Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

Une lueur du pouvoir protecteur de Dieu

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne d’mars 2017

Publié à l’origine en anglais dans le Christian Science Sentinel du 12 décembre 2016


J’ai été guérie instantanément un week-end, il y a environ deux ans quand je vivais en France. Un dimanche matin, je me suis réveillée aux aurores pour aller jouer un match avec l’équipe de football dont je faisais partie depuis plusieurs mois. J’étais en bons termes avec mes coéquipières, mais nous ne faisions vraiment que nous sourire et nous saluer parce que nous ne parlions pas la même langue.

Jusqu’à présent, j’avais simplement participé aux entraînements, mais les membres de l’équipe m’avaient demandé si je souhaiterais jouer leur dernier match. J’avais accepté avec enthousiasme. La première partie du match s’est bien passée. J’ai joué au poste d’attaquante où j’ai dû beaucoup me dépenser. A la mi-temps, assise dans les vestiaires en compagnie de mes coéquipières, je me suis soudain sentie très mal. Mon estomac et ma gorge me faisaient souffrir, et j’ai cru que j’allais vomir. 

J’étais entourée de gens avec lesquels je ne pouvais pas communiquer par la parole. Je n’avais pas la possibilité d’appeler une amie ou un membre de ma famille. Je n’avais avec moi ni ma Bible ni mon Science et Santé avec la Clef des Ecritures de Mary Baker Eddy, le livre d’étude de la Science Chrétienne. Si mes coéquipières considéraient que j’étais malade, je craignais d’être alors dans l’incapacité de prier pour moi-même, au milieu de tant d’inconnus. Je me sentais seule et prise au piège. Je ne savais pas quoi faire. 

C’est alors que j’ai fermé les yeux et que j’ai demandé à Dieu de guider mes pensées qui se sont immédiatement orientées vers le sujet de la Leçon biblique de la semaine, qu’on trouve dans le Livret trimestriel de la Science Chrétienne, « Dieu, le conservateur de l’homme ». J’ai laissé ces mots résonner en moi. J’y  ai pensé posément, en me rappelant que Dieu préserve mon être, et que rien d’autre n’en est capable. L’eau ne me conserve pas, ni la nourriture ni les muscles ne me conservent. Mary Baker Eddy, qui a découvert la Science Chrétienne, écrit : « C’est bien Dieu, l’Esprit, qui préserve la vie de l’homme. » (Science Chrétienne contre panthéisme, p. 4)

Je connaissais l’histoire de Joseph, qu’on trouve dans la Bible, et qui était dans la Leçon cette semaine-là. J’ai pensé à ce que Joseph avait pu ressentir lorsque ses demi-frères l’avaient jeté dans la citerne, avaient comploté de le tuer puis avaient fini par le vendre comme esclave. Ils se sont sans doute dit que Joseph, sans nourriture, sans argent, sans vêtements, était complètement désemparé. Or, alors même que Joseph avait été dépouillé de sa tunique de plusieurs couleurs et qu’il n’avait ni à manger ni à boire, « l’Éternel fut avec lui » (Genèse 39:2). Joseph avait dû entrapercevoir ce fait. Il a eu la vie sauve et a été emmené en Egypte, où il a accompli plus tard de grandes choses, notamment en sauvant de la faim ses frères et beaucoup d’autres personnes lors d’une famine. 

L’histoire de Joseph m’a beaucoup touchée. Je me suis rendu compte que même dans des vestiaires, dans un autre pays, entourée de gens qui ne pensaient ni n’agissaient comme moi, je n’étais ni seule ni désemparée, mais que Dieu, mon Père, m’avait préservée. Comme Joseph, j’avais simplement eu besoin d’apercevoir une lueur de la Vérité, de savoir que ce ne sont ni l’eau, ni la nourriture, ni les muscles qui me conservent en bonne santé, mais Dieu.

Le malaise s’est dissipé immédiatement, en moins d’un instant. Je me suis sentie toute légère et mon corps fonctionnait parfaitement bien. J’étais consciente de la présence et du pouvoir divins là où je me trouvais. J’ai dit à une coéquipière que je me sentais super bien et j’ai bondi avec elle vers le terrain. La deuxième mi-temps s’est bien passée et je n’ai eu aucun problème de santé. J’étais complètement guérie ! 

J’aime cette phrase de Mary Baker Eddy dans Science et Santé : « Devenez conscient un seul moment du fait que la Vie et l’intelligence sont purement spirituelles, qu’elles ne sont ni dans la matière ni matérielles, et alors le corps ne fera entendre aucune plainte. » (p. 14)

Quelle promesse magnifique ! Il est certain qu’un seul moment de clarté spirituelle concernant le pouvoir de protection de Dieu apporte la guérison. 

Kelly Byquist, Newton, Massachusetts

Publié à l’origine en anglais dans le Christian Science Sentinel du 12 décembre 2016

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / mars 2017

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.