The Herald of Christian Science

Guérie de la dépression

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de mars 2017

Original en portugais

Adding Bookmark

Signet sauvegardé



Bookmarks Loading
Bookmarks Loading

Il y a quelques années, j’ai été très affectée par la mort de mon père. A peu près à la même époque, je suis tombée enceinte, et j’ai commencé à avoir une piètre estime de moi-même. La situation a empiré après la naissance de mon fils. Quand il a eu neuf mois, mon mari et moi avons introduit une demande de divorce. Mon état de tristesse n’a fait qu’empirer. Je n’avais plus envie de sortir de chez moi, de voir mes amis ni d’autres personnes, ni même d’avoir des contacts avec les membres de ma famille. Je voulais seulement rester au lit et passais mon temps à dormir.

A un moment, je suis allée voir un psychiatre, qui m’a prescrit cinq pilules à prendre chaque jour. Je suis devenue dépendante de ce médicament, ce qui me désolait. Le psychiatre m’a alors recommandé de me faire aider par une thérapeute. Ce que j’ai donc fait à raison d’une séance par semaine.

Mais en janvier 2015, Science et Santé avec la Clef des Ecritures de Mary Baker Eddy est entré dans ma vie. Je me suis mise à lire ce livre, en commençant par le chapitre « Les fruits de la Science Chrétienne », qui contient de nombreux témoignages de guérison. Voyant que les gens étaient guéris de toutes sortes de maux par la prière uniquement, j’ai acquis une certaine confiance et compris que le message de ce livre apportait effectivement la guérison. Il s’agissait bien de la Science divine de l’être véritable, une Science démontrable, que je pouvais mettre en pratique en m’attendant avec confiance à la guérison.

Quelques passages du livre m’ont beaucoup aidée, comme celui-ci : « Lorsque l’illusion de la maladie ou du péché vous tente, attachez-vous fermement à Dieu et à Son idée. Que rien hormis Sa ressemblance ne demeure dans votre pensée. Que ni la crainte ni le doute n’obscurcissent votre sens lumineux et votre calme confiance que la récognition de la vie harmonieuse – comme l’est éternellement la Vie – peut détruire tout sens douloureux de ce qui n’est pas la Vie ou toute croyance en ce qu’elle n’est pas. » (p. 495) Tandis que je lisais Science et Santé, la crainte et le doute se sont dissipés. J’ai senti un vrai changement s’opérer en moi ; je ne ressentais plus le besoin de prendre de médicaments ni d’avoir un soutien psychologique et psychiatrique. Je devenais une meilleure personne avec de meilleures pensées. C’était un changement très naturel.

Au bout de quatre mois de lecture, je ne prenais plus un seul médicament et j’avais cessé tout traitement avec le psychiatre et le psychologue. J’étais heureuse, je me sentais assez d’énergie pour m’occuper de mon fils et vaquer à mes occupations.

Après cette guérison, je me suis de plus en plus intéressée à la Science Chrétienne. Comme il n’y avait pas d’églises filiales, de sociétés ni de groupes informels de la Science Chrétienne dans ma ville, j’ai cherché sur Internet tout ce que je pouvais trouver au sujet de cette Science. Je suis tombée sur des renseignements concernant un Sommet de la jeunesse de la Science Chrétienne, qui était prévu en septembre 2015, à Rio de Janeiro. J’ai pris toutes les dispositions nécessaires pour y assister. 

C’était formidable de pouvoir participer à ce sommet, parce que j’y ai rencontré des scientistes chrétiens venus de toutes les régions du Brésil et aussi d’autres pays. J’ai également eu l’occasion de me rendre dans une église filiale de l’Eglise du Christ, Scientiste, et d’acheter de la littérature de la Science Chrétienne, y compris d’autres livres de Mary Baker Eddy, à la salle de lecture de cette église. Avec quelques personnes, nous avons formé un groupe informel de la Science Chrétienne. Nous nous réunissons régulièrement pour étudier ensemble et nous faire part de nos guérisons par la prière.

Je suis tout à fait guérie depuis presque deux ans. Je ne m’en suis pas rendu compte tout de suite, mais je vois à présent combien j’ai mieux compris que nous sommes tous les enfants de Dieu, parfaits, créés à Son image et à Sa ressemblance. J’ai commencé à me sentir aimée par Dieu, l’Amour infini, à ressentir de l’amour en toutes choses et pour tout le monde, et à comprendre que la seule réalité est l’Amour divin. C’est la crainte qui m’avait empêchée de sortir de chez moi. A mesure que j’apprenais que l’Amour divin est toujours présent et qu’il emplit tout l’espace, je me suis sentie en sécurité, à l’abri, et j’ai pu ainsi dominer mes craintes. Comme on lit dans la Bible : « La crainte n’est pas dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte. » (I Jean 4:18)

Aujourd’hui, je sais aussi qu’il nous est impossible, en tant que reflets de Dieu, d’être dépressifs et repliés sur nous-mêmes, parce que notre vie est Dieu. Puisque nos vraies pensées émanent de l’Entendement divin, les sentiments de tristesse ou d’infériorité ne proviennent pas de Dieu et ne nous appartiennent pas. Nous pouvons donc les rejeter. On ne peut penser que ce que l’Entendement divin pense au sujet de l’homme (terme générique pour désigner l’ensemble des hommes et des femmes), reflet de Dieu, c’est-à-dire qu’il exprime pleinement la joie, la confiance, l’amour, etc. Ces vérités spirituelles emplissent mon être, elles façonnent mes pensées, me nourrissent, me protègent et me donnent du courage. Ma gratitude à l’égard de la Science Chrétienne est sans fin.

Raquel Espir, Uberlândia

Original en portugais

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !