Skip to main content
Articles originaux web

De bonnes nouvelles


Unité dans l’Eglise

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de octobre 2017

Publié à l’origine en anglais dans le Christian Science Journal de juillet 2017

Paru d'abord sur notre site le 31 juillet 2017.


On note avec intérêt que l’Eglise chrétienne primitive s’efforçait d’obtenir l’unité. Les premiers leaders chrétiens semblent avoir compris que, plus que toute autre chose, les désaccords et la discorde risquaient de nuire à la propagation du christianisme authentique. Paul cite les « disputes » parmi les « œuvres de la chair » (voir Galates 5:19-21), et il ne cesse de plaider pour l’unité et l’harmonie entre les premiers chrétiens. De même, Mary Baker Eddy souligne dans tous ses écrits le besoin d’unité dans l’Eglise.

Aujourd’hui comme autrefois, une forme d’entêtement incite davantage à s’attacher à des points de vue personnels qu’à vivre les deux grands commandements (voir Marc 12:29-31). Mais le fait de prier pour connaître et exprimer l’amour et l’intelligence de l’Amour divin, Dieu, détache les pensées du moi et ouvre la voie à l’unité et à l’harmonie.

L’œuvre de guérison de Christ Jésus prouve que la compréhension et la mise en pratique de l’unité de l’homme et de Dieu sont d’une importance capitale pour apporter la guérison et l’harmonie sur le plan humain. Ce concept radical va de pair avec le fait que Dieu est l’Entendement, et que l’homme, Sa ressemblance spirituelle, est inséparable de cet unique Entendement et n’en exprime pas d’autre. Cette vérité étant une réalité absolue, le fait spirituel de l’être est que l’harmonie est réelle. Une fausse conscience basée sur la matière est le seul endroit où les querelles et les dissensions paraissent exister. Croire que quiconque puisse être en dehors de l’unique Entendement, c’est accepter une identité individuelle séparée de Dieu.

Il est bon de se rappeler que les points de vue humains ne sont rien d’autre que... des points de vue humains ! Ils dérivent principalement d’un sens matériel des choses, et la vraie sagesse consiste à rechercher la sagesse en Dieu. En nous laissant guider par la sagesse divine, nous sommes moins enclins à entretenir des pensées menant à la discorde, les pensées qui divisent les les familles, les amis et autres groupes sociaux, y compris nos églises. Comme l’écrit Mary Baker Eddy dans Science et Santé avec la Clef des Ecritures : « Nulle sagesse n’est sage hormis Sa sagesse ; nulle vérité n’est vraie que la Vérité divine, nul amour n’est aimable que l’Amour divin, nulle vie n’est Vie que la divine ; nul bien n’existe, sauf le bien que Dieu accorde. » (p. 275)

Alors que je chérissais le désir de trouver la sagesse en Dieu et de mieux exprimer l’harmonie, ce verset tiré de la première épître de Jean a attiré mon attention : « Si quelqu’un dit : J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur ; car celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ? » (4:20) Cela m’a donné l’élan nécessaire pour commencer à démontrer l’unité et l’harmonie au sein de mon église – une filiale de l’Eglise du Christ, Scientiste.

C’est alors que je me suis rendu compte que j’étais très critique au sujet de la musique jouée dans l’église. Bien que je n’en parle pas beaucoup, je critiquais intérieurement la qualité des interprétations et même le choix des solos.

Mon attitude n’était pas constructive. Cela n’aidait ni l’église ni les membres. J’ai ressenti le besoin d’aimer davantage. Presque aussitôt, j’ai compris que mes pensées n’allaient pas dans le bon sens et qu’elles étaient égotistes. Je me suis ouverte à l’Entendement divin, et ainsi, j’ai pu commencer à aimer davantage les autres membres, à apprécier leurs talents et à penser avant tout au message d’amour contenu dans chaque solo. J’ai constaté que la critique négative cédait à une appréciation sincère du bien qui se déroulait. J’ai apprécié le professionnalisme et la voix de notre soliste, et j’ai refusé de me livrer à des critiques non constructives.

Pour être honnête, je ne sais pas si la musique a changé, mais à mesure que je gagnais une meilleure compréhension de Dieu, l’Amour, en tant que seul Entendement, mon opinion sur la musique et les autres membres a bel et bien évolué.

Depuis ce moment, je m’applique dans mes prières à aimer et à apprécier le travail de ceux qui participent aux activités de notre église filiale. Par exemple, j’éprouve une plus grande gratitude pour l’amour que les membres apportent au travail d’église, quelle que soit l’importance de leur participation.

Au lieu d’argumenter ou de s’appesantir sur le manque d’harmonie, nous pouvons laisser l’amour pour Dieu et pour l’homme inspirer nos pensées et nos actes. De cette façon, nous parvenons à voir et à démontrer que l’idée de Dieu, l’homme, demeure dans le royaume de Dieu, dans l’unité et l’harmonie. Si nous sommes sincères, nous constaterons que les désaccords personnels sont résolus selon la norme et l’exemple définis par Jésus : en aimant les autres comme soi-même.

Comme on lit dans le cantique no 196 de l’Hymnaire de la Science Chrétienne :

Que tout ce qui divise,
       A jamais oublié,
Soit comme une ombre grise,
       Par le jour, effacé ;
Que tout ce qui rapproche
       Rende nos cœurs toujours
Plus unis et plus proches 
       Sous la loi de l’Amour.
(Jane Borthwick, traduction © CSBD)

En réalité, nous demeurons tous sous la loi de l’Amour, dans le royaume de Dieu. C’est pourquoi nous sommes par nature réceptifs au message divin d’un amour dégagé du moi, et prêts à chérir les multiples façons dont le bien s’exprime dans le monde, y compris dans nos églises.

Carol Rounds

Publié à l’origine en anglais dans le Christian Science Journal de juillet 2017

Paru d'abord sur notre site le 31 juillet 2017.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / octobre 2017

La mission du Héraut

Mrs. Eddy affirme que Le Héraut de la Science Chrétienne doit proclamer « l'activité et l'accessibilité universelles de la Vérité. » D'après le dictionnaire un « héraut est » « un avant-coureur — un messager annonçant l'approche de ce qui vient; » cela montre la mission spéciale du Héraut et fait ressortir l'obligation morale qui nous incombe: chacun de nous doit veiller à ce que nos Hérauts accomplissent leur tâche, laquelle est inséparable du Christ, et fut d'abord annoncée par Jésus (Marc 16:15): « Allez par tout le monde et prêchez l'Évangile à toute créature. »

Mary Sands Lee, Le Héraut de la Science Chrétienne, octobre 1956

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.