Russie, Suisse, l’Inde orientale, l’Afrique.

1881. Fondateur du collège métaphysique du Massachusetts (autorisé par l’État)

Membre de plusieurs sociétés patriotiques et littéraires.

Le Dr W. H. TolmanThe Christian Science Sentinel, 7 décembre 1907, commissaire général de la section américaine de l’exposition de 1907, et sa femme, rencontrèrent Mary Baker Eddy à Pleasant View, son domicile de Concord dans le New Hampshire, en décembre 1907, afin de lui remettre ses diplômes. Mary Baker Eddy leur exprima toute sa reconnaissance pour cet honneur et leur demanda de bien vouloir remercier également le gouvernement français. Puis, en janvier 1908, les membres de Première Église du Christ, Scientiste, Concord, dans le New Hampshire lui offrirent la médaille représentant la distinction qu’elle avait obtenue de la France, (photo p. 36)

Commentaires des journaux français de l’époque

L’Éclair du 19 novembre 1907:

Mrs Eddy Officier d’Académie Le scientisme [sic] est la religion qui a les faveurs du gouvernement français.

Les journaux anglais publiaient ces jours-ci une dépêche de l’Agence Reuter de Concord (New-Hampshire, U.S.A.), d’après laquelle la fondatrice du scientisme [sic] chrétien, avait reçu le brevet d’officier d’académie.

La Liberté du 20 novembre 1907:

ÉCHOS DE PARTOUT:

Mary Baker Eddy et la France

M. Briand vient de nommer officier d’académie une Américaine du nom de mistress Eddy, qui guérit les maladies au moyen du scientisme chrétien [sic].

Sa méthode est extrêmement simple: elle soigne les malades avec un traitement spirituel [...]

Il paraît que mistress Eddy guérit beaucoup de gens... C’est pourquoi M. Briand lui a décerné les palmes académiques.

Que vont dire les médecins?

La Christian Science en France

En 1898, le Christian Science Journal dénombre deux praticiens en France, tous deux résidant à Paris. Un praticien de la Christian Science est une personne qui consacre sa vie à la pratique publique de la guérison par la prière. Les premiers services religieux démarrent en janvier 1898 dans un appartement loué pour la circonstance derrière la Madeleine au 24 rue Pasquier Paris VIIIe. Les services ont lieu en anglais le matin et en français l’après-midi. Cela nécessite une traduction en français des passages de Science et Santé lus durant le service car le livre ne sera traduit qu’en 1917 Le groupe des scientistes chrétiens est officiellement reconnu en 1898 par l’Église Mère en tant que Première Eglise du Christ, Scientiste Paris. Ce sera la première église filiale de L’Église Mère reconnue en France, [voir encadré ci-contre] Depuis, d’autres églises ont été créées en France, et à ce jour il en existe dans différentes villes, telles que Béthune, Cannes, Marseille, Melun, Nice, Paris, Pau et Toulouse.


À Paris, il y a tout juste 100 ans ...

Au MOIS d’août 1906, UN groupe de vingt-six membres de L’Église Mère, qui assuraient des services religieux de la Science Chrétienne depuis 1898 À Paris, constitua, conformément aux lois françaises des Ier juillet 1901 et 9 décembre 1905, une association cultuelle sous le nom de «PREMIÈRE ÉGLISE DU CHRIST, SCIENTISTE, PARIS».

C’était la première église filiale de l’Église Mère en France. Au début, les services eurent lieu au Washington Palace, rue Magellan, puis à la salle de la Société de Géographie, boulevard Saint-Germain, et enfin, à partir de 1928, À la salle d’Iéna, avenue d’Iéna.

En 1 956, l’église acquit l’emplacement actuel, au 36 boulevard Saint-Jacques, Paris XIVe, situé au-dessus d’anciennes carrières utilisées jusqu’au XVIIIe siècle pour la construction de Paris.

La pose de la pierre angulaire eut lieu le 9 mai 1958, le premier service se tint dans le nouvel édifice le 29 mai 1960 et la dédicace de l’église eut lieu le 21 octobre 1973.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / septembre 2006

La mission du Héraut

L'explication divinement inspirée que donne Mrs. Eddy de la mission du Héraut de la Science Chrétienne, créé en 1903, est devenue un symbole des activités du mouvement de la Science Chrétienne, qui englobent le monde entier. Ses paroles, gravées au frontispice de La Société d'Édition de la Science Chrétienne, sont les suivantes: « proclamer l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible ». Le Héraut est une manifestation tangible du souci qu'avait notre Leader de partager avec toute l'humanité la précieuse connaissance de la Science de la Vie. Elle avait conscience que le Consolateur était venu pour « la guérison des nations ».

—Alfred F. Schneider, Le Héraut de la Science Chrétienne, juillet 1978

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.