Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer
Articles originaux web

Vaincre les vents et les incendies de forêt ravageurs

Du Héraut de la Science Chrétienne. Publié en ligne - 16 juin 2022


Chaque été, dans les zones arides et dans d’autres lieux de plus en plus nombreux de la planète, habitants et pompiers appréhendent avec une anxiété accrue la saison des incendies. Ma famille vit dans une région souvent touchée par les feux. L’angoisse et la désolation que connaissent parfois certaines personnes de mon entourage m’ont incitée à prier Dieu avec ferveur, avec un sentiment d’urgence. En cherchant à combattre et à guérir la souffrance de tant de personnes victimes des incendies de forêt, j’ai voulu comprendre les lois de Dieu et la façon dont elles permettent d’éteindre le feu et de prévenir les incendies de forêt ravageurs.

Je suis convaincue que la vérité de la loi omnipotente de Dieu, la loi de l’Amour, peut s’appliquer avec autant d’efficacité pour soulager la souffrance générée par les incendies de forêt et autres problèmes environnementaux – y compris pour inverser le changement climatique ! – que pour soulager la douleur et l’inflammation dans le corps. Cela semble très prétentieux, mais il a été maintes fois prouvé que l’homme n’est pas impuissant face à des problèmes apparemment insurmontables. On en trouve l’illustration tout au long de la Bible, dans l’histoire du christianisme et dans la pratique de la Science Chrétienne au cours des cent cinquante dernières années, et notamment aussi dans ma propre existence.

Par exemple, Jésus apaisa une violente tempête qui menaçait la vie de ses disciples alors qu’ils traversaient la mer de Galilée dans une barque. Sa compréhension de la présence et du pouvoir de Dieu lui donna l’autorité nécessaire pour calmer le vent et ordonner à la mer : « Silence ! tais-toi ! » Et selon la Bible, « le vent cessa, et il y eut un grand calme » (Marc 4:39). Saint Paul prouva également que la prière avait le pouvoir non seulement de le protéger lui-même, mais de protéger tous ceux qui étaient embarqués avec lui – 276 personnes en tout – au cours d’une violente tempête en mer qui dura plusieurs jours. (voir Actes des apôtres, chapitre 27) Un « ange de Dieu » lui assura que la perte d’aucune vie ne serait à déplorer dans cette situation pourtant désespérée. Et cela s’avéra exact.

Dans l’Ancien Testament, l’histoire d’Elie montre qu’une compréhension de l’omnipotence de Dieu apaise un environnement mental exacerbé et met fin à de terribles conditions climatiques. (voir I Rois, chapitres 18, 19) Jézabel, femme du roi Achab, avait ordonné la mort violente des prophètes de Dieu, car elle favorisait les prêtres païens qui adoraient Baal. Le roi Achab accusa Elie, le grand prophète de Dieu, d’être responsable de la terrible sécheresse qui sévissait en Israël. Mais Elie fit remarquer que c’étaient des pensées et des pratiques corrompues qui étaient à l’origine des conditions climatiques extrêmes qui frappaient la région. Il put alors ramener le cœur du peuple vers le Dieu unique dont il démontra le pouvoir, et il se mit à pleuvoir. Après cela, Dieu fit comprendre à Elie, sur le mont Horeb, qu’Il n’était pas dans les forces violentes des vents déchaînés, des feux catastrophiques ou des tremblements de terre dévastateurs, car Il était un pouvoir de guérison qui s’exprimait par « un murmure doux et léger ».

La Science Chrétienne explique que, grâce à une compréhension du Principe divin de l’univers et de son pouvoir mû par l’Amour, on peut faire l’expérience de cette même loi corrective et salvatrice de l’Esprit qui annule les prétendues lois physiques. Comprenant que ce que la Bible appelle « affection de la chair », ou prétendue mentalité matérielle et égoïste, engendre des phénomènes climatiques et environnementaux destructeurs, il devient possible de résoudre avec confiance et par de ferventes prières ce qui, autrement, passerait pour un problème d’une ampleur insurmontable. Voici quelques points liés aux incendies de forêt que je traite souvent dans mes prières pour la communauté.

