Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

Affranchis de la tension

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne d’avril 1958

The Christian Science Monitor


A notre époque on entend souvent dire que certains travaillent sous la pression des circonstances, ce qui produit la fatigue et la tension. Ils ont trop à faire et pas assez de temps pour l'accomplir; ou bien les devoirs sont trop nombreux et leur force n'y suffit pas; ou encore les dépenses sont supérieures à leurs ressources. Voilà quelques-unes des formes que peuvent prendre les arguments de pression.

Fondée sur les enseignements et les œuvres du Christ Jésus, la Science Chrétienne oriente notre pensée vers la bonté infinie de Dieu; elle nous fait voir que l'homme est réellement spirituel, qu'il exprime ou reflète les attributs divins. Penser de la sorte dissipe le faux sens de responsabilité personnelle, dont s'accompagne généralement la croyance de presse. A ce sujet les Écritures contiennent un exemple devenu classique, celui de Marthe et Marie. L'Évangile de Luc (10:40, 41) nous dit que « Marthe était absorbée par divers soins, » qu'elle s'agitait « pour beaucoup de choses. » En revanche Marie se tenait assise aux pieds du Maître dont elle écoutait la parole. Jésus déclara qu'une seule chose était nécessaire — écouter tranquillement la voix de la Vérité et lui obéir. Marie apprenait à réduire au silence le tumulte des croyances mortelles qui semble se produire dans notre propre pensée mais qui n'émane point de Dieu et ne caractérise pas Son image et Sa ressemblance, l'homme.

En général, la pression est due à la croyance que l'on a fait entrer quelque chose dans un espace trop restreint. Peut-être nous rappelons-nous les efforts demandés pour remplir d'air le pneu d'une bicyclette afin d'avoir une pression suffisante. Dans ce cas l'air est comprimé et il en résulte une pression physique. Mais les mortels souffrent de pression mentale, d'une fausse croyance d'après quoi l'Esprit ou l'Entendement serait comprimé, serré chez un mortel. L'Esprit étant Dieu, sa nature est infinie; mais nous croyons parfois que l'Esprit ou l'Ame incommensurable est enfermé dans un corps matériel ou dans un sens limité des choses; cet espace est beaucoup trop petit! Induits en erreur, nous croyons que l'intelligence de l'homme, l'unique Entendement divin, réside dans un organe matériel appelé le cerveau. Puis nous souffrons de ces concepts erronés.

Illustrons ceci par un exemple. Lorsqu'on serre une balle en caoutchouc au point de la déformer et qu'on voudrait ensuite lui rendre sa vraie forme, le remède est clair: il faut lâcher prise, desserrer l'étreinte, et la balle reprendra son aspect normal. Ce qui fausse notre penser, c'est la pression exercée par la crainte ou le vouloir humain, non pas la tension artérielle ou nerveuse. L'Amour divin conduit, mais le diable pousse.

Il existe un remède chrétiennement scientifique qui corrige la tension: il faut comprendre que l'Ame ou l'Esprit, c'est-à-dire Dieu, n'est jamais au-dedans d'une chose, donc l'Ame ou l'Esprit n'est point enfermé et ne saurait être sous pression. Dieu est exprimé par l'homme, mais Il ne réside pas dans la matière. Il faut nous affranchir de la croyance que l'homme, image de Dieu, peut subir une tension, être emprisonné dans un entendement ou un corps qui le limite. Mary Baker Eddy, Découvreuse et Fondatrice de la Science Chrétienne, déclare dans Science et Santé avec la Clef des Écritures (p. 256): « L'éternel Je suis n'est pas restreint ni comprimé dans les limites étroites de l'humanité physique, et Il ne peut être bien compris au moyen de concepts mortels. Ailleurs elle dit encore (ibid., p. 467): « L'Esprit, l'Ame, n'est pas renfermé dans l'homme, et n'est jamais dans la matière. »

Quand nous prenons conscience du fait que l'Ame de l'homme est infinie, toujours indépendante du corps, jamais restreinte ou enfermée; que l'intelligence est infinie, que la Vie ou l'Entendement ignore les limites — nos facultés conscientes se développent, la pensée, l'action, les fonctions ne sont plus entravées et deviennent normales. Ces lignes de Samuel Longfellow décrivent bien la chose:

Pour eux l'horizon s'élargit,
Ils marchent d'un pas libre et fort.

Le Nouveau Testament contient un passage qui nous aide beaucoup; saint Paul mentionne des épreuves, une tension extrême, et ce qu'il dit vaut la peine qu'on le médite (II Cor. 1:8–10): « En effet, mes frères, nous ne voulons pas vous laisser ignorer l'affliction qui nous est survenue en Asie, et dont nous avons été accablés, au delà même de nos forces, au point que nous désespérions de conserver la vie. Bien plus, nous avions prononcé en nous-mêmes notre arrêt de mort, ne voulant pas que notre assurance s'appuyât sur nous, mais sur Dieu qui ressuscite les morts. C'est lui qui nous a délivrés d'un tel péril de mort, et qui nous en délivrera; oui, nous avons en lui cette espérance, qu'il nous délivrera encore. » Ici Paul fait voir la vraie réponse scientifique — ne plus mettre son assurance dans le faux concept limité d'une âme vivante, infuse dans un corps matériel où elle serait emprisonnée. Pour être affranchis de la tension, il faut nous appuyer non pas sur nous-mêmes « mais sur Dieu qui ressuscite les morts »: en d'autres termes, il faut prendre comme appui notre compréhension du fait que la Vie ou l'Entendement est divin, suprême, libre, éternel et que cette Ame ou Esprit sans limites représente le seul vrai Principe de l'homme.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / avril 1958

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.