Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

Le langage de l'Entendement

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne d’juillet 1954


Aujourd'hui plus que jamais, les peuples sentent le besoin de s'unir et de se comprendre mutuellement; aussi reconnaît-on que la diversité des langues constitue un important problème. Lorsqu'ils abordent cette question, les Scientistes Chrétiens aiment à se rappeler ces paroles de Mary Baker Eddy dans leur livre de texte, Science et Santé avec la Clef des Écritures (p. 414): « L'argument du Scientiste Chrétien repose sur la base chrétiennement scientifique de l'être. L'Écriture déclare que “l'Éternel est Dieu [le bien], qu'il n'y en a point d'autre.” Donc l'harmoine est universelle et la discorde est irréelle. »

Parce qu'il étudie sérieusement la Bible, le Scientiste Chrétien accepte la conclusion scientifique que Dieu est Entendement, Esprit, Vérité, Amour; qu'Il est la Vie et l'Ame de l'homme, le Principe de son être. Dieu créa l'homme à Son image, selon Sa ressemblance; et cet homme — l'homme réel — vit à jamais dans l'harmonie et la paix immuables. Pour décrire cet accord, la Bible dit: « Toute la terre avait un même langage et une même parole » (Gen. 11:1). Ce verset présente le fait spirituel absolu touchant l'homme et la création tels que Dieu les a formés.

Néanmoins dans le même chapitre, la Bible relate l'histoire bien connue de la tour de Babel, c'est-à-dire l'évolution d'un concept humain purement relatif. Elle illustre la manière dont les hommes se laissent décevoir et croient qu'eux-mêmes sont des créateurs. Ils ne connaissent pas l'unique Entendement, Dieu, ni leur individualité véritable comme enfants du Père céleste, mais accueillent la fausse prétention de plusieurs entendements; aussi sont-ils entraînés vers la discorde, les conflits, par l'ambition déréglée et le faux orgueil. Selon le récit scripturaire, il en résulte la confusion des langues, et la grande famille humaine se divise en tribus et en nations nombreuses.

Ceux d'entre nous qui sont traducteurs ou interprètes pensent souvent à l'unique langue et à la même parole que la Bible associe avec la création primitive. Ils savent qu'en traduisant d'un idiome dans un autre ils s'occupent vraiment de ce qu'on pourrait appeler un troisième langage, un idiome mental qui constitue la base de tous les autres. Lorsque le traducteur examine un texte écrit dans une langue qui lui est familière, il doit se détacher des mots et des phrases pris individuellement. Le premier pas consiste à résoudre en pensées la construction matérielle du texte — à échanger les mots contre des idées. Alors le sens original du texte tel qu'il le comprend se trouve dans une sphère tout à fait mentale, où il s'efforce d'arranger les idées conformément à un ordre logique.

Le traducteur doit d'abord comprendre chacune des pensées et leur enchaînement avant de pouvoir les exprimer dans sa langue maternelle; il trouve les termes appropriés et complète enfin sa traduction. Sous ce rapport, dans le domaine mental il suit une marche semblable à la méthode spirituelle qu'emploie le Scientiste lorsque par le raisonnement métaphysique il résout les choses en pensées et qu'il échange les pensées mortelles contre des idées spirituelles. Pour traduire par exemple le mot « mental, » le Scientiste Chrétien doit premièrement obtenir un concept bien clair de ce que signifie ce terme, dérivé du latin mens, esprit, et qui peut s'employer au sujet soit de l'Entendement divin, Dieu, soit de l'entendement ou du moi humain. En Science Chrétienne, le mot « spirituel » se rapporte à ce qui émane de l'Esprit, de Dieu; il indique donc une qualité divine. Comme certaines langues ne font pas une distinction suffisante entre les mots mental et spirituel, et n'emploient pour ces deux significations qu'un seul mot, le traducteur d'un texte métaphysique s'efforcera d'exprimer aussi clairement que possible sa compréhension bien nette des termes scientifiques en choisissant les mots qui se rapprochent le plus du sens donné dans le texte original.

Mrs. Eddy elle-même, qui savait à fond l'anglais et dont les ouvrages expriment avec clarté la révélation divinement inspirée de la Science Chrétienne, dut faire face à certains problèmes au sujet de la langue. Sous la rubrique marginale « Le langage est inadéquat, » elle écrit dans Science et Santé (p. 349): « Pour transmettre correctement les enseignements de la Science divine à la pensée humaine, la principale difficulté consiste en ce que la langue anglaise, comme d'ailleurs toutes les langues, est inadéquate à exprimer les conceptions et les propositions spirituelles, parce que, pour présenter les idées spirituelles, on est obligé de se servir de termes matériels. »

Au cours de l'histoire, les hommes ont souvent essayé d'inventer ou d'établir une langue universelle. Sans doute une langue que tout le monde pourrait employer et comprendre aurait des avantages pratiques; les nombreux idiomes nationaux ne seraient pas forcés de disparaître entièrement, car ils expriment d'une manière riche, pittoresque et variée l'individualité des races et des peuples.

La langue mentale utilisée par le traducteur et le linguiste n'indique-t-elle pas qu'il existe dans le domaine spirituel une seule langue — le divin langage de l'Entendement? A notre époque la Science Chrétienne présente à tous les hommes la solution cherchée. La Science constitue vraiment la « langue nouvelle » dont Mrs. Eddy parle en ces termes dans son sermon intitulé Christian Healing (p. 7): « C'est le langage de l'Ame et non des sens; il traduit la matière dans sa langue originale, qui est l'Entendement, et en donne la signification spirituelle au lieu du sens matériel. » Tous peuvent comprendre cette langue. Pour y parvenir il n'est pas nécessaire d'être un intellectuel, mais il faut être humble, prêt à recevoir la Vérité comme le ferait un enfant. Dans la démonstration de cet Entendement tous peuvent être un. C'est la Vérité, la Parole de Dieu, qui guérit les hommes et répand sur eux ses bénédictions.

A mesure que les humains tâchent d'exprimer la langue universelle de l'Entendement et sont réceptifs à la manifestation de la Vérité, ils entrevoient le statut divin de l'homme réel créé à l'image ou à la ressemblance de Dieu. Les malentendus soit entre personnes soit entre peuples seront éliminés. La tension raciale et les barrières des langues céderont; le cœur humain qui souffre sera guéri. L'humanité trouvera la route certaine de la liberté pour tous, et les guerres deviendront inconcevables.

Lorsqu'ils démontrent l'unicité de l'Entendement, les voyageurs lassés trouvent le repos; ils échappent à la confusion, aux luttes, au babil de l'existence selon l'entendement mortel. Les portes du ciel, de l'harmonie impérissable, peuvent leur être ouvertes ici même et dès maintenant; le royaume de Dieu s'établira sur la terre. Connaissant le Père céleste, tous comprendront et seront compris, car en vérité ils parlent « un même langage » et emploient « une même parole. »

Ésaïe exprima le divin fait de l'harmonie éternelle lorsqu'il prophétisa (11:6, 9): « Alors le loup habitera avec l'agneau, et le léopard gîtera avec le chevreau; le veau, le lion et le bœuf qu'on engraisse vivront ensemble, et un petit enfant les conduira... On ne fera point de mal; on ne causera plus aucun dommage sur ma montagne sainte; car la terre sera remplie de la connaissance de l'Éternel, comme le fond de la mer est couvert par les eaux. »

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / juillet 1954

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.