Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

Le Christ détruit le mur des préjugés

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de février 1996


Nous Vivons aujourd’hui à une époque de préjugés. Préjugés par rapport à notre appartenance raciale, notre statut social, notre sexe, notre nationalité ou même notre aspect physique.

Et pourtant, nous lisons dans la Bible ce message réconfortant de l’apôtre Paul: « Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car vous êtes un en Jésus-Christ.» Galates 3:28. Quel sens ce message millénaire revêt-il pour nous aujourd’hui ? Ne nous enseigne-t-il pas qu’en dépit même de nos différences extérieures, Dieu, en réalité, n’a connaissance que de notre identité spirituelle, unique, créée à Son image et à Sa ressemblance? Si donc nous sommes tous « un » comme l’affirme l’apôtre Paul dans ce verset, il est intéressant de se demander d’où viennent alors ces differences qui semblent souvent nous séparer et nous diviser, d’où viennent les préjugés que nous avons les uns à l’égard des autres.

Ces différences viennent du fait que l’on a souvent défini l’homme, non pas du point de vue de Dieu, son Créateur, c’est-à-dire comme spirituel et parfait, mais plutôt du point de vue des sens physiques, en tant que mortel et limité, incluant à la fois le bien et le mal, des défauts et des qualités. Les préjugés s’appuyent aussi sur la croyance que nous nous différencions les uns des autres par des critères essentiellement matériels, tels que la couleur de la peau, la nationalité, le statut social, l’âge, l’aspect physique etc... Tant que nous nous identifions en tant que mortels et voyons notre prochain de la même façon, nous nous rendons certainement vulnérables à des pensées de préjugés et nous nous exposons inévitablement à leurs conséquences, telles la division, l’exclusion, la méfiance, la condamnation, l’intolérance, la haine, la discrimination, la destruction et la xénophobie.

Comment empêcher les pensées qui occasionnent les préjugés de s’établir en nous? Et en fait, comment les détruire?

Le récit de la femme surprise en flagrant délit d’adultère, relaté dans l’Évangile selon Jean, apporte une réponse à toutes ces questions. Jean 8:1-11. Il montre bien comment le Christ, l’idée divine qui révèle les qualités spirituelles de tolérance, d’innocence, de pureté, de sainteté et de pardon, que Jésus a enseignées et vécues dans sa vie quotidienne, peut venir à bout des préjugés humains qui divisent.

Jésus se trouvait dans le temple et enseignait le peuple quand les scribes et les pharisiens entrèrent et amenèrent une femme surprise en délit d’adultère.

On lui posa donc cette question: « Maître, cette a été surprise en flagrant délit d’adultère. Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes; toi donc, que dis-tu? » Jésus, dont la pensée sans préjugé n’était imprégnée que d’amour pour son prochain, refusa de la condamner. D’ailleurs n’avait-il pas dit lui-même qu’il était venu non pour juger le monde, mais pour le sauver? Jean 12:47. Le recit nous dit ensuite qu’après avoir confondu la foule dans le temple, le maître dit enfin à la femme: « Je ne te condamne pas non plus; va, et ne pèche plus. »

Pourquoi refusa-t-il de condamner cette femme pourtant surprise en délit d’adultère? Son refus de la condamner signifie-t-il qu’il cautionna son péché? Certainement pas. Mais notre maître savait assurément ce que la Science Chrétienne révèle aujourd’hui à l’humanité, à savoir que la nature innée de l’homme, de chacun de nous, est sainteté, pureté, perfection. C’est pourquoi il pouvait condamner le mal en tant que tel, et non l’homme parfait créé à l’image de Dieu.

Si nous persistons à entretenir la vision correcte de l’homme dans notre pensée, nous contribuons à détruire la muraille des préjugés...

La Bible dit: « Tel il est [Dieu, l’Esprit], tels nous sommes aussi dans ce monde. » I Jean 4:17. Dieu est parfait. L'homme, son éternel reflet est toujours parfait. Dieu est Esprit. L'homme, Sa manifestation ininterrompue, est spirituel. Il n’y a pas d’être inférieur, ni d’être supérieur car tous les hommes témoignent d’un seul et même Dieu.