Causes humaines et naturelles

La tendance à la négligence humaine, l’ignorance et les incendies criminels sont des éléments qu’on peut renverser en comprenant que seul Dieu, l’Amour omnipotent, gouverne l’homme de Sa création. Certaines personnes sont animées par des tendances destructrices relevant de la volonté humaine, de l’abus de pouvoir, de l’ennui, de la vengeance, de la haine ou de la colère. Mais Christ Jésus a montré par l’exemple que le fait de refléter la conscience de Dieu, la Vérité divine, peut guérir de telles tendances. Il guérit des personnes souffrant de maladie mentale ou d’un état de pensée colérique et destructeur. (voir Marc  1:23-26, 5:1-20)

Selon les Ecritures, la conscience divinement éclairée et gouvernée de Christ Jésus est « la pensée de Christ » (I Corinthiens 2:16) ; et elles nous incitent à revêtir cette compréhension spirituelle. La Science Chrétienne révèle comment y parvenir afin d’apporter la guérison non seulement à des problèmes mentaux aigus, mais dans des circonstances environnementales extrêmes. Elle enseigne qu’en priant Dieu, l’Entendement divin toujours présent, il est possible de neutraliser par la prière une atmosphère où règnent la rage, la colère, la volonté humaine, et autres états d’esprit exacerbés. Cela permet, en retour, d’apporter l’harmonie dans un environnement physique, lequel est en réalité une manifestation de l’atmosphère de la pensée.

Mary Baker Eddy affirme dans Ecrits divers 1883-1896 que « l’atmosphère de l’entendement mortel constitue notre ambiance mortelle » (p. 86). Mais les opinions humaines grossières ou le désir de dominer autrui par l’intimidation ou la peur n’ont pas le pouvoir de détruire l’harmonie du véritable gouvernement de Dieu.

Dans le Glossaire de Science et Santé avec la Clef des Ecritures (page 586), Mary Baker Eddy donne les définitions métaphysiques suivantes : « Crainte. Chaleur ; inflammation ; anxiété… », et : « Feu. Crainte ; remords ; luxure ; haine destruction… » La douce présence de Dieu apporte le calme, apaise l’esprit, et élève les individus jusqu’à des états de pensée constructifs et productifs, capables de favoriser la justice et l’équité. On contribue à un meilleur environnement mental, affectif et physique quand on refuse d’ajouter de l’huile sur le feu au cours de discussions politiques ou dans les relations familiales, préférant exprimer humblement des idées réfléchies qui reflètent le pouvoir qu’ont l’amour et l’esprit de Dieu de guérir et d’unifier.

Vent et facteurs climatiques

Dans la deuxième partie de sa définition du « vent », dans le Glossaire de Science et Santé, Mary Baker Eddy explore le lien entre les conditions climatiques et les aspects destructeurs de la pensée mortelle, lorsqu’elle définit le « vent » en tant que « destruction ; colère ; passions mortelles » (p. 597). Mais dans un autre passage de Science et Santé, elle souligne l’empire de l’Entendement divin sur ces émotions turbulentes. Elle explique : « La puissance morale et la puissance spirituelle appartiennent à l’Esprit qui retient le “vent dans Ses mains” ; et cet enseignement est en accord avec la Science et l’harmonie. » (p. 192)

Il y a quelques années, j’ai servi de guide à des jeunes femmes qui faisaient une excursion en canoë sur un lac canadien. Les bords du lac étaient escarpés et rocheux, et des vents violents rendaient la navigation dangereuse. Un jour, des vagues violentes ont submergé plusieurs canoës. Les rives du lac étaient encombrées de rondins et de bois flotté qui venaient heurter le pied des falaises rocheuses. Nous avions suivi une formation pour les sauvetages en eaux profondes et la récupération des bateaux submergés. Mais comme il nous était difficile d’exécuter ces manœuvres au milieu de l’écume des vagues déferlantes, nous nous sommes tournées vers Dieu pour avoir la sagesse, le courage et la force dont nous avions besoin. Heureusement, nous avons toutes pu rejoindre un débarcadère, saines et sauves.

Ce soir-là, je me suis humblement tournée vers Dieu, et j’ai reconnu Sa présence aimante et mon besoin d’être guidée par Lui. Je L’ai remercié pour la loi de l’Amour et Sa force tranquille qui soutiennent toute vie. J’ai prié en affirmant qu’en Lui « nous avons, la vie, le mouvement, et l’être », comme le souligne Paul dans la Bible (Actes des apôtres 17:28). J’ai refusé de croire que nous vivons dans un vaste univers matériel régi par des forces ou des lois physiques sans intelligence, et j’ai reconnu que ces prétendues forces n’étaient que des croyances humaines, prouvées impuissantes par la douce puissance de Dieu, le bien, qui embrasse tout.

