Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

Vous comptez beaucoup pour Dieu

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de juin 2000


Lorsque le lauréat du prix Nobel de la paix, Desmond Tutu, décrit les décennies de combat qui ont finalement mis un terme à l'apartheid (la séparation forcée des races) en Afrique du Sud, il est difficile de rester indifférent.

Cette lutte pour la liberté, comme tant d'autres, est une merveilleuse source d'encouragement pour tous ceux qui, aujourd'hui, cherchent à échapper à toute forme d'esclavage.

Lors d'une interview télévisée, il y a deux ans, on demanda à l'archevêque, Desmond Tutu, quelle avait été la pire des choses pendant l'apartheid. Quand on pense aux persécutions que les Noirs (et quelques Blancs) ont endurées sous ce régime, sa réponse fut émouvante. Il déclara que la pire des choses fut que tout cela vous faisait douter que vous étiez l'enfant de Dieu. Quand vous entendez répéter à maintes reprises que « vous n'êtes pas europeen, pas cela, pas cela, l'image que vous avez de vous-même souffre de cette attaque corrosive » Tiré d'une interview avec Bill Moyers sur PBS, WGBH–TV, Boston. expliqua-t-il. Vous commencez à vous dire aussi bon dire que peut-être vous n'êtes réellement pas aussi bon que quelqu'un ayant plus d'avantages matériels, que peut-être Dieu n'aime pas un enfant noir autant qu'un enfant blanc.

Ainsi, l'idée que Dieu nous aime devint le thème central de tous ses sermons. « Sachez-le, vous comptez beaucoup pour Dieu », disait-il à son auditoire. Il est Intéressant de noter qu'il constata que les oppresseurs avaient besoin d'entendre ce message encore plus que les opprimés. Ils avaient peur parce qu'ils pensaient avoir de la valeur en raison de leur richesse, de leur statut social et de leur race. Or, le statut est donné, affirmait-il. Il faisait très certainement allusion au statut que Dieu donne à tous Ses enfants. C'est un message qu'on retrouve tout au long de la Bible, comme dans les lignes magnifiques suivantes tirées d'une lettre de saint Jean: « Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! » (I Jean 3:1)

Réfléchir à cette idée peut nous apporter de grands bienfaits. Mary Baker Eddy, que découvrit la Christian Science, considéra qu'il était important d'inclure la lecture de ce verset dans l'ordre des services de l'Église qu'elle fonda (voir Manuel de L'Église Mère, p. 121). Nous entendons tous de nombreux messages corrosifs presque sans nous en apercevoir: nous ne sommes pas compétents, pas dignes d'être aimés, pas en bonne santé, etc. S'entendre dire à maintes reprises qu'on est l'enfant profondément aimé de Dieu et comprendre pourquoi, est un système de défense efficace.

Dieu nous aime, non pas en raison d'un statut humain quelconque, mais en raison de notre nature même qui est à Son image. Dans un texte qui, pour elle, correspondait aux versets de I Jean, Mary Baker Eddy expose certains faits immuables de notre existence, des faits concernant notre nature véritable: la vie et l'intelligence ne se trouvent pas dans la matière; Dieu est l'Entendement infini et la création est la manifestation de cet Entendement; l'identité n'est pas matérielle, mais totalement spirituelle. (Pour l' « exposé scientifique de l'être complet, voir Science et Santé avec la Clef des Écritures, p. 468.) A la lumière de ces faits, nous pourrions tout à fait paraphraser l'épître de Jean: « Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés la manifestation de l'Esprit divin ! Il n'existe pas de plus grand amour que celui-là ni de plus grand statut.

Il est plus facile d'admettre des concepts métaphysiques que de les mettre en pratique dans une société qui est loin d'être parfaite. Cependant, on peut dire que la religion n'est réelle qu'à partir du moment où on fait des efforts pour prouver la vérité spirituelle face à une vision dégradante de nous-mêmes ou d'autrui.

J'en ai parlé récemment avec une femme qui a dû faire ces efforts. Gloria a été élevée dans une compréhension solide du fait qu'elle était l'enfant spirituelle de Dieu. Néanmoins, quand, devenue adulte elle est venue habiter aux États-Unis, elle fut victime de préjugés racistes pour la première fois de sa vie. Certains jours, elle aurait voulu s'enfuir en courant. Elle pleurait en secret. Elle ne souhaitait pas que ses enfants grandissent dans cette atmosphère. Toutefois, l,instruction fondamentale qu'elle avait reçue à l'école du dimanche l'aida à maintenir la tête hors de l'eau. Elle savait que, en réalité, chacun est la manifestation de Dieu; que chacun compte autant pour Dieu. Et elle vit qu'en affrontant le mal sans peur, elle travaillait réellement à son salut éternel. « Vous n'avez pas le choix, me dit-elle. Vous êtes obligée d'aimer Dieu et Sa création davantage. Vous êtes obligée de vous connaître vous-même non pas en tant que femme ou comme appartenant à une certaine race ou comme ayant une certaine nationalité, mais en tant qu'idée spirituelle. On ne détecte aucun ressentiment chez Gloria. Il est évident que c'est un femme heureuse qui affirme être devenue plus patiente et plus compatissante grâce aux épreuves qu'elle a traversées. Et au cours des années, elle a vu s'effondrer de nombreuses barrières.

Il est essentiel d'avoir conscience des progrès accomplis, tout en demeurant vigilants devant la manière subtile dont le racisme est capable de nous infecter au niveau individuel comme au niveau de la société. Dans un poème écrit en 1901, Mary Baker Eddy présente un point de vue spirituel toujours aussi nécessaire aujourd'hui:

On le voit écrit sur la terre, la feuille
et la fleur:
L'Amour n'a qu'une race, un seul
royaume, un seul pouvoir.
Mon Dieu ! que Tu es grand, que Tu
es bon
De guérir le coeur brisé de l'humanité ;
De sonder la plaie, puis d'y verser le
baume —
Une vie épurée, forte et paisible.
Le sombre univers du péché, de la
douleur,
Se rend — l'Amour fait son entrée,
Et la paix est rétablie, le vice
abandonné ;
Le droit prévaut, mais pas au prix
du sang.
(Poems, p. 22)

Nous sommes en droit d'espérer voir davantage cette vision se réaliser au cours du prochain siècle et de l'exiger. La compréhension d'un seul Entendement infini et de son identité individuelle entièrement spirituelle, continue de pénétrer et de transformer la pensée humaine. Nous efforçant de parvenir à cette transformation en nous-mêmes – à une vie épurée – nous verrons le péché et la douleur ainsi que toute haine ou tout sectarisme, rendre les armes devant l'Amour. Et cela peut se produire sans effusion de sang.

Pendant les moments difficiles, Desmond Tutu disait souvent à l'assemblée de fidèles: « Mes amis, nous avons déjà gagné. La morale a déjà gagné.» Ibid. Le bien est toujours le vainqueur, parce que seul le bien est ordonné par Dieu. Le mal n'a aucune autorité. Il est voué à l'échec. C'est une loi à laquelle nous avons la possibilité de nous accrocher, quelle que soit l'injustice que nous combattons. Et nous pouvons avoir l'assurance, sans l'ombre d'un doute, que chacun de nous – la manifestation de Dieu – compte compte énormément pour Lui.


ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / juin 2000

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.