Skip to main content
Web Original

Guérison d’un cancer

From the août 2018 issue of The Herald of Christian Science

Paru d'abord sur notre site le 25 juin 2018.


Après vingt-et-un ans de carrière dans l’armée américaine, j’ai passé des examens médicaux annuels et obligatoires liés à la pension d’ancien combattant que je recevais. Au cours de ces examens, on a diagnostiqué une forme rare de cancer du pancréas. Scientiste chrétien, j’ai tout de suite réfuté mentalement la véracité de cette assertion. Pourtant, plus j’en niais la réalité, plus il y avait de signes qui la confirmaient. Il ne suffisait pas de nier cette affirmation ; je me suis rendu compte qu’il fallait que je m’appuie avec vigilance sur ce que je comprenais de la vérité à mon sujet, en qualité d’image et ressemblance de Dieu.

J’ai gardé constamment à l’esprit le fait spirituel que Dieu, l’Esprit, et l’homme, le reflet de l’Esprit, ne font qu’un et sont inséparables ; par conséquent, l’homme ne pouvait exister sans Dieu, et Dieu ne pouvait être manifesté sans Son reflet, l’homme, c’est-à-dire chacun de nous. Il était essentiel que je m’accroche à cette inspiration spirituelle, de manière constante et radicale, afin de rejeter la fausse prétention qui se cachait derrière le diagnostic basé sur la matière, de vaincre la peur d’être séparé de Dieu et de trouver la guérison.

Il faut parfois affirmer la vérité en faisant preuve de vigilance pour triompher de la résistance entêtée de l’entendement charnel ou mortel. « Pour être immortels nous devons abandonner le sens mortel des choses, nous détourner du mensonge de la fausse croyance pour nous tourner vers la Vérité, et chercher les faits de l’être dans l’Entendement divin », explique Science et Santé avec la Clef des Ecritures de Mary Baker Eddy (p. 370). Quand nous veillons sur nos pensées et que nous prions en comprenant la vérité spirituelle, nous évitons de sous-estimer les inharmonies ou de les accepter comme étant réelles, et nous les guérissons.

Christ Jésus ne demandait pas qu’on lui fasse un pronostic ou qu’on donne un nom à la maladie. Il ne rangeait pas non plus les problèmes dans des catégories, une pour les « petits » problèmes et une pour les « grands » problèmes « plus difficiles à guérir ». Chacun d’eux était tout autant une prétention à l’inharmonie, l’apparence extérieure d’une prétendue séparation entre l’homme et Dieu, le bien, et ils pouvaient tous être guéris. Ainsi qu’il est dit dans Science et Santé : « Jésus voyait dans la Science l’homme parfait, qui lui apparaissait là où l’homme mortel pécheur apparaît aux mortels. En cet homme parfait le Sauveur voyait la ressemblance même de Dieu, et cette vue correcte de l’homme guérissait les malades. » (p. 476)

Après m’en être remis fermement à la vérité et avoir rejeté la fausse prétention de la matière, en n’y voyant qu’une suggestion agressive de l’entendement mortel, je n’éprouvais plus aucune crainte, et j’étais certain que l’élément discordant n’était plus là. Tandis que les médecins parlaient de m’opérer, j’ai demandé qu’on fasse un nouvel examen scanographique pour prouver que le cancer avait disparu.

J’ai été surpris quand mon médecin m’a dit que la grosseur s’était élargie sur mon poumon et qu’il en avait découvert une autre. Le choc a été si grand que j’ai soudain eu très peur. Toutefois, une vie remplie par la guérison grâce à la Science Chrétienne ne me laissait pas d’autre solution que d’approfondir ma compréhension spirituelle, afin de démontrer le pouvoir de protection et l’amour parfait du Christ, la vérité de l’être.

Au cours de cette période, je me rappelle avoir écouté un enregistrement qui expliquait que l’entendement mortel est un menteur, quoi qu’il affirme, parce que ce qu’il prétend est mortel et matériel, non spirituel. Combien de fois croyons-nous un mensonge décrétant que notre identité est mortelle et que ce mensonge est répété avec beaucoup de véhémence ?

