Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer
Articles originaux web

Qu’en est-il de notre corps ?

Du Héraut de la Science Chrétienne. Publié en ligne - 8 janvier 2016

Publié à l’origine en anglais dans le Christian Science Journal de décembre 1957


Nous souhaitons tous avoir un corps en bonne santé. D’ailleurs, pour qu’il pose moins de problèmes, un grand nombre de personnes ont constaté qu’il est essentiel de le traiter comme un serviteur et non comme un maître. L’homme est véritablement l’incarnation consciente des idées de l’Esprit et des facultés, capacités et qualités qui le caractérisent en tant que reflet spirituel de Dieu.

D’un point de vue humain, toutefois, nous paraissons avoir un corps matériel dont nous nous servons. Il nous identifie par rapport à ce qui nous entoure, et il change quand notre pensée change. Il disparaîtra lorsque nous prendrons pleinement conscience de notre identité spirituelle ou corps réel. En attendant, comprendre la Science qui relie l’homme à l’Entendement divin nous rend progressivement supérieur au concept humain du corps. Cette compréhension nous permet d’exercer de plus en plus notre domination sur un concept matériel du corps.

A mesure que la pensée se spiritualise, nous accueillons le concept spirituel du corps au lieu de sa représentation matérielle. Grâce au discernement spirituel, nous voyons clairement  qu’il ne peut y avoir qu’un seul vrai concept du corps, le spirituel. En outre, nous voyons que ce qui ne semble pas aller avec notre corps physique ne concerne que notre conception erronée du corps. Par conséquent, quand nous corrigeons ce faux concept, le corps est guéri. Nous y parvenons en échangeant une représentation matérielle contre une représentation spirituelle du corps.

Aux pages 217 et 218 de La Première Eglise du Christ, Scientiste et Miscellanées, Mary Baker Eddy décrit l’attitude qu’il convient à un scientiste chrétien d’adopter envers le corps humain. Ces remarques sont une mise au point concernant la réponse à une question parue dans le Christian Science Sentinel et mettent en évidence la sagesse spirituelle de notre Leader. Voici la question : « Si toute matière est irréelle, pourquoi est-ce que nous nions l’existence de la maladie dans le corps matériel et non pas le corps lui-même ? »

Parmi les points intéressants que Mary Baker Eddy soulève dans ses remarques, il y a celui-ci : « Ni l’Ancien ni le Nouveau Testament ne donnent de raisons ni d’exemples en faveur de la destruction du corps humain, mais au contraire ils en donnent en faveur du rétablissement du corps à la vie et à la santé comme preuve scientifique de “Dieu avec nous”. La Vérité a le pouvoir et la prérogative de détruire toute maladie et de ressusciter les morts – même de rétablir Lazare tel qu’il était. Le corps spirituel, l’idée incorporelle, vint avec l’ascension. » (p. 218)

Lors d’un long voyage, j’ai souffert d’une infection au doigt durant plusieurs jours. La douleur a semblé la plus vive pendant un pénible trajet de plusieurs heures en train. Je ne cessais de prier en affirmant toutes les vérités que je connaissais, mais la douleur ne diminuait pas d’intensité. Je me suis finalement tourné vers Dieu en demandant : « Qu’est-ce que je dois faire maintenant ? »

L’idée m’est alors venue de lire Science et Santé. Je me suis donc mis à lire des chapitres entiers de Science et Santé avec la Clef des Ecritures de Mary Baker Eddy, mais dans le désordre. Il ne m’a pas fallu longtemps pour me rendre compte que j’avais lu des passages importants qui se référaient au corps et à la domination que l’Entendement divin exerçait sur lui.

Bien entendu, je les avais déjà lus par le passé, mais ils me paraissaient plus clairs à présent. Je me suis dit que j’avais peut-être négligé le corps plus que je ne le pensais. Deux affirmations m’ont frappé concernant toutes deux quelque chose dont je devais prendre conscience. L’une se trouvait dans cette phrase : « L’Entendement immortel, gouvernant tout, doit être reconnu comme suprême, tant dans le prétendu domaine physique que dans le domaine spirituel. » (p. 427) L’autre était encore plus précise : « Il faudra finalement que la maladie, le péché et la mort reculent devant les droits divins de l’intelligence, et alors le pouvoir de l’Entendement sur toutes les fonctions et tous les organes du corps humain sera reconnu. » (p. 385)

Ces deux passages m’ont fait très clairement comprendre que si, mentalement, nous ne plaçons pas constamment le corps sous la juridiction de l’Entendement immortel, nous lui permettons inconsciemment d’être sous le gouvernement de l’entendement mortel et de ses nombreuses croyances oppressives. Ayant pris conscience de la suprématie de l’Entendement immortel dans le prétendu domaine physique, j’ai senti la douleur diminuer à mon grand soulagement, et mon doigt a vite retrouvé une apparence normale.

Voici ce que Paul écrivit aux Romains : « Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » (12:1, 2)

Ce qu’implique ce passage nous engage à déposer, sur l’autel de la Science divine, le concept que nous avons actuellement de nous-mêmes comme un sacrifice vivant, non pas comme une offrande sans vie. Ainsi, nous démontrons notre compréhension du fait que Dieu peut prendre soin de tout ce qui est nécessaire à un état de santé harmonieux.

Dans la mise au point mentionnée plus haut, Mary Baker Eddy poursuit son explication ainsi : « Jésus démontra le Principe divin de la Science Chrétienne quand il présenta son corps matériel libéré de la mort et de la tombe. » (Miscellanées, p. 218) Aujourd’hui, comme toujours, la vérité concernant le corps libère notre concept limité du corps en le plaçant sous la juridiction bienfaisante de l’Entendement divin. Il nous faut mettre en corrélation cette phrase tirée de la Prière du Seigneur que nous a laissée notre Maître, « Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel », avec ce qu’enseigne la Science Chrétienne : la vraie juridiction du monde se trouve en Dieu, l’Entendement divin.

La compétence juridictionnelle d’un tribunal s’exerce dans le ressort où s’étend son autorité. Le territoire de l’autorité divine est infini et comprend même ce qu’on appelle provisoirement le domaine physique.

La Parole inspirée de la Bible a pour but de sauver complètement l’humanité de la mortalité, du péché, de la maladie et de la mort. Les écrits de Mary Baker Eddy expliquent clairement comment ce but est atteint.

Grâce au ministère de guérison de la Science Chrétienne, des qualités et des idées divines sont appliquées aux besoins de l’humanité, et ce ministère comprend la prévention aussi bien que la guérison du péché et de la maladie. Cette Science repose sur le fait que l’Ame est toujours capable de fournir ce qui est nécessaire à un corps plein de force, en bonne santé, libre et utile. En demeurant consciente de ce fait, la pensée se tourne vers l’Ame, et toute anxiété au sujet du corps est éliminée. Un corps sain, c’est un système humain dont les fonctions et les organes sont sous le contrôle de l’Entendement divin.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

Plus d’articles web

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.