Skip to main content

Libérée d'un grand poids

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de février 2005


Il y a quelques années, j'étais dans une période noire de ma vie (pensées suicidaires, dépression). Rien n'allait bien, je passais de longs moments à pleurer, je ne comprenais pas ce qui m'arrivait. J'étais toujours dans les mains des docteurs. Des examens médicaux avaient révélé une grosseur anormale dans la gorge, ainsi qu'une carence de cortisone dans mon organisme (substance censée être indispensable à la vie), ce qui supposait un traitement médical assez lourd ainsi que des visites régulières chez un spécialiste. La prise de certains médicaments était prescrite à vie.

Un jour, j'ai demandé à mon médecin traitant si je devais vraiment prendre ces médicaments à vie. Il m'a répondu: «Vous devrez faire ainsi toute votre vie, ou abandonner le traitement et mourir.» J'ai donc pris les médicaments, mais j'étais toujours déprimée et j'allais de moins en moins bien. Je n'étais bien nulle part et j'avais peur de tout. Je commençais sérieusement à me poser des questions, à être inquiète des proportions que cela prenait.

Un jour, une amie de très longue date à laquelle je me confiai me conseilla de lire un livre, en m'assurant qu'à sa lecture je me sentirais mieux. Il s'agissait du livre Science et Santé avec la Clef des Écritures de Mary Baker Eddy. J'étais tellement mal que j'ai suivi ses conseils et j'ai commandé le livre. Elle m'avait également conseillé de le lire chapitre après chapitre sans sauter de pages, pour bien en comprendre le message. Elle a renchéri en me disant qu'après je me sentirais bien mieux.

Au début, les phrases que je lisais me semblaient très compliquées, leur sens m'échappait totalement. Mais comme j'avais promis de lire le livre, j'ai continué, sans me poser de questions. Cela a duré environ deux semaines, au bout desquelles je me suis rendu compte qu'en partant de chez moi pour me rendre quelque part, je n'emportais plus les tranquillisants prescrits par le médecin, mais que j'emportais Science et Santé, car il me semblait que sa lecture me faisait du bien. Ce qui était vrai d'ailleurs, car durant toute cette lecture, des idées nouvelles s'imposaient à moi, des idées comme celles-ci: Dieu est Amour, ce n'est pas un Dieu qui punit. Et je ressentais Son amour. Par la suite, j'ai compris aussi que ce n'était pas l'exercice mécanique de la lecture qui faisait du bien, c'étaient les idées exprimées au travers de ce livre qui guérissaient.

Je n'avais pas abandonné le traitement médical et je me rendais toujours régulièrement chez des spécialistes, mais j'avais un peu moins de crainte.

Un jour j'ai téléphoné à une praticienne pour me faire aider (une praticienne est une personne qui soutient les gens par la prière). Quelques semaines après, je me suis sentie renaître. J'ai alors décidé, de moi-même, d'abandonner tout traitement médical pour m'appuyer complètement sur la prière. La praticienne exprimait beaucoup d'amour. Elle me disait que j'étais l'enfant bien-aimée de Dieu, qu'il m'aimait, qu'il était toujours présent, que je ne pouvais jamais manquer de rien, que j'étais une idée complète et parfaite en Dieu. J'appelais la praticienne plusieurs fois par semaine. Elle m'a conseillé de lire les psaumes vingt-trois et quatre-vingt-onze. Le psaume vingt-trois me parlait beaucoup, je me sentais bien quand je l'approfondissais, car la notion du Berger évoquait pour moi la protection de Dieu. En lisant: «Tu dresses devant moi une table en face de mes adversaires», je voyais que rien de mauvais ne pouvait m'atteindre.

Je continuais aussi d'étudier Science et Science, et un passage notamment a contribué à ma guérison: «La bonne volonté de devenir semblable à un petit enfant et d'abandonner l'ancien pour le nouveau dispose la pensée à recevoir l'idée avancée.» (p. 323:35-2) Cela m'a aidée à céder, comme un petit enfant, à l'idée nouvelle pour moi que je pouvais ressentir l'Amour divin, et que j'étais tendrement protégée. D'ailleurs ce passage m'inspire encore aujourd'hui bien des fois lorsque je suis confrontée à un souci.

Après quelques semaines, je me suis réveillée un matin avec le sentiment étrange d'être libérée d'un poids: je ne sentais rien qu'une paix et une reconnaissance indescriptibles.

J'étudie la Christian Science depuis quinze ans maintenant. Je n'ai plus de pensées noires, elles ne sont plus qu'un souvenir lointain très flou et qui semble ne jamais m'avoir appartenu. Je me sens heureuse de vivre, je remercie le Père chaque matin de ce qu'il me montre la voie, qu'il me donne l'occasion de Le servir et de servir les autres.

Quant à la grosseur dans la gorge, je n'ai jamais passé de contre-visite médicale, et je peux dire que je me sens guérie entièrement de ce qui a représenté un problème un jour. Je vis normalement, j'ai une vie bien active, sans médicaments, et j'ai beaucoup de reconnaissance envers Dieu, le Bien éternel. Mes bonnes pensées vont également à la praticienne qui, par la patience et l'amour qu'elle a exprimés, m'a apporté réconfort, calme et paix. Depuis, je suis devenue membre d'une société de la Christian Science au sein de laquelle je trouve joie et soutien.

Enfin je dois ajouter un grand remerciement pour l'amie qui m'avait conseillé de lire Science et Santé. Elle-même avait reçu ce livre en cadeau d'une personne qui lui avait dit qu'il lui ferait le plus grand bien.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / février 2005

La mission du Héraut

J’ai découvert que lire le *Héraut* est un merveilleux moyen de garder la pensée élevée. Il montre que des gens, partout dans le monde, sont inspirés par les idées de *Science et Santé* et les mettent en pratique. Et il en résulte qu’ils sont en meilleure santé et mènent une vie plus harmonieuse.

Les témoignages de guérison dans le magazine m’ont tout particulièrement rassurée en me montrant que la guérison spirituelle a bien lieu aujourd’hui, et que tout le monde est capable de guérir et d’être guéri par la prière ; ce n’est pas un privilège réservé à quelques-uns.

– Ivonne Gil Rivas, Le Héraut de la Science Chrétienne, octobre 2018 

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.