Comme le mensonge affirmant que je souffrais d’une maladie grave était répété avec vigueur, je savais qu’il me fallait prendre position encore plus radicalement en faveur de la vérité concernant mon être spirituel et parfait. J’ai affirmé que je n’étais pas une création isolée ayant un Dieu éloigné quelque part, séparé de moi. J’ai prié afin de comprendre que Dieu et l’homme sont inséparables et parfaits et que, par conséquent, je n’étais jamais un seul instant séparé de l’harmonie et de la perfection divines. Il n’y avait jamais eu de disparition de l’harmonie ni de retour à l’harmonie.

J’ai immédiatement demandé à un praticien de la Science Chrétienne de prier pour moi et de me donner un traitement par la Science Chrétienne. Le praticien m’a fait part d’idées inspirantes en me disant que Dieu a créé l’homme libre de tout accident, de toute maladie et de toute discordance. Comprendre la création de Dieu nous place « sous l’abri du Très-Haut » (psaume 91:1), nous faisant voir que l’Entendement divin seul gouverne.

La semaine suivante, un médecin militaire m’a appelé pour prendre rendez-vous avec des spécialistes du cancer. Je lui ai répondu avec amabilité que je refusais d’être un cancéreux. J’ai envoyé un email aux docteurs pour les remercier de leurs bonnes intentions, mais en mettant un terme à toute autre solution médicale.

Presque au moment où j’ai cliqué sur « envoyer », mon téléphone a sonné. C’était l’un des médecins qui me faisait vivement remarquer qu’il était trop dangereux de refuser un traitement. Je l’ai remercié de se préoccuper de mon cas, tout en refusant aimablement ses services.

Le lendemain, un chirurgien cancérologue m’a appelé pour me dire qu’il aimerait me parler mais qu’il serait difficile de s’expliquer au téléphone. Alors, le jour suivant, je me suis rendu à son cabinet, et le chirurgien m’a dit qu’en qualité de spécialiste du cancer du pancréas il se trouvait dans une position délicate, parce qu’il n’avait jamais rencontré de cas comme le mien. Il a ensuite comparé le scanner original montrant la tumeur avec le second examen réalisé quatre semaines plus tard : celui que j’avais demandé. Il m’a dit qu’en tentant de retrouver le même cancer qui se trouvait bien en évidence sur la première épreuve, la lecture de la deuxième épreuve avait conduit à un diagnostic erroné. Il a poursuivi et m’a annoncé qu’il ne trouvait aucune trace de cancer sur le deuxième cliché. Il a ajouté que, devant respecter les résultats du premier examen indiquant un cancer quatre semaines plus tôt, si on l’obligeait à entreprendre une opération chirurgicale, après avoir vu cette deuxième épreuve, il ne saurait pas par où commencer !

Je me suis rappelé ce que m’avait dit mon professeur de Science Chrétienne : « Vous voyez ? L’entendement mortel ment à chaque fois. »

Je suis extrêmement reconnaissant à la Science Chrétienne des nombreux bienfaits que cette guérison, obtenue il y a trois ans, a entraînés. Ma prière approfondie m’a permis de détecter et de m’efforcer d’éradiquer en moi une tendance à la colère face aux prétendus ennuis de la vie quotidienne. Je suis tout particulièrement reconnaissant pour le fait que mon épouse, qui n’est pas aux Etats-Unis depuis longtemps et qui ne connaît pas encore bien la Science Chrétienne, a été le témoin direct de cette guérison. Elevée en Europe de l’Est où ses parents sont tous les deux médecins, elle a vu le pouvoir et la vérité de la Science Chrétienne. J’ai constaté que rien n’est impossible à Dieu.

Mark Rendina 
Leawood, Kansas, Etats-Unis

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / août 2018

La mission du Héraut

L'explication divinement inspirée que donne Mrs. Eddy de la mission du Héraut de la Science Chrétienne, créé en 1903, est devenue un symbole des activités du mouvement de la Science Chrétienne, qui englobent le monde entier. Ses paroles, gravées au frontispice de La Société d'Édition de la Science Chrétienne, sont les suivantes: « proclamer l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible ». Le Héraut est une manifestation tangible du souci qu'avait notre Leader de partager avec toute l'humanité la précieuse connaissance de la Science de la Vie. Elle avait conscience que le Consolateur était venu pour « la guérison des nations ».

—Alfred F. Schneider, Le Héraut de la Science Chrétienne, juillet 1978

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.