Skip to main content

Trouver la Science Chrétienne... et la guérison

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de septembre 2019


Mes années d’enfance ont été marquées par la tristesse. Ma mère, qui était la dernière des cinq épouses de mon père, avait quatre enfants. Elle est morte quand j’avais six ans, et notre père est mort quand j’avais douze ans. Ce sont mes demi-frères et sœurs qui ont pris soin de moi. Ce n’était pas facile, car quand j’étais à l’école primaire, j’ai été atteint d’une étrange maladie qui m’a paralysé tout le côté gauche du corps. A l’hôpital, les médecins n’ont rien pu faire pour moi. Et chez moi, les guérisseurs et les herboristes n’ont rien pu faire non plus. Il ne me restait plus qu’à pleurer et à chanter à la gloire de Dieu, à qui je demandais, dans mes prières, de venir à mon secours.

Quelques années plus tard, je me suis tournée vers une église qui croit qu’on peut se relier à Dieu à travers des visions et des rêves, et qu’on est guéri grâce aux prières des prophètes de l’église. J’ai guéri de la paralysie – j’ai pensé que c’était un miracle ! – et je suis donc restée attachée à cette église. Je consacrais mon temps à la lecture de la Bible.

J’ai dû également faire face à un autre problème : je n’avais pratiquement plus de règles. Pendant plusieurs années, je ne les ai eues qu’une fois par an. La rumeur disait qu’aucun homme ne m’épouserait car il était peu probable que j’aie des enfants. Là encore, ni les médecins de l’hôpital, ni les herboristes n’ont pu me guérir. Après m’avoir examinée, un médecin en chef m’a annoncé que je n’aurais jamais d’enfant. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps et puis j’ai fini par me résigner à mon sort.

Un prophète de mon église a essayé de me guérir et m’a demandé de prier et de jeûner avec sept paquets de bougies. Selon ses instructions, je devais aller à l’église une fois par jour pendant sept jours consécutifs, chaque mois, et ce sept mois par an, pendant sept ans. A l’église, je m’agenouillais et allumais sept bougies, et il priait pour moi.

Mais au bout de sept ans, je n’étais toujours pas guérie. Néanmoins, j’ai continué d’être active dans cette église, aidant certains à prier, lisant la Bible à d’autres.

Un jour, un membre de la même confession, en visite dans notre communauté, m’a dit qu’il appréciait mon dévouement à l’église. Au cours de notre conversation, je lui ai raconté ma vie. Cet homme m’a dit que je ne devais pas avoir peur, et il m’a assuré avec force que Dieu me guérirait. Il m’a redonné espoir. Il m’a dit que Dieu est le seul Créateur, et qu’Il n’envoie ni maladie ni aucun mal à personne. Le mal et la maladie ne proviennent pas de Dieu, le bien, et n’ont ni réalité ni pouvoir. Dieu est l’Amour divin, m’a-t-il dit, et Il ne nous donne que de bonnes choses, car Son amour pour nous est inébranlable.

J’ai appris par la suite que cet homme lisait le livre Science et Santé avec la Clef des Ecritures de Mary Baker Eddy, qu’un ami, à Lagos, lui avait donné. A l’époque, Science et Santé n’était pas traduit en igbo, ma langue maternelle, mais cet homme connaissait assez bien l’anglais pour lire ce livre et nous faire part de ses enseignements. Durant nos séances d’étude biblique, il nous expliquait en profondeur les histoires de la Bible et ce qu’il apprenait dans Science et Santé au sujet de Dieu, l’Amour toujours présent. C’était un penseur spirituel, qui avait une bonne nature et était très aimant. Ses explications m’ont convaincue, ainsi que plusieurs membres de mon église, que le pouvoir de Dieu guérit. Il a expliqué que cette guérison n’est pas miraculeuse, mais qu’elle est l’effet de la loi divine de l’Amour, et que c’est cette loi spirituelle, et non une loi matérielle, qui nous gouverne. Grâce aux prières de cet homme, j’ai été complètement guérie, et mes règles sont revenues tous les mois.

Ceux d’entre nous qui, dans l’église, étaient attirés par les enseignements de la Science Chrétienne ont été excommuniés, y compris l’homme qui nous avait fait connaître la Science Chrétienne. Il a alors constitué un groupe avec nous, car nous voulions à présent étudier la Science Chrétienne. En 1998, nous sommes devenus une société de la Science Chrétienne.

Quant à moi, je me suis mariée et j’ai eu cinq enfants. L’aîné a maintenant une vingtaine d’années. Depuis que j’ai rencontré la Science Chrétienne, j’ai eu de nombreuses autres guérisons et j’ai récemment suivi le Cours primaire de Science Chrétienne.

Après avoir été Deuxième Lectrice dans ma société de la Science Chrétienne, j’ai repris des études pour étudier l’anglais, afin de pouvoir lire Science et Santé dans sa langue originale. Aujourd’hui, je figure dans le répertoire du Christian Science Journal en tant que praticienne de la Science Chrétienne, et j’aide les autres par la prière comme j’ai moi-même été aidée.

C’est une joie d’étudier la Science Chrétienne, que Mary Baker Eddy a découverte. Je lui suis profondément reconnaissante, ainsi qu’à Dieu, qui est un refuge et « un secours qui ne manque jamais dans la détresse », c’est-à-dire en temps de maladie, de privation, de moquerie et de persécution.

Je suis tellement, tellement heureuse de pouvoir donner ce témoignage.

Gertrude Ejimadu
Owerri, Nigeria

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / septembre 2019

La mission du Héraut

J’ai découvert que lire le *Héraut* est un merveilleux moyen de garder la pensée élevée. Il montre que des gens, partout dans le monde, sont inspirés par les idées de *Science et Santé* et les mettent en pratique. Et il en résulte qu’ils sont en meilleure santé et mènent une vie plus harmonieuse.

Les témoignages de guérison dans le magazine m’ont tout particulièrement rassurée en me montrant que la guérison spirituelle a bien lieu aujourd’hui, et que tout le monde est capable de guérir et d’être guéri par la prière ; ce n’est pas un privilège réservé à quelques-uns.

– Ivonne Gil Rivas, Le Héraut de la Science Chrétienne, octobre 2018 

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.