Skip to main content
Articles originaux web

De bonnes nouvelles

Faire connaître la Science Chrétienne produit des bienfaits inattendus

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de mai 2018


C’est un grand privilège de pouvoir faire connaître la Science Chrétienne à d’autres personnes quand les circonstances s’y prêtent : par exemple, en invitant les enfants de ses voisins à venir à l’école du dimanche, en proposant à de nouveaux venus d’assister à une conférence ou à un service de la Science Chrétienne, ou bien encore en distribuant de la littérature de la Science Chrétienne.

Il y a bien des années, alors que j’étais lycéen en Corée du Sud, et que j’avais commencé l’étude de la Science Chrétienne depuis peu, je pensais à tort être incapable d’aider les autres avant d’avoir suivi le Cours Primaire de Science Chrétienne et d’avoir à mon actif des années d’étude de la Bible et des écrits de Mary Baker Eddy. Mais je savais au moins que je pouvais appliquer le grand commandement – aimer mon prochain comme moi-même (voir Matthieu 22:35-40) – et adhérer du mieux possible à l’esprit de ce verset biblique : « Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli ; j’étais nu, et vous m’avez vêtu ; j’étais malade, et vous m’avez visité. » (Matthieu 25:35, 36)

J’ai eu l’occasion de le mettre en pratique, dans une modeste mesure, et cela a permis à un ami qui n’était pas scientiste chrétien d’avoir une merveilleuse guérison. Durant un week-end, cet ami a été frappé au visage par une balle de baseball lancée avec une très grande force. Ses lunettes ont été brisées et des morceaux de verre ont pénétré dans son œil gauche.

Quand j’ai appris ce qui lui était arrivé, je suis aussitôt allé le voir à l’hôpital. J’ai été accueilli par sa mère et le médecin qui s’occupait de lui, et ils m’ont alors appris qu’on ne pouvait rien faire d’un point de vue médical : mon ami ne verrait plus que d’un œil pour le restant de sa vie. Le médecin le gardait en observation, et souhaitait lui apporter quelques soins.

Quand je suis entré dans la chambre, je l’ai trouvé tranquillement assis sur le lit. Je me suis senti poussé à lui dire que j’avais apporté de la littérature de la Science Chrétienne susceptible de l’intéresser. Auparavant, nous n’avions jamais discuté religion, même si nous nous connaissions depuis des années. A vrai dire, la religion avait toujours été la dernière chose dont il avait envie de parler. Je lui ai dit que j’avais entendu des témoignages remarquables lors de réunions de témoignage de la Science Chrétienne, le mercredi soir. Des personnes souffrant de maux divers, comme des fractures ou le cancer, avaient été guéries en recourant uniquement à Dieu.

Je lui ai lu plusieurs témoignages tirés de la documentation que j’avais apportée. Il m’a écouté sans rien dire pendant quelques minutes, et puis soudain il s’est écrié : « Je suis bouddhiste, alors ton Dieu chrétien ne peut rien pour moi. » J’ai repensé à cet énoncé de Mary Baker Eddy, tiré de Science et Santé avec la Clef des Ecritures : « L’Amour est impartial et universel dans son adaptation et dans ses dispensations. » (p. 13) Je lui ai répondu que Dieu ne nous connaissait pas en tant que chrétiens, bouddhistes ou musulmans ou sous toute autre étiquette humaine. A Ses yeux nous étions tous Ses enfants spirituels, et Il nous aimait tous.

Mon ami s’est montré intéressé par ce concept universel de Dieu. Je suis revenu le voir plusieurs fois à l’hôpital, et chaque fois je lui faisais part d’autres vérités concernant  l’amour universel et immuable de Dieu pour nous tous.

Dans mes prières, je m’efforçais de voir en chacun l’enfant spirituel de Dieu, et j’aimais chanter le vers suivant du poème de Mary Baker Eddy « Prière du soir de “Mère” » qui a été mis en musique dans l’Hymnaire de la Science Chrétienne : « Son bras encercle tendrement les Siens. » (Ecrits divers 1883-1896, p. 389) Je savais que Dieu prenait soin de nous tous, comme Christ Jésus l’avait démontré, et que chacun était naturellement réceptif à l’amour de Dieu.

Quand mon ami est sorti de l’hôpital et qu’il a ôté le pansement qui lui recouvrait l’œil gauche, à la grande surprise de tout le monde, il voyait parfaitement. Sa mère et le médecin n’en revenaient pas.

Après le lycée, j’ai perdu contact avec cet ami. Et puis, des années plus tard, je l’ai rencontré par hasard dans le centre de Séoul. Quand il m’a vu, il m’a serré la main en disant : « Je veux te remercier pour ton aide. » Il m’a raconté qu’après le lycée, il avait eu beaucoup de problèmes. Mais à chaque fois, il s’était rappelé la guérison de son œil. Il avait conservé le souvenir vivace des médecins qui lui avaient dit qu’il ne recouvrerait jamais la vue de cet œil, et il savait que Dieu l’avait guéri. Il était manifestement reconnaissant de la meilleure compréhension de Dieu qu’il avait acquise au cours de cette guérison, qui l’avait incité par la suite à devenir chrétien. Et il a ajouté que sa vie en avait été bénie.

L’une des leçons que j’ai tirées de cette expérience, c’est que, lorsque nous parlons de la Science Chrétienne à d’autres, nous n’avons pas besoin de prévoir les bienfaits qui en résulteront. Laissons Dieu faire. Il guidera les cœurs réceptifs d’une façon que nous ne saurions jamais imaginer.

Jae-Bok Young

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / mai 2018

La mission du Héraut

L'explication divinement inspirée que donne Mrs. Eddy de la mission du Héraut de la Science Chrétienne, créé en 1903, est devenue un symbole des activités du mouvement de la Science Chrétienne, qui englobent le monde entier. Ses paroles, gravées au frontispice de La Société d'Édition de la Science Chrétienne, sont les suivantes: « proclamer l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible ». Le Héraut est une manifestation tangible du souci qu'avait notre Leader de partager avec toute l'humanité la précieuse connaissance de la Science de la Vie. Elle avait conscience que le Consolateur était venu pour « la guérison des nations ».

—Alfred F. Schneider, Le Héraut de la Science Chrétienne, juillet 1978

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.