Skip to main content

Je suis profondément reconnaissante à la...

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de mars 1998


Je suis profondément reconnaissante à la Christian Science qui nous montre que notre seul but et notre unique ambition dans la vie est d'être de plus en plus conscient de notre état d'homme parfait, parce que Dieu, le bien, s'exprime par l'homme. Récemment, j'ai eu de nouveau l'occasion d'en être le témoin.

Un soir, alors que je préparais le dîner, je ressentis une vive douleur à la hanche. Rapidement j'ai éprouvé une grande difficulté à marcher. Dans un premier temps, je n'y ai pas prêté attention, clopinant tant bien que mal le reste de la soirée. Mais en me couchant, la situation ne s'était pas améliorée. J'ai commencé à prier pour savoir que j'étais en réalité dans un état aussi parfait que Dieu, et pour me calmer je chantais des cantiques tirés de l'Hymnaire de la Science Chrétienne, puis je me suis endormie.

Vers trois heures du matin, la douleur était si vive que je me suis réveillée. J'ai alors demandé à mon mari de téléphoner à un praticien de la Christian Science qui a accepté de prier pour moi, et très rapidement j'ai pu me rendormir.

Cependant, le lendemain matin, il me fut impossible de me lever, chaque mouvement provoquant une douleur insoutenable.

L'étude de la Christian Science m'a montré la nécessité d'harmoniser notre action et notre pensée. Il était évident que je ne pouvais pas d'un côté affirmer être l'idée parfaite et intacte de Dieu, et de l'autre m'apitoyer sur mon sort et obéir à de prétendues lois matérielles qui nient la Vérité que nous affirmons.

En pensant à cela, je décidai donc de ne pas rester couchée, et, avec l'aide de mon mari, je réussis, après une heure d'efforts, à me mettre debout, mais j'étais abattue, car j'acceptais très mal de ne pas pouvoir marcher et d'être dépendante de quelqu'un.

De nouveau, j'ai téléphoné au praticien qui m'assura que j'étais unie à Dieu, que rien ne pouvait me séparer de Lui, que j'étais composée de toutes les qualités de Dieu et qu'il n'y avait aucune place pour la douleur. Il me demanda de me poser cette question: « Quelle est la qualité qui est en train de souffrir ? » Je compris alors que j'étais effectivement composée de toutes les qualités de Dieu et que la joie, l'intelligence, l'honnêteté, l'amour ne pouvaient en aucun cas souffrir. Cela me démontra que la souffrance ne peut avoir aucune cause, qu'il n'y a aucune loi pour la maintenir ni aucun entendement pour y croire.

Forte de cette certitude, je décidai de rester assise dans le salon, et dans la mesure du possible, de me déplacer toute seule. Ce n'était pas évident au début, mais petit à petit je voyais des progrès certains.

Le lendemain matin, je décidais de descendre l'escalier. Ce que je fis avec beaucoup de difficultés certes, mais je réussis. Le jour suivant, je devais tenir mon poste de Lectrice à l'église. J'en ai parlé avec le praticien. Il était très reconnaissant pour tous les progrès déjà accomplis, mais il affirma que nous devions voir ma libération complète dès maintenant, non pas parce que je devais lire à l'église, mais parce que c'était mon état d'être parfait. Même si j'avais dû aller à la plage le lendemain matin, il aurait été normal et juste que je sois libre de cette douleur dès à présent. En effet, comme l'écrit Mary Baker Eddy: « ... l'homme est dans un état aussi parfait que l'Entendement qui le forme. » (Science et Santé avec la Clef des Écritures, p. 337) C'était la seule et unique chose à revendiquer à l'instant même. Cela me montra l'importance de ne pas se tromper de but. Je perçus clairement que si j'acceptais que tel ou tel événement – aller à l'église ou aller à la plage – pouvait influer sur le fait d'être guéri rapidement ou non, je niais ainsi mon état d'être parfait.

En deux jours et demi exactement, je pouvais de nouveau marcher et ce tout à fait normalement.

Ce soir-là, j'entendis à la radio une femme qui était invitée pour parler de son livre. Elle y racontait son expérience. Elle avait été atteinte d'une maladie qui l'avait rendue impotente pendant deux ans. Les médecins ne pouvaient rien faire pour elle. Pendant une fraction de seconde, j'ai été tentée de m'écrouler en entendant tout cela, car la description qu'elle en faisait correspondait exactement à ce que je vivais.

Je me ressaisis immédiatement, car je savais que rien ne pouvait ébranler la certitude acquise au cours de ces deux jours. J'étais profondément reconnaissante de savoir que, de toute éternité, j'étais libre et parfaite, et qu'aucune suggestion ou prétention ne pouvait soutenir le contraire. Et de nouveau je retrouvai confiance et sérénité.

Le lendemain matin, même si je ne pouvais pas encore me lever seule, je réussissais à marcher correctement. L'après-midi, j'étais complètement guérie. En deux jours et demi exactement, je pouvais de nouveau marcher et ce tout à fait normalement. Je repris mes activités professionnelles dès le lundi matin et mon poste de Lectrice le mercredi suivant. Je suis profondément reconnaissante à la Christian Science.


ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / mars 1998

La mission du Héraut

L'explication divinement inspirée que donne Mrs. Eddy de la mission du Héraut de la Science Chrétienne, créé en 1903, est devenue un symbole des activités du mouvement de la Science Chrétienne, qui englobent le monde entier. Ses paroles, gravées au frontispice de La Société d'Édition de la Science Chrétienne, sont les suivantes: « proclamer l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible ». Le Héraut est une manifestation tangible du souci qu'avait notre Leader de partager avec toute l'humanité la précieuse connaissance de la Science de la Vie. Elle avait conscience que le Consolateur était venu pour « la guérison des nations ».

—Alfred F. Schneider, Le Héraut de la Science Chrétienne, juillet 1978

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.