Skip to main content
Articles originaux web

Guérison rapide d’une blessure à la mâchoire

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de octobre 2017

Publié à l’origine en anglais dans le Christian Science Journal de juillet 2017

Paru d'abord sur notre site le 7 août 2017.


Je souhaite partager une guérison récente qui m’est particulièrement chère, non seulement parce que je suis très reconnaissante mais aussi pour toutes les raisons qui, selon moi, ont permis un rétablissement immédiat.

Mon mari et moi étions allés passer le week-end en famille, et nous avions prévu d’aller voir les spectacles de nos petits-enfants au lycée et à la faculté. Nous devions aussi assister à une comédie musicale montée par de vrais professionnels.

Alors que je me dépêchais pour partir au spectacle, notre chienne s’est échappée par la porte de derrière. Quand j’ai couru la chercher pour la faire rentrer, elle s’est précipitée sur moi, pour jouer, et m’a renversée sur le sol en béton. Je me suis retrouvée face contre terre.

Ma fille est aussitôt venue m’aider à me relever. Nous avons fait rentrer la chienne et nous sommes montés en voiture. Je me suis rendu compte que j’avais une blessure au menton et que ma mâchoire était déboîtée. Je ne pouvais plus fermer la bouche ni serrer les dents.

J’étais assise à côté de mon mari, qui conduisait la voiture, tandis que ma fille et une amie proche qui était scientiste chrétienne avaient pris place à l’arrière. Alors que la voiture sortait de l’allée, quelqu’un a dit gentiment que rien ne nous obligeait à aller voir cette comédie musicale.

Ma réaction immédiate a été de répondre d’un ton ferme, avec véhémence : « Bien sûr que si ! » J’étais convaincue qu’il était juste de ne rien changer à ce que nous avions prévu ce jour-là.

Au cours des semaines passées, j’avais médité sur l’idée que l’univers est complet, et je m’étais ouverte davantage à cette vérité. Etant une création divine, non matérielle, l’univers est toujours harmonieux et parfaitement ordonné. J’avais été marquée par cette compréhension très puissante du fait que Dieu est l’origine, le Principe, de cet ordre. Son univers embrasse toutes Ses idées, si bien que chaque détail est gouverné de façon divine et harmonieuse. Par exemple, les orbites suivies par la lune, les étoiles et les planètes symbolisent l’idée que chaque chose est maintenue parfaitement et exactement à sa place.

Cette connaissance acquise grâce à la prière m’a donné le sentiment que rien dans cet univers gouverné par Dieu n’est le fruit du hasard ni en désordre. Je pense que ce travail, cette prière, m’a aidée à ne pas être déstabilisée par la situation présente.

Sachant que les vérités spirituelles sont immédiatement accessibles à chacun d’entre nous, dès lors que nous nous tournons vers Dieu, je me suis sentie réconfortée et protégée. Je sentais le pouvoir même du Christ, la vraie idée de Dieu, ce que Mary Baker Eddy appelle « la toute-présence divine » (La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 192). C’était pour moi un aperçu de ce que ressentirent certainement les disciples lorsque le Saint-Esprit descendit sur eux et leur fit connaître le pouvoir et la présence de Dieu, le bien. Il vient à chacun de nous dans la mesure où nous désirons le recevoir.

Les quarante-cinq minutes qu’a duré notre trajet se sont déroulées dans le silence. Je sentais le soutien magnifique que chacun m’apportait. Lorsque nous sommes arrivés au théâtre, ma pensée s’est détachée de façon naturelle du témoignage matériel et de tout effort humain, et j’ai eu la certitude que l’ordre et l’harmonie étaient présents, pour moi et pour tous ceux qui étaient dans la salle. C’était réjouissant de comprendre que personne n’était laissé à la porte. J’avais la parfaite assurance d’être en sécurité même si, à ce moment, rien n’avait changé du point de vue physique.

J’avais juste besoin d’avoir confiance dans ce fait spirituel qu’est l’ordre parfait, et de me sentir en accord avec le bien. Je n’essayais absolument pas de trouver une solution physique. Quand j’y repense, j’étais portée par l’inspiration. Je savais que Dieu, le bien, gouvernait. C’était tout ce qu’il me fallait savoir.

Après l’entracte, je me suis détendue et j’ai mieux apprécié le spectacle que pendant la première partie.

Et puis cette drôle de pensée m’est venue : « Pourquoi ne pas prendre un chewing-gum ? » Je me suis dit aussitôt : « Mais non, tu ne pourras pas le mâcher ! » Mais j’ai vu dans ma première pensée une douce invitation. J’ai alors mis un chewing-gum dans ma bouche et j’ai continué de profiter du spectacle. Je me suis vite rendu compte que je mâchais naturellement, sans problème.

En sortant du théâtre, j’ai remercié les membres de notre petit groupe pour leurs prières. Je savais qu’ils avaient prié tous les trois selon leur inspiration spirituelle, ce qui avait beaucoup contribué à une atmosphère de guérison. A ce moment, ma mâchoire s’était remise en place sans me faire mal, et je n’avais plus la bouche tordue. Ce soir-là, au dîner, certains d’entre nous ont entendu un léger claquement, le dernier ajustement indolore, apparemment nécessaire. Bouche et mâchoire étaient à présent redevenues tout à fait normales. La blessure au menton a été apparente un peu plus longtemps, mais elle n’a pas tardé à se refermer.

Une partie importante de cette guérison a consisté à comprendre qu’elle devait beaucoup à mes prières et à mon travail antérieurs concernant l’univers spirituel et parfait de Dieu.

Rétrospectivement, nous avons reconnu que la guérison a essentiellement eu lieu dès le début, quand j’ai tout de suite décidé de ne rien changer à nos projets. Le rejet immédiat de la possibilité de changer nos plans équivalait à une réfutation mentale de la suggestion d’impuissance ou de blessure.

L’étude de la Science Chrétienne nous apprend que nos traitements sont très efficaces quand nous rejetons immédiatement tout ce qui nie la totalité et la toute-présence de Dieu. La Bible nous guide : « Accorde-toi promptement avec ton adversaire, pendant que tu es en chemin avec lui. » (Matthieu 5:25)

Je serai toujours reconnaissante de cette autorité que Dieu nous donne, nous insuffle, de rejeter ce que l’Entendement divin ne connaît pas, et de cette capacité d’écouter et de suivre les directives qui nous sont inspirées. La guérison devient alors naturellement évidente. C’est un don merveilleux de Dieu que de témoigner de cette protection si naturelle et pleine d’amour.

Pam Debolt
Santa Rosa, Californie, Etats-Unis

Publié à l’origine en anglais dans le Christian Science Journal de juillet 2017

Paru d'abord sur notre site le 7 août 2017.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / octobre 2017

La mission du Héraut

Mrs. Eddy affirme que Le Héraut de la Science Chrétienne doit proclamer « l'activité et l'accessibilité universelles de la Vérité. » D'après le dictionnaire un « héraut est » « un avant-coureur — un messager annonçant l'approche de ce qui vient; » cela montre la mission spéciale du Héraut et fait ressortir l'obligation morale qui nous incombe: chacun de nous doit veiller à ce que nos Hérauts accomplissent leur tâche, laquelle est inséparable du Christ, et fut d'abord annoncée par Jésus (Marc 16:15): « Allez par tout le monde et prêchez l'Évangile à toute créature. »

Mary Sands Lee, Le Héraut de la Science Chrétienne, octobre 1956

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.