Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

Harpes et guérison

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de juin 2000


Le roi Saül, un grand personnage des Écritures, était troublé par un mauvais esprit. Quand il entendit parler de David, un jeune homme qui jouait très bien de la harpe, il lui demanda de venir jouer pour lui quand il était troublé. Ce que fit David, et Saül constata que le son de la harpe le libérait de ses pensées dépressives (voir I Sam. 16:14—23).

Pourquoi la musique jouée sur la harpe favoriserait-elle la guérison? Je joue moi-même de cet instrument. Je me sens en paix chaque fois que je joue. Je sais que la musique a apporté joie et réconfort à des auditeurs qui faisaient face à des difficultés physiques ou des problèmes affectifs.

Néanmoins, je cherchais à meiux comprendre ce qui rendait le son de la harpe si important dans le guérison du récit biblique. Jouer d’un instrument ne suffit pas à apporter une paix durable. Alors en quoi la façon dont David jouait de la harpe étaitelle différente?

David n’était pas un simple musicien de la région qui gagnait sa vie en donnant des récitals. En fait, jusque là, il avait eu pour occupation principale de garder le troupeau de brebis de la famille. Toutefois, la Bible le décrit ainsi: « c’est aussi un homme fort et vaillant, un guerrier... et l’Éternel est avec lui. » (I Sam. 16:18) II s’en remettait régulièrement à Dieu pour être guidé et protégé, tout le monde le savait. Pendant qu’il gardait ses moutons, si un lion ou un ours l’attaquait, il était capable de protéger son troupeau grâce à la confiance qu’il avait dans le pouvoir toujours présent de Dieu. Et il rendait souvent hommage au pouvoir, à la présence et à la bonté de Dieu en chantant des louanges à Dieu sur sa harpe.

Donc, lorsque le roi demanda à David de jouer de la harpe, je crois qu’il lui demandait d’affirmer, en apportant réconfort et assurance, que la bonté divine était toujours là pour le protéger et que le mal n’avait pas le pouvoir de lui retirer sa paix et sa santé. La Bible nous dit qu’après avoir écouté la musique, le roi Saül « se trouvait soulagé ».

Un grand nombre de psaumes, dont certains ont été attribués à David, parlent du pouvoir guérisseur et protecteur de Dieu, de Sa miséricorde et de la faculté que Dieu a de sauver de la mort. Les psaumes nous engagent à louer Dieu sur la harpe pour Sa bonté et Sa miséricorde et nous disent qu’ « En [Le] célébrant, [nous aurons] la joie sur les lèvres » (71:23). L’expression de notre gratitude envers Dieu nous révèle aussi les promesses qu’ « Il [glorifiera] les malheureux en les sauvant » (149:4) et qu’ « Il jugera le monde avec justice » (98:9).

Le roi Saül obéissait parfois à Diet et s’appuyait sur Lui pour être guidé en ce qui concernait le gouvernement de l’État. Dans ces cas-là, il réussissait ce qu’il entreprenait et il était en paix. Cependant, la Bible nous parle aussi de moments où l’esprit de l’Éternel se retirait de Saül et un mauvais esprit venait le tourmenter (voir I Sam. 16:14). Cela signifiait-il qu’il arrivait que Dieu l’abandonnât ou qu’il existait des esprits aussi puissants que Dieu?

Absolument pas! L’amour de Dieu, le pouvoir qu’Il a de nous guider et de nous protéger du mal de toutes sortes ne nous quittent jamais.

D’après les récits bibliques, il semble pourtant que Saül s’écartait quelquefois de « l’esprit de Dieu » pour écouter les « mauvais esprits », peut-âtre l’envie, la jalousie, la peur, la volonté opiniâtre, l’apitoiement sur son sort, l’égocentrisme, la rancune. Il est certain que n’importe qui serait troublé par ces émotions!

Lorsque nous nous sentons envahis par des pensées négatives ou dépassés par un problème que nous ne pensons pas être capables de résoudre, nous avons la possibilité de nous tourner vers Dieu de tout notre coeur dans l’esprit du psaume suivant: « Mon cœur est affermi, ô Dieu! mon cœur est affermi; je chanterai, je ferai retentir mes instruments. Réveille-toi, mon âme! réveillez-vous, mon luth et ma harpe! Je réveillerai l’aurore. » (57:8, 9)

Affermissons notre coeur, c’est-à-dire laissons « l’esprit de Dieu » gouverner nos pensées à la place des « mauvais esprits », des penchants négatifs, déprimants, craintifs ou pécheurs.

Mary Baker Eddy, l’auteur de Science et Santé, dut affronter de nombreuses difficultés au cours de son existence. Elle apprit combien comprendre et reconnaître la bonté omnipotente de Dieu peut apporter la paix et la guérison à tous, comme cela s’est passé pour elle. Dans l’un de ses poèmes, elle mentionne la harpe d’une façon qui fait mieux comprendre ce qu’était cette harpe au pouvoir guérisseur dont David joua. Le poème s’intitule « Christ, mon refuge »:

Harpe muette, mon esptit
Attend le son,
Suave, pur, et d'où jaillit
La guérison.

Quand il frémit, les anges saints,
Au fond de moi
Éveillent, par leur chant divin,
L'amour, la foi.
[...]
Sur les flots en courroux, je vois
Le Christ marcher:
Calmant les eaux, sa tendre voix
Sait m'apaiser.

La Vérité m'attache au roc:
Ni mer ni vent
Ne peut m'ébranler par ses chocs
Dorénavant.
[...]
(Écrits divers, p. 396)

Ce n'est pas tant la harpe ni la musique elles-mêmes, que ce que nous faisons en jouant de notre « harpe mentale » - nos pensées et nos actes - qui apporte la guérison. En surveillant avec vigilance notre pensée, en permettant uniquement aux pensées inspirées par le Christ, la Vérité (pensées liées à la totalité de Dieu, l'Esprit) d'entrer dans notre conscience et en rejetant leurs opposés, nous triomphons des situations difficiles de toutes sortes.

Nous sommes tous capables d'êtres des harpistes qui guérissent.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / juin 2000

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.