Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

La vue — une faculté de l'Ame

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de septembre 1974


La Science Chrétienne révèle que la vue est une faculté de l'Ame, que l'homme — le reflet de l'Ame — exprime éternellement. Par conséquent, en réalité, notre capacité de voir est purement spirituelle et ne dépend pas d'un organisme matériel. La vision dont Dieu a doué l'homme ne se trouve jamais dans la matière, elle ne dépend pas non plus de conditions matérielles. L'astigmatisme, la myopie, la presbytie, le daltonisme et tout autre trouble oculaire ne sont rien d'autre que des phases de la croyance mortelle selon laquelle il existe un entendement mortel séparé de Dieu, entendement qui déclare être lui aussi un créateur disposant de forces grâce auxquelles il peut créer un homme mortel, vivant dans la matière et tributaire d'un organisme matériel pour la vue, l'ouïe et les autres facultés. Nous devons nier ce mensonge et le remplacer par le concept véridique de la création.

Pour guérir n'importe quelle anomalie de la vue, nous devons établir fermement dans la pensée le fait spirituel de la coexistence de l'homme avec Dieu. Cette coexistence de Dieu et de l'homme — de l'Ame et de son expression immortelle — est indestructible. Aucun des deux ne peut abandonner l'autre. Puisque l'homme coexiste avec Dieu, il reflète l'Entendement qui voit tout et entend tout. La compréhension et le discernement spirituels n'ont pas à être ajoutés au reflet de Dieu, et ce reflet n'a pas non plus à les acquérir. L'homme reflète éternellement ces facultés impeccables de l'Ame, l'Entendement parfait. L'homme n'est pas un corps matériel mais l'idée composée de Dieu, que l'Ame maintient en parfait état éternellement. La loi de l'Ame maintient l'homme, de toute éternité, dans l'immortalité, dans le royaume des cieux. Ainsi la Science Chrétienne enseigne aux hommes à comprendre que l'Ame et son expression, l'homme — la cause et son effet — sont indissociablement unies.

C'est ce que Christ Jésus a enseigné et qu'il a démontré par l'exemple tout au long de son existence. Il parlait du Christ, sa véritable individualité, comme étant le représentant de l'Ame, « la lumière du monde ». Pour bien voir, nous avons besoin de la lumière du Christ, la Vérité. Cette lumière dissipe les sombres visions d'un sens mortel de la vie et de l'être, l'obscurité de la détresse, de la crainte, du désespoir, tout autant que l'aveuglement du pharisaïsme et de la force de volonté humaine. Le Maître dit: « Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. » Jean 8:12;

Tout au long de son ministère de guérison et d'enseignement, Jésus eut beaucoup de choses à dire sur la nature mentale de la vue et de l'ouïe. Il mit en garde ses disciples contre la tendance pécheresse qu'a l'entendement humain de regarder avec convoitise des choses défendues. Il les exhorta à ne pas juger hâtivement selon le témoignage des sens matériels. Au contraire, il enseigna à ses disciples à percer le voile obstructif de la mortalité — la haine, l'envie, l'orgueil, l'inclination à condamner — grâce à un amour et à une compassion semblables à ceux de Christ, et à prouver ainsi la présence éternelle du royaume des cieux, la réalité divine, où l'homme est révélé comme étant l'enfant parfait d'un Père tout aimant, Dieu.

Parlant de la difficulté que ses disciples avaient à comprendre ses enseignements et de leur perception spirituelle endormie, Jésus dit une fois: « Ayant des yeux, ne voyez-vous pas ? Ayant des oreilles, n'entendez-vous pas ?» Marc 8:18; Au huitième chapitre de Marc, à la suite de la relation de cet entretien de Jésus avec ses disciples, on nous dit comment il guérit un homme atteint de cécité; et juste avant ce récit on nous parle de la guérison d'un sourd-muet (voir 7:32–35). Jésus guérissait en voyant, à travers la lentille de la Science, l'homme parfait créé par Dieu. Sa reconnaissance inégalée du Christ comme étant la véritable idée de Dieu et de la filiation de l'homme avec Dieu dissipait l'illusion d'un moi mortel à la merci d'yeux et d'oreilles soi-disant matériels pour voir et pour entendre. Jésus prouva que la compréhension et le discernement spirituels sont des facultés de l'Ame que l'homme reflète dans une mesure infinie, de toute éternité.

Le Maître, ainsi que nous l'apprenons par la révélation de la Science Chrétienne, n'acceptait pas comme réel le témoignage des sens matériels qui classent l'homme en tant que malade et pécheur. Son clair discernement spirituel pénétrait le voile de la matérialité et du péché, et Jésus voyait dans la Science l'homme — l'expression pure et impeccable de Dieu, l'Ame. Grâce à sa compréhension de la véritable nature de l'homme comme manifestant les attributs divins, le Maître rendit la vue aux aveugles, l'ouïe aux sourds et la parole aux muets. Aujourd'hui, on voit à nouveau que la vérité que Jésus a comprise et démontrée, opère en Science Chrétienne, comme une loi infaillible, qui révèle que les sens de l'Ame sont les seuls sens, éternellement parfaits et en paix.

