Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

Voir au travers de la matière

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de octobre 1977


Quel que soit le problème qui se présente à nous, nous pouvons toujours en trouver la solution quand nous en venons à apprendre que la matière est irréelle. Et le fait que la matière est irréelle devient évident quand nous prenons conscience que Dieu, l’Esprit, est Tout-en-tout, et que la matière est l’opposé de l’Esprit. Mais la solution de nos problèmes semble souvent tarder à venir à cause de notre répugnance à faire face au fait de l’irréalité de la matière. Ils sont résolus quand nous voyons, au travers de la matière, la réalité spirituelle.

Il semble y avoir une puissance opposée à Dieu, une puissance nommée diable ou mal. Cette prétendue puissance a bien d’autres noms: hasard, fausse croyance, forces naturelles, lois de l’hygiène, magnétisme animal, etc. Ces noms peuvent tous se résumer en un mot: « matière ». Le mal prétend être entendement dans la matière, mais la matière n’a pas d’intelligence. Lorsque nous voyons l’irréalité de la matière, nous voyons l’irréalité de tout mal. Alors nous pouvons voir l’homme tel qu’il est.

L’homme est l’image ou l’idée de l’Esprit. Il reflète la compréhension divine. Pour guérir une maladie, il est nécessaire de mettre en lumière la vérité concernant Dieu et l’homme. Et cette vérité ne renferme aucune matière, aucune maladie, aucune croyance, aucun « croyant » — seulement l’Esprit et son idée parfaite.

Sur cette base, Christ Jésus chassa les démons et guérit les malades. Ses guérisons ne nécessitaient aucun laps de temps, car il savait déjà que son Père, l’Esprit, était présent, et il montra par des œuvres telles que la guérison de la main sèche Voir Matth. 12:10–13 ; et la résurrection du fils de la veuve Voir Luc 7:12–15 ; que les conditions de la matière étaient irréelles pour lui. S’il avait vu ces conditions comme réelles, il ne les aurait pas détruites, car elles auraient représenté Dieu, le créateur de tout. Et Jésus dit: « Je suis venu au nom de mon Père. » Jean 5:43;

Dans le livre d’étude de la Science Chrétienne, Science et Santé, Mrs. Eddy demande: « Quand comprendra-t-on que la matière n’a ni intelligence, ni vie, ni sensation, et que la croyance qu’elle en a est la source féconde de toute souffrance ? » Science et Santé, p. 205; Et dans « l’exposé scientifique de l’être », elle dit: « L’Esprit est la Vérité immortelle; la matière est l’erreur mortelle. » ibid., p. 468;

Si notre concept de l’être aussi clair que celui de Jésus, nous dirions en toute logique aux malades: « Lève-toi, et marche » Matth. 9:5., et ils le feraient. Cela arrive effectivement à notre époque lorsque la pensée de quelqu’un au sujet de Dieu et de l’homme s’approche de la réalité, de sorte que pour lui un état de maladie est manifestement faux. Mais jusqu’à ce que nous nous approchions de cet état de pensée où nous voyons chaque cas de matière malade non seulement comme impossible mais irréel, nous devons apprendre à travailler mentalement pour guérir notre propre pensée et celle de notre patient.

Un tel travail mental est le reflet conscient des qualités de l’Esprit, qui agissent dans la conscience humaine pour éliminer et dénoncer comme irréelles les caractéristiques de la croyance matérielle. Par exemple, quelqu’un qui serait en présence de symptômes suggérant un cancer aurait recours à l’Entendement divin en exprimant les qualités spirituelles qu’il connaît déjà — la conscience de la présence, de la bonté et de la puissance de Dieu, peut-être — et, étant inspiré par l’Esprit, il nierait chaque symptôme avec sa conscience de ces qualités connues. Qui mieux est, il reconnaîtrait qu’il est impossible que la matière s’exprime mentalement et communique des informations à l’homme, l’idée de Dieu. Et tandis qu’il prierait ainsi, il verrait de plus en plus clairement que la matière elle-même n’est rien, parce que tout est Esprit, Dieu, le bien.

Finalement, il arriverait à un stade dans son travail mental où il ne déclarerait pas seulement l’irréalité de la maladie et de la matière qui semble la contenir, mais où il saurait qu’elles sont irréelles. Il comprendrait. Il saisirait. Il verrait l’individu — que cet individu fût luimême ou quelqu’un demandant de l’aide — comme totalement distinct de l’illusion de la matière et de la maladie, de la croyance médicale, des symptômes, de la crainte ou même du souvenir de la suggestion mauvaise. Et la guérison aurait lieu.

Que notre problème soit un conflit humain, des volontés opposées, un revenu insuffisant, ou toute autre chose, la solution vient dans la mesure où nous apprenons à reconnaître, grâce à ce que nous savons de l’Esprit, le néant de la matière. De tels problèmes ont leur origine dans la croyance que nous avons un entendement dans la matière ou une personnalité matérielle, en dehors de l’Esprit. Nous les résolvons, non en nous efforçant de « voir », par la volonté, des gens parfaits, mais en travaillant à comprendre le seul Entendement, le seul Esprit et, grâce à notre compréhension, en niant intelligemment que la matière puisse avoir la capacité de former des entendements personnels ou de créer des forces mentales appelées croyances, opinions, volontés humaines, etc.

Dans la mesure où la vérité au sujet du seul Entendement devient évidente et où l’on reconnaît le néant de la matière et des prétentions associées à la croyance à la matière, les impossibilités apparentes d’une situation se résolvent en possibilités. Des solutions commencent alors à poindre. En réalité, il n’y a jamais eu de problème non résolu. Le travail mental qui reconnaît le seul Entendement et nie tout autre entendement révèle ce fait.


Pour nous il n’y a qu’un seul Dieu,
le Père,
de qui viennent toutes choses
et pour qui nous sommes.

I Corinthiens 8:6

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / octobre 1977

La mission du Héraut

La lecture du Héraut garde [la] pensée en harmonie avec le Principe divin qui gouverne l’univers entier - Dieu. Cette préparation spirituelle [...] permet de faire face aux hebdomadaires et aux journaux télévisés en affirmant la bonne nouvelle de la présence de Dieu, toujours là pour secourir et protéger. Le Héraut se compose d’articles et de témoignages écrits par des personnes qui mettent en application ce que leur apprend la Science Chrétienne, et qui ont prouvé que ses enseignements apportent la guérison et le réconfort.

– Heloísa G. Rivas, Le Héraut de la Science Chrétienne, janvier 1998

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.