Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer
Article de couverture

Le respect universel des droits de l’homme

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de janvier 2014

Original en allemand


« Nous avons là une occasion exceptionnelle de reléguer parmi les choses du passé le pessimisme ainsi que tout ce qu’il y a de mauvais. » Ces propos viennent d’un article de l’écrivaine turque, Sema Kaygusuz, lorsque des opposants se sont rassemblés dans le parc de Gezi, à Istanbul, en juin 2013, pour dénoncer la corruption et le despotisme d’Etat (voir le quotidien allemand Der Tagesspiegel du 13 juin 2013). Elle s’est exprimée en direct d’Istanbul, au cœur de l’un de ces nombreux conflits qui éclatent ici et là sur la planète et qui caractérisent notre époque. Dans différentes régions du monde, les gens s’unissent au-delà des clivages religieux et politiques et défendent inlassablement un bien unique et commun à tous : la liberté. A la fin du XIXe siècle, Mary Baker Eddy observait déjà : « En discernant les droits de l’homme, nous ne pouvons manquer de prévoir le sort de toute oppression. L’esclavage n’est pas l’état légitime de l’homme. Dieu créa l’homme libre. » (Science et Santé avec la Clef des Ecritures, p. 227)

En fait, si l’on étudie l’histoire depuis 1945, on observe un développement étonnant de l’esprit de partage et de tolérance. La dignité humaine est devenue un sujet d’intérêt majeur. Selon la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, adoptée le 10 décembre 1948 par les Nations Unies, tout être a le droit inaliénable à la vie, à la liberté et à la sécurité. Nous sommes à mi-chemin d’un processus au cours duquel les droits de l’homme seront de plus en plus reconnus et universellement respectés.

Les droits de l’homme ne sont pas nés au XXe siècle. C’est une idée spirituelle intemporelle.

En réalité, les droits de l’homme ne sont pas nés au XXe siècle. C’est une idée spirituelle intemporelle. On peut voir dans la charte des droits de l’homme une traduction du patrimoine spirituel de tout individu, homme et femme. Chacun est une expression individuelle unique de Dieu, l’Esprit. Notre être, qui émane de Dieu, détermine ce qui constitue notre individualité. Sans Dieu, l’Amour, personne n’existerait. Dieu est à la base de toute identité véritable. Nous existons parce qu’Il existe.

Le sens spirituel, que nous possédons déjà tous, est un élément essentiel du respect universel des droits de l’homme. Ce sens spirituel éclaire la conscience, nous guide, nous apporte le calme intérieur au milieu du tumulte et nous révèle peu à peu que Dieu s’exprime en tout individu. Le sens spirituel nous amène à penser moins à notre moi mortel ou à celui d’autrui qu’à notre identité spirituelle et à notre formidable potentiel en tant qu’expression de Dieu.

Le sens spirituel perçoit la présence de Dieu là où le sens humain n’est que confusion. Prenons une image : dans un violon, la caisse de résonnance est la partie de l’instrument qui amplifie les sons produits par les cordes afin que ces sons deviennent audibles à l’oreille humaine. N’est-ce pas merveilleux de savoir que nous possédons tous un sens spirituel qui ressent, communique et réverbère l’amour et la paix de l’Ame, Dieu ?

Grâce au sens spirituel, nous pouvons nous attacher au bien, même si notre conviction de la réalité du bien est mise à rude épreuve. Ce n’est pas toujours facile, mais c’est possible, car le bien est réel.

Le discernement du bien divin vient par la prière, par une contemplation intérieure libérée d’influences déstabilisantes comme le bruit, la crainte et l’agitation. La prière est une façon de s’agenouiller mentalement aux pieds de l’omniprésence du bien divin. Grâce à la prière, nous pouvons reconnaître que les droits de l’homme sont des droits donnés par Dieu. La prière développe l’aptitude latente au courage, au désintéressement, à l’indépendance et à la spiritualité. Elle soutient notre capacité à écouter l’inspiration divine, dans des moments de calme, puis à aller hardiment de l’avant.

La prière change les choses car elle a un effet sur nous : le discernement de la présence de Dieu procure une assurance puissante quand nos forces semblent nous abandonner. Cette assurance que Dieu gouverne substitue l’autorité à la timidité et la gratitude aux limites étroites qui ne laissaient voir que l’échec. Notre sens de l’honnêteté se renforce et nous sommes incités à faire avec conviction ce que nous devrions et pouvons tous faire : être qui nous sommes réellement en tant qu’enfants de Dieu, expressions individuelles uniques de Sa grandeur et de Sa clarté – « l’image de Dieu » comme il est dit dans le premier livre de la Bible (Genèse 1:27).

L’assurance que Dieu gouverne substitue l’autorité à la timidité.

On peut tous soutenir par la prière l’ensemble des initiatives prises en faveur de la liberté. Comprendre d’une part qu’aucun pouvoir ne peut s’opposer en permanence au pouvoir du bien, et que d’autre part, l’homme exprime la clairvoyance et la sagesse parce qu’il est indivisiblement lié à Dieu, l’Esprit, aide à clarifier les situations les plus complexes. La Bible parle d’un « homme pauvre et sage » qui sauva une ville « par sa sagesse » (Ecclésiaste 9:15). La sagesse est un attribut des plus précieux que nous possédons tous par réflexion. Nous pouvons faire preuve de sagesse pour le bien de tous, soit directement, au cœur de l’action, ou à distance, en affirmant dans la prière la réalité de la bonté infinie de Dieu.

En tant que professeur d’université, j’ai notamment œuvré à ce qu’il y ait plus de liberté et d’équité dans les mondes universitaire et socio-politique au cours des dernières décennies. J’ai eu le privilège de constater que l’humble prière, plus que toute autre chose, nous procure la sagesse et la force de prendre courageusement position en faveur de ce qui est juste. En affirmant dans la prière qu’il n’y a qu’un bien unique, Dieu, qui seul est réel et sur qui l’on peut effectivement compter en toute situation, j’ai vu que le droit divinement garanti à la dignité et à la considération était respecté. Concrètement, cela s’est traduit par un système d’examens plus équitable, l’annulation de règlements contestables et l’extension du travail d’équipe là où régnait auparavant la méfiance.

Tout cela peut sembler modeste au vu de ce qu’il reste à accomplir avant de parvenir au respect universel des droits de tous les peuples de la terre. Mais cela a représenté à mes yeux un aperçu des possibilités immenses de la prière. Il est certain qu’en étendant la portée de nos pensées et de nos actions là même où nous sommes, la Science Chrétienne nous donne un outil efficace pour soutenir ceux qui, aujourd’hui, sont en quête de liberté. Où que nous soyons, nous avons la capacité de soutenir activement les efforts accomplis pour que les droits de l’homme deviennent enfin une réalité pour tous.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / janvier 2014

La mission du Héraut

La lecture du Héraut garde [la] pensée en harmonie avec le Principe divin qui gouverne l’univers entier - Dieu. Cette préparation spirituelle [...] permet de faire face aux hebdomadaires et aux journaux télévisés en affirmant la bonne nouvelle de la présence de Dieu, toujours là pour secourir et protéger. Le Héraut se compose d’articles et de témoignages écrits par des personnes qui mettent en application ce que leur apprend la Science Chrétienne, et qui ont prouvé que ses enseignements apportent la guérison et le réconfort.

– Heloísa G. Rivas, Le Héraut de la Science Chrétienne, janvier 1998

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.