Quelle libération d'apprendre, grâce à la Science Chrétienne, que les sens réels de l'homme sont spirituels et indestructibles ! Parce que l'homme réel est l'expression éternellement continuelle de l'Ame, la vue et l'ouïe de l'homme sont des facultés de l'Ame qui ne peuvent ni se perdre ni diminuer, mais qui sont toujours présentes et pour toujours dans leur plénitude. L'identité que Dieu a donnée à l'homme est l'évidence de l'Esprit omniactif. Les sens spirituels de l'homme témoignent de la sagesse et de l'intelligence de Dieu. Son immortalité exprime la force immuable et la gloire impérissable de l'Ame. L'Ame maintient éternellement l'identité réelle. C'est seulement dans le monde irréel du sens matériel que les hommes semblent être mortels, séparés de Dieu. Là on croit que la vie dépend de la matière, que la perception est conditionnée par la structure physique, que l'intelligence est dans le cerveau et que les facultés sont affaire de chance.

Dans Science et Santé, Mrs. Eddy écrit: « La vue, l'ouïe, tous les sens spirituels de l'homme, sont éternels. On ne peut les perdre. Leur réalité et leur immortalité sont dans l'Esprit et dans la compréhension, non dans la matière, — d'où leur permanence. » Et elle ajoute à la page suivante: « Il y a plus de christianisme à voir et à entendre spirituellement que matériellement. Il y a plus de Science dans l'exercice perpétuel des facultés de l'Entendement que dans la perte de ces facultés. Elles ne peuvent se perdre, tant que subsiste l'Entendement. La compréhension de ceci donna la vue aux aveugles et l'ouïe aux sourds il y a des siècles, et répétera cette merveille. » Science et Santé, p. 486;

La Science Chrétienne détruit le sens craintif de la vie, de l'être et des capacités séparés de Dieu. Elle nous élève au-dessus de la croyance erronée selon laquelle nous serions « livrés à nous-mêmes », pour ainsi dire, pour tout ce qui concerne notre vie, notre santé, nos facultés. Elle nous rend capables de faire nôtres ces paroles du Maître: « Je ne fais rien de moi-même » Jean 8:28; et également celles-ci: « Moi et le Père nous sommes un. » 10:30; Dans notre être véritable nous sommes les idées de Dieu émanant de l'Esprit et manifestant la beauté et la lucidité de l'Ame.

L'Ame voit. Son activité perceptive est éternellement individualisée dans l'homme, elle est éternellement inséparable de l'homme, elle est éternellement rendue manifeste par l'homme. L'homme, en tant qu'image et ressemblance de Dieu, reflète et individualise toutes les qualités et toutes les facultés éternelles de l'Ame. L'homme n'a pas de vision qui lui soit propre. Puisqu'il demeure éternellement dans l'Ame, il reçoit seulement les impressions de l'Esprit. En sa qualité d'idée de l'Entendement, il exprime la vue qui est inhérente à l'Ego divin, l'éternel Je suis. Il découle de ceci que notre aptitude à voir le bien n'a pas son origine dans le sens humain du moi, pas même dans le moi réel et spirituel, mais en Dieu, l'Entendement divin. Elle est en sûreté dans la substance de l'Ame.

L'homme, en tant que reflet de Dieu, possède toutes les facultés de l'Entendement qui sait tout, qui voit tout et qui entend tout. Mrs. Eddy explique: « Comprendre que l'Entendement est infini, non borné par la corporalité, qu'il n'a besoin ni de l'œil pour voir, ni de l'oreille pour entendre, ni de muscles ni d'os pour se mouvoir, c'est faire un grand pas vers la Science de l'Entendement par laquelle nous discernons la vraie nature et existence de l'homme. » Science et Santé, p. 84.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / septembre 1974

La mission du Héraut

La lecture du Héraut garde [la] pensée en harmonie avec le Principe divin qui gouverne l’univers entier - Dieu. Cette préparation spirituelle [...] permet de faire face aux hebdomadaires et aux journaux télévisés en affirmant la bonne nouvelle de la présence de Dieu, toujours là pour secourir et protéger. Le Héraut se compose d’articles et de témoignages écrits par des personnes qui mettent en application ce que leur apprend la Science Chrétienne, et qui ont prouvé que ses enseignements apportent la guérison et le réconfort.

– Heloísa G. Rivas, Le Héraut de la Science Chrétienne, janvier 1998

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.