Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer
Article de couverture

Un Noël éternel

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de décembre 2015

Publié à l’origine en anglais dans le Christian Science Journal de décembre 2014


Je ne crois pas que ma maison ait jamais été aussi belle. La paix s’était installée. Tout était calme. Ma petite famille était au lit, bien au chaud. Tandis que les bougies parfumées se consumaient et qu’un bon feu crépitait dans la cheminée, je me suis blottie au creux d’un fauteuil, devant le sapin de Noël, et j’ai bu la scène des yeux.

J’appréciais cette paix et ce calme, mais je n’étais pas à l’aise, pas tranquille. Loin de là ! Les parents d’un jeune garçon malade m’avaient appelée ce soir-là pour me demander de prier pour lui comme l’enseigne la Science Chrétienne. Dans mes prières, j’avais recherché durant toute la soirée cette douce assurance qui accompagne le sentiment que tout va bien, mais je ne ressentais toujours rien.

La période de Noël et les préparatifs de la fête avaient toujours eu une grande importance pour moi. En fait, j’aimais recréer dans mon foyer cette ambiance de Noël pleine de douceur, qui était un plaisir des yeux et des oreilles. Mais tandis que je priais pour cet enfant, assise, seule, près du sapin, j’ai senti mes pensées prendre un tour nouveau. Les fioritures matérielles de la fête se sont peu à peu détachées de mes pensées alors que je réfléchissais au vrai sens de Noël exposé par Mary Baker Eddy, la Découvreuse de la Science Chrétienne, dans l’énoncé suivant : « Un Noël éternel ferait de la matière une étrangère, sauf en tant que phénomène, et la matière se retirerait avec révérence devant l’Entendement. Le despotisme du sens matériel, c’est-à-dire la chair, fuirait devant une telle réalité, pour faire place à la substance, et l’ombre de la frivolité ainsi que l’inexactitude du sens matériel disparaîtraient.

« En Science Chrétienne, Noël représente le réel, l’absolu et l’éternel – les choses de l’Esprit, non de la matière. » (La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 260)

Noël a soudain pris un sens plus profond à mes yeux. Environnée par toute la beauté matérielle dont on pourrait rêver, j’ai compris qu’il n’y avait qu’une seule chose capable de commémorer véritablement ce Noël, afin que l’enfant ait une guérison rapide et complète.

Christ Jésus a montré aux hommes comment guérir, triompher de tous les états de la chair et mettre fin au « despotisme » de la matière par la compréhension de l’Entendement, Dieu, et de la véritable nature du lien indestructible qui nous unit à Lui. L’Evangile selon Marc raconte qu’un père nommé Jaïrus implora un jour Jésus de guérir sa fille, une préadolescente, mais celle-ci mourut avant qu’il arrive chez eux. Jésus lui dit pourtant : « Lève-toi. » Elle se leva aussitôt et se mit à marcher, au grand étonnement de tous (voir Marc 5). Jésus avait dû percevoir avec une grande clarté la vraie nature d’enfant de Dieu de la jeune fille, unie à l’Esprit, et non entravée par la chair ni par des états matériels.

« Jésus ne reconnaissait aucun lien de la chair. [...] Il reconnaissait l’Esprit, Dieu, comme le seul créateur, et par conséquent le Père de tous », explique  Mary Baker Eddy (Science et Santé avec la Clef des Ecritures, p. 31). Malgré sa naissance humaine, il était « doué sans mesure du Christ, de l’Esprit divin » (p. 30). C’est ce qui lui permit de guérir les malades et les pécheurs et d’être le « chemin » pour ceux qui désiraient suivre son exemple de guérison-Christ.

Plus que vivre dans « l’ambiance » de Noël, je voulais sentir la présence du Christ. J’ai alors cédé peu à peu à quelque chose d’essentiel dans la guérison chrétienne, à un amour détaché du moi qui est prêt à sacrifier le matériel et le temporel, à laisser la place à ce qui est réel, spirituel et permanent.

A ce moment précis, j’ai compris que l’Amour divin, qui est Dieu, était le Créateur de ce jeune garçon, et que l’Amour n’ajoutait pas – ne voulait pas, ne pouvait pas – ajouter un élément matériel destructible à Sa création parfaite. Ma prière est allée au-delà des mots, et j’ai vraiment senti la présence de cet Amour tout-puissant. Non pas une présence physique, mais une sainte influence spirituelle, m’assurant que tout allait bien.

L’enfant a été guéri la nuit même. Selon sa mère, il était tout content d’annoncer sa guérison, le lendemain matin.

Inutile de dire que je garde un souvenir à la fois précieux et inoubliable de ce Noël. Il me rappelle avec douceur que cette fête célèbre bien plus que la naissance de l’enfant Jésus, si unique et si inestimable soit-elle. Grâce à la démonstration qu’a faite Jésus du Christ éternel, ou idée divine, qui ne connaît ni naissance ni mort, nous avons reçu le don inappréciable de la guérison divine.

Mary Baker Eddy explique dans Ecrits divers 1883-1896 : « A des époques différentes, l’idée divine revêt des formes différentes, selon les besoins de l’humanité. A notre époque, elle revêt, avec plus d’intelligence que jamais auparavant, la forme de la guérison chrétienne. C’est là le petit enfant que nous devons chérir. C’est là le petit enfant qui entoure affectueusement de ses bras le cou de l’omnipotence et fait appel à la sollicitude infinie de Son cœur aimant. » (p. 370)

Dans la mesure où, nous aussi, nous chérissons vraiment ce « petit enfant » en démontrant le Christ, la Vérité, en guérissant les malades, nous célébrons un Noël éternel, riche de sens, dans la joie et le ravissement.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / décembre 2015

La mission du Héraut

La lecture du Héraut garde [la] pensée en harmonie avec le Principe divin qui gouverne l’univers entier - Dieu. Cette préparation spirituelle [...] permet de faire face aux hebdomadaires et aux journaux télévisés en affirmant la bonne nouvelle de la présence de Dieu, toujours là pour secourir et protéger. Le Héraut se compose d’articles et de témoignages écrits par des personnes qui mettent en application ce que leur apprend la Science Chrétienne, et qui ont prouvé que ses enseignements apportent la guérison et le réconfort.

– Heloísa G. Rivas, Le Héraut de la Science Chrétienne, janvier 1998

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.