Skip to main content
Web Original

Pour les jeunes

De retour sur le tapis

From The Herald of Christian Science - 21 mai 2018


Je me faisais peser après mon entraînement de lutte romaine quand l’un de mes copains a fait remarquer que j’avais sur le dos les marques d’une certaine maladie de peau. Comme elle était considérée extrêmement contagieuse, tout le monde a paniqué. Ils ont tous commencé à me raconter des histoires concernant des gens qu’ils connaissaient et qui avaient attrapé cette maladie. Ils n’avaient pas pu faire de lutte pendant un mois. Mon entraîneur m’a dit que je ne pourrais pas en faire pendant au moins deux semaines et que je devais aller me faire soigner chez le médecin. Là, j’ai vraiment commencé à avoir très peur, car je ne voulais manquer aucun entraînement ni aucun tournoi.

A la maison, j’en ai parlé avec ma mère, et nous avons décidé que j’allais appeler un praticien de la Science Chrétienne pour qu’il prie avec moi. Ça a été super, parce que, même quand je lui ai parlé de tout ce qui n’allait pas, il est resté parfaitement calme. Et il m’a raconté une histoire qui m’a vraiment aidé : c’était un gars qui était dans un sous-marin de la marine américaine. Soudain, il est tombé très malade comme s’il avait touché du sumac vénéneux. En fait, le gars n’avait eu absolument aucun contact avec cette plante, mais il avait simplement entendu parler de quelqu’un qui avait souffert de ces symptômes et de la façon dont certains se manifestaient. Comme il était scientiste chrétien, il s’est mis à prier. Il s’est vite rendu compte qu’il avait affaire à une simple croyance, une idée erronée de ce que Dieu avait créé.

Au premier chapitre de la Genèse, il est dit que tout ce que Dieu a créé est bon. Alors où y a-t-il de la place pour la maladie dans cette création ? Nulle part. La création de Dieu est à 100 % bonne, comme Dieu. Toute croyance au mal, y compris la maladie, n’est donc rien d’autre qu’une croyance, une erreur, une suggestion mentale. Dès que le gars dans le sous-marin a compris cela, il a vu que la croyance n’avait aucun pouvoir sur lui, et les symptômes ont disparu plus rapidement qu’ils n’étaient venus. J’ai soudain réellement compris que si je puisais dans ce que Dieu connaissait, au lieu d’accepter la crainte, je me rendrais compte de l’impuissance de la maladie et je serais guéri.

Ce que j’ai trouvé super dans cette histoire, c’est qu’elle m’a fait réaliser que la maladie n’est vraiment qu’une croyance. Elle semble réelle et substantielle, mais dès que tu vois qu’elle n’a pas sa place dans la création de Dieu, elle n’a aucun lieu où exister. Elle ne peut pas avoir d’emprise sur ta pensée ni avoir le pouvoir de te faire peur, parce que tout ce qui est réel à tes yeux, c’est Dieu et Sa bonté parfaite.

Le praticien m’a aussi rappelé un passage de Science et Santé avec la Clef des Ecritures où Mary Baker Eddy parle de la contagion. Voici ce qu’elle écrit : « Nous pleurons parce que d’autres pleurent, nous bâillons parce qu’ils bâillent, et nous avons la variole parce que d’autres l’ont ; mais l’entendement mortel, non la matière, porte en lui l’infection et la transmet. Lorsque cette contagion mentale sera comprise, nous prêterons plus d’attention à notre état mental, et nous éviterons les bavardages au sujet de la maladie, comme nous éviterions de plaider en faveur du crime. Ni la sympathie ni la société ne devraient jamais nous amener à être tentés de chérir l'erreur quelle qu’elle soit, et nous ne devrions certainement pas nous faire l’avocat de l’erreur. » (p. 153)

Après avoir terminé ma conversation au téléphone avec le praticien, je n’arrêtais pas de penser à cette idée que la contagion n’a aucun pouvoir, parce que Dieu est l’Entendement divin et que cet Entendement connaît seulement ce qu’il crée. J’ai soudain réalisé que dès que je puiserais dans ce que l’Entendement connaissait, au lieu d’écouter mes propres pensées au sujet de la situation ou d’avoir peur de ce que mes coéquipiers diraient, c’est alors que je prendrais conscience du néant et de l’impuissance de la maladie et que je serais guéri.

Ce soir-là, j’ai réfléchi à ce qui était réel (Dieu, Sa totalité et Sa bonté) et ce qui ne l’était pas (la maladie). Je savais que Dieu n’avait pas dit, après avoir tout créé et vu que tout était bien : « Oh, tant pis, tout est bon sauf Tim. » Et donc à chaque fois que je me suis mis à avoir peur de ne pas pouvoir faire de la lutte ou que la maladie ne s’en aille pas, je suis revenu à ces idées : savoir ce qui était vrai au sujet de Dieu et comprendre comment Il m’avait créé. Je savais que rien ne pourrait changer ma perfection. J’ai bientôt retrouvé mon calme et je me suis endormi.

Le lendemain, je suis allé à l’entraînement et tout le monde s’est demandé ce que je faisais là. Et quand j’ai montré mon dos à mon entraîneur, il n’en revenait pas. La maladie de peau avait pratiquement disparu. Il pouvait à peine la voir. Il m’a tout de même demandé de rester sur la touche ce jour-là, mais le jour suivant, il n’y avait plus aucune marque et j’ai pu refaire de la lutte.

J’ai trouvé cette guérison tellement géniale, parce qu’elle m’a montré à quel point la Science Chrétienne est rapide et efficace. Et elle m’a prouvé que dès que tu sais vraiment que Dieu est tout-puissant et que la maladie ne peut avoir aucun pouvoir sur toi, ça y est. La maladie ? C’est du passé.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

Plus d’articles web

La mission du Héraut

L'explication divinement inspirée que donne Mrs. Eddy de la mission du Héraut de la Science Chrétienne, créé en 1903, est devenue un symbole des activités du mouvement de la Science Chrétienne, qui englobent le monde entier. Ses paroles, gravées au frontispice de La Société d'Édition de la Science Chrétienne, sont les suivantes: « proclamer l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible ». Le Héraut est une manifestation tangible du souci qu'avait notre Leader de partager avec toute l'humanité la précieuse connaissance de la Science de la Vie. Elle avait conscience que le Consolateur était venu pour « la guérison des nations ».

—Alfred F. Schneider, Le Héraut de la Science Chrétienne, juillet 1978

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.