Skip to main content
Article de couverture

Je me suis complètement rétablie

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de février 2015

Original en espagnol


Quand j’ai connu la Science Chrétienne, il y a plusieurs années, je souffrais d’obésité morbide et d’hypertension artérielle, et j’étais prête à recourir à la chirurgie bariatrique pour perdre du poids. Lors des premiers examens médicaux préalables, on a découvert que je souffrais également d’apnée du sommeil et d’autres problèmes artériels. Les médecins ont donc estimé que je courais un risque en subissant une opération.

J’ai alors décidé de me plonger dans la lecture de Science et Santé avec la Clef des Ecritures de Mary Baker Eddy. D’autre part, j’étudiais régulièrement la Leçon biblique de la Science Chrétienne, dans le Livret trimestriel de la Science Chrétienne et je lisais de nombreux articles du Héraut espagnol, dans une salle de lecture de la Science Chrétienne. Ce que j’apprenais me rendait très heureuse, car pendant des années, j’avais ardemment désiré comprendre Dieu et sentir Sa présence, mais en vain.

Quelque temps plus tard, alors que je lisais la Leçon biblique hebdomadaire dont le sujet était « L’Ame et le corps », je me suis sentie profondément inspirée, comme si une illumination spirituelle m’apportait une meilleure compréhension de la Science divine.

Voici l’une des citations de cette leçon : « L’homme n’est pas une habitation matérielle pour l’Ame ; il est lui-même spirituel. L’Ame, étant Esprit, ne se trouve en rien d’imparfait ou de matériel.

« Tout ce qui est matériel est mortel. Pour les cinq sens corporels, l’homme semble être matériel et entendement réunis ; mais la Science Chrétienne révèle que l’homme est l’idée de Dieu, et déclare que les sens corporels sont des illusions mortelles et erronées. La Science divine montre qu’il est impossible qu’un corps matériel (bien que mêlé à la strate supérieure de la matière, nommée à tort entendement) soit l’homme, l’homme véritable et parfait, l’idée immortelle de l’être, indestructible et éternel. S’il en était autrement, l’homme serait annihilé. » (Science et Santé, p. 477)

Etant la fille de Dieu, créée à Son image et à Sa ressemblance, j’étais déjà belle et complète, en pleine santé, joyeuse et à ma place.

J’ai prié en affirmant que la matière n’était rien et que Dieu était Tout-en-tout, et que le corps n’avait aucune intelligence, alors que l’Entendement infini connaissait tout. Il me semblait très important d’une part, de me débarrasser de la fausse croyance que la maladie puisse être réelle ou avoir une emprise sur moi, d’autre part, d’oublier les multiples et diverses tentatives que j’avais faites pour guérir par moi-même. A présent, je laissais Dieu être Dieu et me gouverner.

Aucun des moyens matériels auxquels j’avais recouru pour perdre du poids n’avait marché, alors que le fait d’être sous la protection de mon Père bien-aimé m’apaisait et m’apportait l’assurance que désormais Il s’occupait de tout. Je me suis donc reposée sur Lui. J’étais convaincue que j’allais me réveiller de la fausse croyance qu’il puisse y avoir de la vie dans la matière, et je me suis attachée au fait que Dieu, l’Amour infini, était ma seule Vie. J’ai compris qu’en étant la fille de Dieu, créée à Son image et à Sa ressemblance, j’étais déjà belle et complète, en pleine santé, joyeuse et à ma place.

Dans mes prières, je me suis attachée à cet énoncé de Mary Baker Eddy : « La compréhension, semblable à celle de Christ, de l’être scientifique et de la guérison divine renferme un Principe parfait et une idée parfaite – Dieu parfait et homme parfait – comme base de la pensée et de la démonstration. » (ibid, p. 259)

J’ai donc commencé à manger sans me culpabiliser, en refusant que le corps et la nourriture aient le pouvoir d’engendrer l’obésité ou d’autres inharmonies. Sans suivre de régime amaigrissant ni compter les calories, j’ai choisi des aliments sains et normaux, et j’ai fait de la marche dans les jardins publics.

J’ai comblé le vide que je ressentais en moi, en comprenant mon unité avec Dieu, ce qui voulait dire que je n’étais jamais seule. De ce fait, je n’ai plus eu peur d’utiliser la nourriture comme un substitut à la divinité.

Une fois comprises, toutes ces vérités spirituelles ont accompli ce qu’aucune méthode médicale ni aucun régime amaigrissant n’avaient pu obtenir : j’ai perdu vingt-huit kilos, et mon corps fonctionne tout à fait normalement aujourd’hui. Tous les problèmes qui avaient été diagnostiqués ont disparu.

D’autre part, avec l’aide des prières d’un praticien de la Science Chrétienne, j’ai pu trouver un très bon travail. Je voyage dans tout le pays avec beaucoup d’énergie et d’enthousiasme, et je fais toujours confiance à l’Amour divin. Je suis infiniment reconnaissante à Dieu.

Virginia von Borries, Vender, Santiago

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / février 2015

La mission du Héraut

L'explication divinement inspirée que donne Mrs. Eddy de la mission du Héraut de la Science Chrétienne, créé en 1903, est devenue un symbole des activités du mouvement de la Science Chrétienne, qui englobent le monde entier. Ses paroles, gravées au frontispice de La Société d'Édition de la Science Chrétienne, sont les suivantes: « proclamer l'activité et la présence universelles de la vérité ». Le Héraut est une manifestation tangible du souci qu'avait notre Leader de partager avec toute l'humanité la précieuse connaissance de la Science de la Vie. Elle avait conscience que le Consolateur était venu pour « la guérison des nations ».

Alfred F. Schneider, Le Héraut de la Science Chrétienne, juillet 1978

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.