Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

Innocence et domination

[Original en français]

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne d’mai 1964


Pouvons-Nous espérer que la domination dont la Bible nous dit que Dieu l'a accordée à Son image et à Sa ressemblance, deviendra, un jour, une réalité dont chacun sera en mesure de goûter les avantages ? Oui, car la Bible nous fournit pour cela assez d'exemples établissant la preuve que des hommes purent sortir victorieux de situations excessivement difficiles, grâce à leur compréhension du Christ, le concept spirituel de la filialité. Nous n'avons qu'à lire les récits bibliques concernant Moïse, Josué, Samuel, d'autres encore, pour nous convaincre par leurs exemples que la domination n'est pas un vain mot.

Y a-t-il une méthode à suivre pour devenir capable d'exercer cette domination, et quelle est-elle ? L'histoire de la délivrance du prophète Daniel enfermé dans une fosse avec des lions, peut répondre à cette question. Ce qui suit est tiré du sixième chapitre du livre de Daniel: « Au point du jour, dès l'aurore, le roi se leva et se rendit en toute hâte à la fosse aux lions. Comme il approchait de la fosse, il appela Daniel d'une voix attristée. Prenant la parole, le roi dit à Daniel: Daniel, serviteur du Dieu vivant, ton Dieu, que tu sers sans cesse, a-t-il pu te délivrer des lions ? Aussitôt, Daniel répondit au roi: O roi, puisses-tu vivre éternellement ! Mon Dieu a envoyé son ange; il a fermé la gueule des lions, qui ne m'ont fait aucun mal, parce que j'ai été reconnu innocent devant Dieu. De même, envers toi, ô roi, je n'ai commis non plus aucune faute. »

La conclusion à tirer de cet épisode est, que c'est par son innocence — sa compréhension inébranlable que l'Amour gouverne — que Daniel exerça la domination revenant à l'homme.

L'entendement mortel, ou intelligence matérielle, peut s'étonner que l'innocence soit tenue comme un moyen de désarmer le mal. Mais, pour la Science Chrétienne [Christian Science], la chose est claire. Mrs. Eddy écrit dans Science et Santé (p. 568): « L'innocence et la Vérité triomphent du crime et de l'erreur. Depuis la fondation du monde, depuis que l'erreur voudrait établir la croyance matérielle, le mal a cherché à tuer l'Agneau; mais la Science peut détruire ce mensonge, appelé le mal. » Et elle définit l'« Agneau de Dieu » comme « l'idée spirituelle de l'Amour; immolation de soi-même; innocence et pureté; sacrifice » (ibid., p. 590).

L'absence de toute tendance à la cruauté ou l'incapacité de faire le mal sciemment, sont évidemment dignes de notre respect et de notre sympathie, mais elles ne constituent pas l'innocence qui donne à l'homme le pouvoir de vaincre la malveillance des entreprises de l'ignorance, de l'orgueil ou de la perversité. Ce pouvoir est bien illustré dans une scène de l'Évangile de Jean, où l'on voit ceux qui vinrent procéder à l'arrestation de Jésus, reculer et tomber à terre, lorsqu'il se fit connaître à eux en leur disant: « c'est moi ».

A quoi tient le secret de cette force dont Jésus fit preuve ? N'était-ce pas son innocence morale et spirituelle, état de conscience intimement lié à la réalité du bien qui, seul, représente la puissance de Dieu ? L'innocence a tout naturellement la primauté et la suprématie sur tout ce qui ne peut prétendre que faussement à la vérité et à l'éternité, c'est-à-dire sur tout ce qui est factice ou illusoire et relève de l'erreur, de la matière.

A notre époque où l'humanité doit faire face au danger des armes nucléaires, nous qui devons à Dieu d'avoir entre les mains les ressources défensives et la protection de la Science du Christ, comprenons toujours mieux notre devoir sacré de devenir de plus en plus conscients du merveilleux ascendant de l'innocence sur tous les genres de tribulations inhérentes à l'existence mortelle.

Nous n'avons pas à attendre de nous trouver impliqués dans de tragiques circonstances, pour nous démontrer à nous-mêmes la valeur de l'innocence, qui est une qualité propre à la conscience spiritualisée, et exempte de toute croyance matérialiste. Dans nos comportements journaliers, quand nous nous trouvons seuls avec nous-mêmes, nous pouvons croire qu'en l'absence d'un témoin, associé ou compagnon, il soit vain ou fastidieux de nous livrer à l'effort mental nécessaire pour imprégner d'innocence l'atmosphère ambiante.

Cette façon de penser est erronée. Il importe pour nous-mêmes et autrui d'établir notre innocence sur une base spirituelle, en portant nos pensées sur l'unité de l'homme et de Dieu. Sur les hauteurs spirituelles ainsi atteintes, la vie et l'être nous apparaîtront plus distinctement dans leur pureté idéale. Nous avons alors la douce joie de démontrer la domination qui appartient à l'homme parce qu'il est l'idée pure et innocente de Dieu.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / mai 1964

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.