Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

Une seule Langue

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne d’août 1948


Le livre de la Genèse (chapitre 11), dans son récit concernant la tour de Babel, déclare que tous les habitants de la terre parlaient la même langue jusqu'à l'époque où ils voulurent construire un monument dont le sommet atteigne les cieux. Alors les choses se gâtèrent, la confusion entra dans le langage et les hommes n'arrivèrent plus à se comprendre. Ils se dispersèrent bientôt et ne purent achever la tour.

En d'autres termes, quand les hommes comptèrent sur leurs propres aptitudes pour atteindre « les cieux, » quand ils se détournèrent du Dieu unique, la confusion en résulta — ce qui arrive toujours lorsqu'on accepte « plusieurs dieux et plusieurs seigneurs » (I Cor. 8:5). Paul affirme cette vérité: « Nous avons un seul Dieu, le Père, de qui procèdent toutes choses, et nous sommes par lui. »

Dans le Glossaire de Science et Santé avec la Clef des Écritures, le livre de texte Scientiste Chrétien, Mary Baker Eddy nous donne une définition de « Babel » où elle dit entre autres (p. 581): « L'erreur se détruisant elle-même; un royaume divisé contre lui-même qui ne peut subsister. » Elle explique ensuite que tout ce qu'on édifie sur la base des cinq sens physiques entraîne la confusion et doit s'effondrer. Dans ses ouvrages, notre Leader fait voir que le témoignage des sens corporels ou de l'entendement mortel est instable, produit le désarroi; d'autre part le sens spirituel rend toujours témoignage à l'Entendement immortel; il est donc harmonieux.

Lorsque Mrs. Eddy eut découvert cette religion vivante, elle dut faire face au même obstacle que Jésus: il lui fallait mettre le vin nouveau des instructions spirituelles dans les vieilles outres d'un langage inadéquat. Dans les deux cas, la nouvelle langue de l'Esprit devait se faire connaître par les signes « qui l'accompagnaient. » Ce fut par ses œuvres que Jésus prouva ses paroles; et Mrs. Eddy, rendant à l'humanité la compréhension spirituelle des préceptes et des œuvres du Maître, démontra en guérissant la maladie, le péché et les discords de tous genres, la vérité de ce qu'elle enseignait.

Mrs. Eddy déclare (Science et Santé, pp. 209, 210): « Le sens spirituel est la faculté consciente et constante de comprendre Dieu. Il montre la supériorité de la foi par les œuvres sur la foi exprimée par des paroles. Ses idées ne sont exprimées qu'en “langues nouvelles;” et celles-ci sont interprétées par la traduction de l'original spirituel dans le langage que la pensée humaine peut comprendre. » La tendresse, le ministère de la guérison, une charitable compréhension des besoins de nos frères, l'aide donnée avec dévouement — voilà le langage universel de l'amour qui reflète l'Amour, le Père-Mère Dieu. La politesse, les égards, l'honnêteté indiquent un esprit qui reflète l'Esprit, le Dieu toujours présent; l'activité exprime la Vie; l'intégrité, l'honneur, la bonne foi proclament la Vérité; la justice et la loi dénotent le Principe; l'intelligence, la prévenance, le désir de rendre service, le bonheur expriment l'Entendement qui sait tout, qui est omniprésent, dont le pouvoir est sans bornes.

Ce langage-là est compris universellement. Dans un pays dont elle ne connaissait pas l'idiome, une Scientiste Chrétienne put maintes fois prouver que la nouvelle langue de l'Esprit, trouvant son expression dans la bienveillance, répondait à tout ce dont elle-même avait besoin.

En 1945, une grande université américaine avait établi un séminaire de langues modernes où des étrangers étudiaient l'anglais, tandis que divers professeurs européens ou asiatiques enseignaient leurs idiomes respectifs aux jeunes Américains; il fut prouvé que le langage de l'amitié peut unir dans l'harmonie des personnes se rattachant à des races différentes — que les représentants de nombreuses nationalités, venus des cinq continents, peuvent en commun travailler, chanter, faire du sport comme de bons camarades, sans que la langue y mette obstacle.

Tôt ou tard cependant, tous les humains devront apprendre que la langue des sens doit céder au langage original de l'Entendement, dont la signification spirituelle réunit tous les hommes en une grande fraternité. Les Scientistes Chrétiens ont lieu de prier pour que la langue de la compréhension spirituelle s'avère présente, guidant et soutenant les hommes d'Etat qui préparent les traités de paix. Alors se fera sentir dans toutes les langues l'esprit de fraternité et de liberté.

En outre, les Scientistes Chrétiens doivent veiller à ce que leur vie journalière et leur conversation expriment le langage de l'Amour. Une vieille maxime dit: « Les actions parlent plus fort que les mots; » cela nous engage à parler au monde sous le signe de la véracité, des efforts constructifs persévérants, de la compréhension tolérante, de la loyauté, de l'amour universel. Comme Scientistes Chrétiens, nous nous sommes enrôlés pour faire diminuer le mal. Nous avons reçu l'ordre de reconnaître un seul Dieu et de démontrer constamment que l'homme est un avec Lui; ainsi disparaîtra la confusion qui prit naissance à la tour de Babel, et le seul langage de l'Esprit, l'universelle Parole de Dieu, se révélera au genre humain.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / août 1948

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.