Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

L’Ame, non le corps, gouverne

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne d’mars 1976


Qui l’a dit ? Voilà la question que nous pouvons poser quand nous croyons nous sentir malade. Et l’autorité que nous avons pour la poser est divine. Le corps a-t-il envoyé le message ou est-ce l’Ame ? Si l’information vient du corps, c’est un mensonge parce que le corps ne peut pas transmettre d’information à l’Entendement de l’homme. Et le cerveau n’est pas Entendement; il n’est qu’une partie du corps.

Dieu est Ame, et cette Ame est le seul Entendement. L’opposé de l’Ame est la sensation matérielle. Fièvre, douleur, faiblesse, nausée et ainsi de suite sont des sensations matérielles que nous enregistrons avec des mots tels que: « Je ressens... » Mais le corps matériel ne ressent pas; la sensation est mentale. Sans mentalité il n’y a aucun sens de sensation. Mais la mentalité qui ressent par le canal de la matière n’est pas l’Entendement divin; c’est un opposé supposé appelé entendement mortel. Ce prétendu entendement est identique à la sensation matérielle. La croyance que la matière éprouve des sensations et la croyance qu’il y a entendement qui sent par le canal de la matière sont les mêmes.

Mrs. Eddy définit « entendement mortel » dans le Glossaire de Science et Santé. Sa définition commence ainsi: « Rien prétendant être quelque chose, car l’Entendement est immortel; mythologie; l’erreur créant d’autres erreurs; un sens matériel supposé, autrement dit, la croyance que la matière est sensible tandis qu’elle est insensible. » Science et Santé, p. 591;

Dans la Bible Paul insiste avec force sur le fait de « quitter ce corps » et de « demeurer auprès du Seigneur ». II Cor. 5:8; Si nous sommes toujours conscients de recevoir des renseignements du corps, nous demeurons mentalement dans le corps, mais dans la mesure où nous devenons conscients de recevoir des renseignements de Dieu, de l’Ame, nous demeurons « auprès du Seigneur ». Et quand l’information semble venir du corps et que nous la rejetons comme fausse, nous tournant ensuite vers l’Ame pour découvrir ce qui est vrai, nous pouvons être guéris de tout ce qui semble nous faire souffrir.

Toutefois pour obtenir de tels résultats, il est essentiel d’avoir un esprit de suite. Si nous ressentons les symptômes d’une maladie et que nous nous détournons de l’information venant du corps pour obtenir la vérité venant de l’Ame mais que nous nous tournons alors de nouveau vers le corps afin d’apprendre si ce résultat doit ou nous réjouir ou nous attrister, c’est seulement partiellement que nous essayons de quitter le corps pour demeurer auprès du Seigneur. Si réellement nous mettons notre foi dans l’Ame pour nous donner l’information qui est vraie, nous ne regardons plus à l’évidence matérielle pour en tirer une sorte d’information quelconque.

Christ Jésus a dit: « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données pardessus. » Matth. 6:33; Il démontra en guérissant toutes sortes de maladies, même en ressuscitant les morts, que l’évidence matérielle ne l’impressionnait pas du tout. Ses guérisons résultaient du fait qu’il était informé par son Père, Dieu. Il dit même aux disciples qui revenaient lui rendre compte de leur travail de guérison: « Ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis; mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont écrits dans les cieux. » Luc 10:20;

Qui l’a dit ? Si nous posons cette question immédiatement quand nous sommes en présence de symptômes de maladie, ou aussi bien devant une évidence de guérison, nous pouvons rapidement faire une mise au point. Seule l’Ame exprime la vérité de notre être. L’Ame est la conscience divine et c’est la seule véritable conscience que nous ayons de notre identité ou existence.

Pensons-nous que nous serions reconnaissants si, en nous réveillant un matin nous trouvions que les symptômes de maladie ont disparu ? Pourquoi ? Parce que le corps l’a dit, ou parce que l’Ame l’a dit ? En réalité l’Ame, étant l’Entendement infini, nous dit tout ce que nous avons besoin de savoir à l’instant même. Un corps malade ne fait aucunement partie de ce que l’Ame connaît. Un corps matériel en bonne santé non plus. Si nous recherchons ce que l’Ame connaît et rejetons ce que pourrait dire la matière aujourd’hui ou demain, nous pouvons trouver la joie de nous identifier maintenant en tant qu’idée de l’Ame. Et nous pouvons être guéris.

Quand nous nous détournons vraiment du corps et recherchons la conscience de l’Ame s’exprimant elle-même, nous cessons d’utiliser la Science de l’Ame, la Science Chrétienne, simplement pour obtenir la guérison physique. Au lieu de cela nous reconnaissons cette Science comme le moyen de démontrer la réalité spirituelle — la réalité dans laquelle l’homme n’est pas dans un corps matériel et n’est jamais malade, et par conséquent n’a pas besoin de devenir bien portant. Le corps que nous pensions être le nôtre — le corps dont nous pensions être conscient grâce à la sensation matérielle — cède alors à un sens plus élevé qui est le corps constitué par les qualités de l’Ame.

Ce renoncement n’est pas une méthode propre à surmonter les maladies physiques; c’est la reconnaissance de l’identité spirituelle bien au-dessus de toute croyance à des conditions physiques. Mrs. Eddy dit: « L’homme, bien compris, au lieu de posséder un corps matériel sensible, a un corps insensible; et Dieu, l’Ame de l’homme et de toute existence, étant perpétuel dans Sa propre individualité, harmonie et immortalité, communique ces qualités à l’homme et les perpétue en lui par l’Entendement, non par la matière. » Science et Santé, p. 280.

Jamais le corps ne gouverne l’homme; l’Ame gouverne l’homme. Nous pouvons le prouver à mesure que nous renonçons au faux sens du corps, que nous rejetons la sensation matérielle et que, par la prière, nous reconnaissons que Dieu, l’Entendement, est l’Ame de l’homme. Alors l’information que nous recevrons sera une information venant de Dieu et, dans cette mesure, le corps dont nous sommes conscients sera gouverné par l’Ame. Nous démontrerons la vérité de l’être qui comprend non seulement la santé parfaite mais l’immortalité.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / mars 1976

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.