Skip to main content
Articles originaux web

Guérison d’un abcès dentaire

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de septembre 2017

Publié à l’origine en anglais dans le Christian Science Sentinel du 16 janvier 2017

Adding Bookmark

Signet sauvegardé



Bookmarks Loading
Bookmarks Loading

Il y a quelque temps, je suis allée chez le dentiste pour un détartrage. Le dentiste et son assistante m’ont tous deux recommandé l’extraction immédiate d’une dent sur laquelle un abcès était en train de se former. Je n’en avais pas été consciente car je ne ressentais aucune douleur. Ils m’ont aussi recommandé le nom d’un spécialiste. Je suis rentrée chez moi pour prier et appeler un praticien de la Science Chrétienne.

La pensée m’est venue que mon être était intégralement spirituel, qu’il ne pouvait pas être touché par des conditions humaines ni par un passé humain. En réalité, rien n’avait jamais fragilisé ma substance dans l’Esprit. J’ai entrevu mon innocence en tant que reflet spirituel de Dieu, et j’ai affirmé que j’exprimais les qualités du Christ. Cela m’a apaisée.

Une citation tirée de Science et Santé avec la Clef des Ecritures de Mary Baker Eddy a guidé mes pensées. L’auteur évoque la parabole de l’ivraie et du bon grain : « Le temporel et l’irréel ne touchent jamais l’éternel et le réel. Le muable et l’imparfait ne touchent jamais l’immuable et le parfait. L’inharmonieux et ce qui se détruit ne touchent jamais l’harmonieux et ce qui existe en soi. Ces qualités opposées sont l’ivraie et le froment, qui en réalité ne se mélangent jamais, bien que (aux yeux des mortels) ils croissent côte à côte jusqu’à la moisson ; alors la Science sépare le froment de l’ivraie, grâce à la compréhension que Dieu est toujours présent et que l’homme reflète la ressemblance divine. » (p. 300)

J’ai vu que je ne pouvais jamais être réellement touchée par aucun diagnostic, aucune maladie ni aucune croyance finie, et que je ne pouvais pas davantage être fragilisée. J’étais certaine que ce qui était inharmonieux s’autodétruirait, comme il est dit dans le passage précité.

Il se trouve que j’ai reçu au même moment une lettre anonyme écrite par une personne furieuse. Je n’étais pas certaine de comprendre le mobile et la raison de cette lettre ; j’étais non seulement choquée par son contenu et par les menaces sous-entendues, mais également abasourdie par les propos haineux et le langage grossier. Je me suis rendu compte que je faisais une fixation sur cette lettre, ce qui n’allait pas favoriser la guérison ni mes progrès spirituels. Ce n’était pas non plus constructif. J’ai alors décidé de cesser de ruminer le contenu de la lettre pour m’attacher au « contenu spirituel » venant de Dieu. J’ai vu clairement que tout le monde, sans exception, est l’expression de Dieu, et cette pensée m’a aidée. Dans la Vérité, dans la réalité spirituelle, il n’y a pas de mortels choqués, haineux ou confus ; il n’y a ni ennemis ni adversaires. Il n’y a que des idées spirituelles complètes et sans péché, vivant dans l’Entendement, reflétant un Entendement harmonieux et unique.

J’ai également été guidée vers les passages suivants de Science et Santé : « Il est évident en soi que nous ne sommes harmonieux que dans la mesure où nous cessons de manifester le mal ou la croyance que nous souffrons à cause des péchés des autres. » (p. 346) et : « C’est une erreur de souffrir si ce n’est par suite de vos propres péchés. » (p. 391) Ces idées m’ont permis de ne plus faire de fixation sur le caractère négatif d’un tel envoi.

D’autre part, j’ai pensé à Christ Jésus qui a opposé le baume du pardon à son crucifiement et à la trahison. Il ne s’est pas arrêté aux actes des autres, il n’a pas attaché d’importance au mal qu’on prévoyait de lui faire, si ce n’est pour démontrer le pouvoir qu’avait l’Amour divin de vaincre la haine, dans l’intérêt de toute l’humanité. Il s’est attaché à l’unité qu’il formait avec son Père. Il en est ressorti vainqueur, non victime. Jésus pria : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font. » (Luc 23:34) Cette puissante marque de pardon témoignait aussi de sa démonstration du pouvoir du Christ, la Vérité, exprimé dans sa vraie nature semblable au Christ, en tant que fils de Dieu.

La personne qui m’avait écrit ne me connaissait pas véritablement. Je me suis sentie immédiatement libérée du choc causé par la lettre et par son caractère agressif. Et je n’ai pas été surprise de me rendre compte que l’abcès dentaire avait disparu en même temps.

J’ai eu récemment un nouveau rendez-vous pour un nettoyage chez le même dentiste. Son assistante s’est tout de suite souvenue de l’abcès. A la fin de son travail, elle a souligné la grande différence dans l’état de mes dents comparé au rendez-vous précédent, et elle m’a dit que tout était parfait.

Je suis très reconnaissante des leçons spirituelles que j’ai tirées de cette guérison : je pardonne plus facilement dans la vie quotidienne, je suis moins sensible aux offenses et, surtout, je suis remplie de gratitude envers Dieu. Paul écrit aux Romains : « Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. » (8:38, 39) A mes yeux, cela s’applique à toutes les suggestions d’un passé humain négatif, un passé qui n’a pas le pouvoir de nous faire du mal ni de nous séparer de l’amour de Dieu.

En Vérité, nous sommes dans la main de Dieu, nous ne faisons qu’un avec notre Père, notre Créateur, et rien d’inharmonieux n’a jamais vraiment touché ni connu notre véritable nature spirituelle, semblable au Christ.

Shelley Cost Chaffee
Monterey, Californie, Etats-Unis 

Paru d'abord sur notre site le 27 juillet 2017.
Publié à l’origine en anglais dans le Christian Science Sentinel du 16 janvier 2017

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !


La mission du Héraut

Mrs. Eddy affirme que Le Héraut de la Science Chrétienne doit proclamer « l'activité et l'accessibilité universelles de la Vérité. » D'après le dictionnaire un « héraut est » « un avant-coureur — un messager annonçant l'approche de ce qui vient; » cela montre la mission spéciale du Héraut et fait ressortir l'obligation morale qui nous incombe: chacun de nous doit veiller à ce que nos Hérauts accomplissent leur tâche, laquelle est inséparable du Christ, et fut d'abord annoncée par Jésus (Marc 16:15): « Allez par tout le monde et prêchez l'Évangile à toute créature. »

Mary Sands Lee, Le Héraut de la Science Chrétienne, octobre 1956

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.