Le lecteur pourrait se demander: comment ne pas porter un jugement sur un certain groupe, ou ne pas avoir des idées préconçues, quand je sais que ces gens pratiquent fréquemment le vol, le banditisme, ou se droguent? Comment ne pas me forger une opinion négative ou me méfier d’une personne dont je n’ai entendu que du mal? Dans la Bible, nous trouvons une réponse claire à ces questions. L'apôtre Pierre dit: « Vous savez... qu’il est défendu à un juif de se lier avec un étranger ou d’entrer chez lui; mais Dieu m’a appris à ne regarder aucun homme comme souillé et impur. » Actes 10:28. « Aucun homme », nous dit l’apôtre. Ce message divin que perçut l’apôtre exige de nous d’accepter, ici et maintenant, la pureté et la perfection comme un fait établi pour chacun.

Aujourd’hui plus que jamais, l’humanité a tant besoin de cette perception sans préjugé qu’entretenait Jésus. Mais comment y parvenir?

Mary Baker Eddy nous l’indique dans ses écrits. Elle dit: « La compréhension, semblable à celle de Christ, de l’être scientifique et de la guérison divine renferme un Principe parfait et une idée parfaite — Dieu parfait et homme parfait — comme base de la pensée et de la démonstration. » Science et Santé, p. 259. Vivons-nous vraiment cette règle dans les moindres détails de notre vie quotidienne? C’est cette perception impregnée de l’amour — Christ qui élève la pensée du monde au-dessus des préjugés et amène la guérison.

Mary Baker Eddy écrit: « Jésus voyait dans la Science l’homme parfait, qui lui apparaissait là où l’homme mortel pécheur apparaît aux mortels. En cet homme parfait le Sauveur voyait la ressemblance même de Dieu, et cette vue correcte de l’homme guérissait les malades. » Ibid., p. 476.

L'auteur de cet article a eu une fois la preuve que si nous persistons à entretenir la vision correcte de l’homme dans notre pensée, nous contribuons à détruire la muraille des préjugés humains et à faire reculer la méfiance et l’intolérance qui sévissent dans notre environnement.

Je devais suivre un cours intensif de programmation en informatique. Le nombre de réussites pour chaque session était très limité. Avant le cours, j’ai senti la nécessité d’éliminer par la prière toute pensée de préjugé. Ensuite, j’ai maintenu et revendiqué tout au long de ces sessions que je n’étais point un mortel d’une race différente de ceux qui m’entouraient, mais l’enfant chéri de Dieu, spirituel et parfait. J’ai vraiment laissé les qualités-Christ s’exprimer abondamment en moi. Chaque jour était pour moi l’occasion d’exprimer et de devenir plus conscient de la joie, de la tempérance, de l’intelligence et de la perspicacité qui sont toutes des qualités-Christ inhérentes à notre être réel. Je maintenais le fait que l’identité de chaque participant, ainsi que celle des professeurs et du directeur, avait sa source en Dieu, comme nous le révèle le Christ, et donc était en vérité sans race, ni couleur, ni ethnie. Mes résultats pour ce cours furent brillants, j’étais classé parmi les meilleurs, mais le plus beau cadeau que je reçus, plus en fait que ce diplôme, me vint du professeur qui nous donnait le cours principal. En effet, lors de la remise des diplômes, il est venu me voir pour me faire un aveu. Il me dit: « Monsieur, j’ai toujours été plein de préjugés pour les gens de couleur et en entrant dans la classe, le premier jour, j’étais rempli de préjugés à votre égard, mais les qualités que vous avez exprimées dans la classe ont vite balayé tous mes préjugés, toutes mes idées préconçues. »

Tant à l’échelle des nations qu’à l’échelle individuelle, la destruction des pensées empreintes de préjugés passe par la prise de conscience des qualités-Christ qui constituent originairement l’homme réel, vous et moi. Ainsi s’accomplira cette prophétie écrite par l’apôtre Paul « ... nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ, et nous sommes tous membres les uns des autres. »

Lorsque chacun de nous entreverra clairement que son prochain, quelle que soit son ethnie, sa race, son origine, est créé à l’image et à la ressemblance de Dieu et que tous les hommes sont en vérité « un », alors les préjugés s’arrêteront, et l’amour, le respect, et la considération règneront parmi les hommes.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / février 1996

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.