Les jours suivants ont été calmes, paisibles, et source de joyeuses expériences, mais vers la fin de notre excursion, nous avons affronté un vent contraire très violent. Le lac était secoué par des vagues écumantes. Gagnant une crique abritée, les filles et leurs monitrices ont fait une randonnée le long d’une belle rivière aux eaux tumultueuses. J’ai sorti de mon sac à dos l’exemplaire du Christian Science Sentinel que j’avais emporté, et qui est une publication sœur du Héraut. J’y ai trouvé un article intitulé « Overcoming destructive weather » [Surmonter un phénomène météorologique destructeur] (voir William Marshall Fabian, 24 mai 1975). Exactement ce qu’il me fallait ! L’article a dissipé toutes mes inquiétudes. J’ai ressenti la calme autorité de l’Entendement du Christ. Lorsque j’ai relevé la tête, le calme régnait sur tout le lac. Nous avons poursuivi notre excursion avec joie et atteint notre destination le lendemain.

L’article précité incluait le paragraphe suivant : « La Science Chrétienne explique qu’on ne manipule pas le temps par des moyens mentaux et spirituels. Le temps est une atmosphère matérielle, et tenter de le manipuler prolongerait le leurre selon lequel le temps et ses conditions discordantes sont réels et substantiels. Mais on peut scientifiquement renverser la croyance humaine erronée à un pouvoir destructeur par la vérité selon laquelle l’être est harmonieux en Dieu, la Vie. L’Esprit est la seule substance véritable, et le seul Entendement, et il gouverne toute réalité dans l’harmonie. » Cela confirmait ma prière précédente concernant la vie en Dieu, l’Esprit, et Son univers ordonné par l’Amour.

Je me suis souvenue de cette expérience, des années plus tard, quand mon village a été menacé par un incendie qui se propageait rapidement dans la montagne. Le soir, nous avons observé l’avancée des flammes vers une enclave de maisons isolées. Pour ne rien arranger, un vent fort s’est mis à souffler. Ce vent que les habitants de la région appellent le « Mono wind » peut souffler par rafales pendant plusieurs jours. Avec la plus grande fermeté, mon mari et moi avons refusé d’avoir peur et de croire qu’un désastre était inévitable. Nous nous sommes de nouveau appuyés sur la Science du Christ pour mettre en lumière le pouvoir et le gouvernement apaisants de Dieu.

Je me suis souvenue de cette déclaration de Mary Baker Eddy : « Il n’y a pas de vaine fureur de l’entendement mortel exprimée sous forme de tremblements de terre, de vent, de vagues, de foudre, de feu et de férocité bestiale, et ce prétendu entendement se détruit lui-même. Les manifestations du mal, contrefaisant la justice divine, sont appelées dans les Ecritures : “La colère… de l’Eternel”. En réalité, elles montrent l’autodestruction de l’erreur ou matière et elles indiquent l’opposé de la matière, la force et la permanence de l’Esprit. » (Science et Santé, p. 293)

J’ai prié pour comprendre que le foyer est une idée spirituelle dans l’Esprit, Dieu, et qu’il est donc indestructible. La première partie de la définition du vent, donnée par Mary Baker Eddy, m’a également été très utile : « Ce qui indique la puissance de l’omnipotence et les mouvements du gouvernement spirituel de Dieu, embrassant toutes choses. » Cela peut faire référence à la manifestation du Saint-Esprit, sous forme de vent, le jour de la Pentecôte. Ce véritable mouvement spirituel ne peut que bénir, non détruire, tout ce qui reflète la bénédiction et la sollicitude de Dieu.

Après avoir prié de cette façon, le vent s’est calmé. Le lendemain, les bulletins d’information ont fait état du calme inattendu qui était survenu, et qui a permis aux pompiers de maîtriser l’incendie. Le feu a été circonscrit, et aucune habitation n’a été détruite.

Ressources et coopération

En priant au sujet des incendies et autres catastrophes, j’ai constaté combien il est utile de soutenir par la prière les pompiers et les divers organismes d’intervention. L’unique Entendement, que nous appelons Dieu, est reflété par tous, et on peut faire œuvre utile en sachant que ni les egos humains ni les conflits entre organismes ne peuvent gêner ou empêcher le déroulement d’une coopération harmonieuse et efficace. J’affirme dans mes prières l’humilité, la sagesse, le jugement éclairé, et l’action juste de toutes les personnes concernées. Je prie pour comprendre que les ressources infinies d’un Dieu infiniment bon sont là pour inspirer toutes les idées justes nécessaires à une sage affectation des ressources, et que l’amour impartial de Dieu bénit et préserve toute Sa création dans Son étreinte pleine d’amour.

Nous ne devons jamais nous croire impuissants devant le danger. Dieu est présent et nous fournit tout ce dont nous avons besoin.  Je suis très reconnaissante à l’égard de la Science du Christ, et pour la façon dont elle nous permet de contribuer à ce que le pouvoir de Dieu, qui sauve et guérit, soit reconnu et démontré.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

Plus d’articles web

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.