Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

Peu avant la deuxième guerre mondiale, je...

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne d’août 1974


Peu avant la deuxième guerre mondiale, je me sentis subitement faible et je présentai des symptômes alarmants. Je passai aux rayons X et l'examen révéla une tuberculose du poumon gauche et une hypertrophie du cœur. Malgré ce diagnostic, diagnostic, je m'enrôlai dans l'armée. Les hommes s'enrôlant pendant la guerre n'avaient pas à se soumettre à un examen médical. A mon retour à la vie civile après la libération, de nombreux autres maux physiques étaient venus s'ajouter à ceux que j'avais déjà, tels qu'ulcère à l'estomac, rhumes sérieux et fréquents, accompagnés de catarrhe, douloureux maux de tête, ouïe et respiration déficientes, et beaucoup d'autres encore.

En raison de ces maladies qui me tinrent en esclavage pendant dix-sept longues années, de 1940 à 1957, je me dévouai cependant plus que jamais à l'Église anglicane. Je me mis à étudier la Sainte Bible, la lisant avec zèle d'un bout à l'autre, de la Genèse à l'Apocalypse, et il s'ensuivit que chaque fois que je participais à l'un des concours-questions sur la Bible, qui paraissaient périodiquement dans le Anglican Churchman [membre de l'Église anglicane], j'étais toujours le gagnant. Le prix remporté consistait en une somme d'argent ou en une Sainte Bible, et chaque fois je donnais l'argent à l'Église et la Bible à un ami ou à un parent dans le besoin. En dépit des efforts que je faisais dans la recherche de la Vérité et des médicaments que je prenais sur prescription des médecins pour chacune de mes maladies, je constatai que ma santé se détériorait au lieu de s'améliorer.

Un dimanche, j'achetai un hebdomadaire local. J'y lus un poème de guérison très touchant concernant le cas d'un invalide qui avait été paralysé pendant quatre ans. Finalement le médecin-chef de la clinique l'avait abandonné. Un Scientiste Chrétien lui rendit visite et pria pour lui. Le lendemain matin, le patient pouvait s'asseoir; une semaine plus tard, il pouvait se tenir debout; après un mois, il couvrit huit kilomètres à pied et trois mois après il avait complètement recouvré sa santé et reprenait ses activités professionnelles de maître d'école.

« Qu'est-ce que cet homme de Dieu peut-il bien lire ? me demandai-je. S'il lit la Sainte Bible, je la lis aussi. Oh ! Dieu, fortifie cet homme et moi-même et ceux de son espèce, afin que je puisse non seulement m'en sortir, mais aider les autres également dans le besoin. » Ce désir si sincère me rappelle que Jésus dit à ses disciples, après avoir guéri toutes sortes de maladies, redonné la vue aux aveugles, fait marcher les paralytiques, fait parler les muets, réformé les pécheurs et ressuscité les morts: « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais » (Jean 14:12).

La guérison de ce paralytique m'amena à analyser cette promesse de Jésus. Je constatai que la guérison n'était pas un fait acquis à l'époque des disciples seulement, mais qu'elle était de toute éternité. M'appuyant sur cette faible compréhension, je partis rendre visite à une parente qui souffrait de paralysie depuis sept mois. Elle était alitée, impotente, en dépit des efforts des médecins et des infirmières, auxquels s'ajoutaient les prières de prêtres dévoués qui venaient très souvent lui rendre visite. Assis à son chevet, je déclarai: « Dieu est amour, et Il t'aime. C'est pourquoi pleine d'amour, tu devrais te tourner vers Lui en prière. » Avec joie et surprise, je pus constater qu'elle réussissait à se tourner vers moi sans aide. « Tet-ewa », me dit-elle, ce qui signifie: « C'est juste. » Devant cette amélioration subite, je sus qu'elle était guérie et je pris congé.

Le lendemain, j'appris qu'elle avait commencé à bouger. Trois mois plus tard, je la vis récoltant le riz avec des membres de sa famille. Des larmes de joie coulèrent sur mes joues. Elle s'avança à ma rencontre et me dit tout émerveillée: « C'est magnifique ! Une vie nouvelle ! Je ne puis exprimer en paroles toute ma reconnaissance pour ton aide spirituelle. » Je répondis: « Sois reconnaissante à Dieu. » Puis elle me servit un repas délicieux.

Entre-temps, je m'étais efforcé de découvrir ce que l'auteur dudit poème sur la guérison pouvait bien lire. En mai 1957, je remarquai deux livres sur sa table, la Sainte Bible et Science et Santé avec la Clef des Écritures de Mary Baker Eddy. Je pris Science et Santé, l'ouvris au hasard et lus. Je m'entendis m'exclamer: « Comme c'est bien. » Il promit de m'en procurer un exemplaire. Après avoir lu le livre d'étude d'un bout à l'autre, je me sentis soulagé et constatai que je reprenais du poids et de la force. En quelques mois, j'avais dépassé mon poids habituel. Tous les maux mentionnés dans le premier paragraphe ci-dessus disparurent sans la moindre médecine.

Depuis le jour où j'ai commencé l'étude de la Science Chrétienne et de la Sainte Bible, et il y a dix-sept ans de cela, je suis resté en bonne santé. Certes, j'ai été éprouvé durant ces années de régénération, mais m'appuyant sur ce que Mrs. Eddy dit: « Les épreuves font voir la sollicitude de Dieu » (ibid., p. 66) j'ai accueilli de bon gré ces temps d'épreuve, sachant qu'ils m'amenaient à analyser, à purifier ma pensée, et à en apprendre davantage sur la Vérité et l'Amour.

Bien que j'aie dépassé maintenant les quatre-vingts ans, ma santé, ma force et ma vitalité demeurent. Des dents qui branlaient se sont raffermies de façon permanente. Ce que la science médicale n'a pas été en mesure de faire ou de guérir en dix-sept années, la Science Chrétienne l'a fait tandis que je lisais le livre d'étude.

Mon immense gratitude à Dieu et à Mrs. Eddy est inexprimable en paroles; son livre merveilleux m'a permis de renaître à la vie et de toucher au moins le bord de la robe du Christ. J'espère que ce témoignage inspirera d'autres personnes, dans de semblables difficultés, à se tourner de tout leur cœur et avec le même intérêt vers l'étude de la Sainte Bible, de Science et Santé et aussi des périodiques de la Science Chrétienne.


ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / août 1974

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.