Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

« Recouvre la vue »

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne d’août 1941


Les quatre Évangiles relatent plusieurs guérisons de la cécité accomplies par le Christ Jésus. Ces récits ont sans doute apporté quelque espoir, quelque consolation à bien des affligés; toutefois, avant que Mrs. Eddy eût découvert la Science Chrétienne, puis établi ses multiples branches d'activité, ils étaient rares ceux qui croyaient — et plus rares encore ceux qui prouvaient — que ces guérisons et d'autres analogues sont actuellement possibles.

Dans chacune de ces guérisons, Jésus demanda chez le patient une preuve d'activité. Bartimée, « jetant son manteau,... s'élança et vint vers Jésus. » A un autre aveugle, Jésus dit: « Va, lave-toi au réservoir de Siloé; » et dans un troisième cas, deux hommes atteints de cécité suivirent le Maître jusque dans la maison. A ces derniers, il posa encore une question pour s'assurer de leur foi et de leur réceptivité: « Croyez-vous que je puisse faire ce que vous désirez? » Lorsqu'ils eurent reconnu que le Christ a le pouvoir de guérir, « il leur toucha les yeux, en disant: “Qu'il vous soit fait selon votre foi!” Et leurs yeux furent ouverts. »

Étudiées à la lumière de la Science Chrétienne, ces guérisons nous montrent que Jésus ne rendit pas seulement aux aveugles le sens de la vue physique: il leur ouvrit les yeux pour qu'ils vissent spirituellement le Christ guérisseur, car la guérison ne peut venir que par la régénération spirituelle. Aujourd'hui encore, si nous voulons guérir ou être guéris, il faut nous élever plus haut que la matérialité — jeter loin de nous les entraves, c'est-à-dire les croyances à la vieillesse, au temps, à la mortalité, à l'imperfection — laver la boue que constitue la notion d'un pouvoir en dehors de Dieu. Bref, nous devons suivre le Christ, la Vérité, comme l'a nettement fait voir Mrs. Eddy.

Parmi ces guérisons, celle de l'aveugle Bartimée attira spécialement l'attention d'un scrutateur. Luc rapporte que Jésus lui ayant demandé ce qu'il désirait, Bartimée déclara: « Seigneur, que je recouvre la vue; » sur quoi Jésus répondit: « Recouvre la vue; ta foi t'a guéri! » Ces paroles de Jésus ne sont-elles pas en quelque sorte un ordre? A tous ceux d'entre nous qui invoquent le nom du Christ en Science Chrétienne, ne commandent-elles pas de revendiquer la perfection qui est notre droit de naissance? Le Maître dit à ses disciples: « Si vous m'aimez, vous garderez mes commandements; » donc si nous l'aimons, si nous sommes reconnaissants de son exemple et de son ministère plein d'amour, nous ferons de sérieux efforts pour obéir à tous ses commandements.

« Si ton œil est sain, tout ton corps sera dans la lumière; mais si ton œil est malade, tout ton corps sera dans les ténèbres. » Le discernement spirituel qu'apportent l'étude et l'application sincères de la Science Chrétienne nous permet de voir toutes choses à la lumière de la Vérité; alors nous discernons le réel d'avec l'irréel, le vrai d'avec le faux, et nous séparons le bien d'avec le mal. Dans cette lumière éternelle, les ténèbres ne peuvent entrer.

N'ayant plus de foyer, Agar, la servante, semblait abandonnée, seule au désert où elle allait mourir de soif; à vues humaines, tout soutien matériel faisait défaut pour elle ou pour son fils. Mais un puits était proche; et l'ange du Seigneur ayant appelé Agar, elle n'eut qu'à obéir, à lever les yeux pour voir ce puits où la mère et l'enfant se désaltérèrent. La Science Chrétienne et ses eaux curatives sont toujours présentes, accessibles aujourd'hui même à chacun de nous; mais nous devons nous lever, ouvrir notre pensée à la vision du bien tout-puissant, employer les instructions de la Science Chrétienne pour vaincre ce qui prétend aveugler, gêner, détruire.

Dieu dit à Abram: « Lève les yeux, et, du point où tu es placé, regarde...: tout le pays que tu aperçois, je te le donnerai. » Il faut que notre pensée et notre vision s'élèvent plus haut que les discords et l'irréalité matériels ou les apparents maux de la chair, pour arriver à l'harmonie et à la réalité spirituelles; et ceci doit se faire au point où nous nous trouvons. Quelle que soit, selon l'esprit mortel, notre condition présente, — péché, maladie, disette, inharmonie, cécité mentale ou physique, — nos pensées doivent s'élever vers Dieu, contempler la vérité de l'être. En effet, « tout le pays que tu aperçois, » tout le bien qu'embrasse notre vision spirituelle, la vie, la santé, le bonheur, l'abondance, l'amour que saisit notre compréhension de la Science Chrétienne — toutes ces choses sont à nous ici même, aujourd'hui, par la réflexion spirituelle. De plus, le don de Dieu est éternel, toujours présent, indestructible.

Dieu nous a donné la Science Chrétienne, révélée grâce à l'amour, aux labeurs, à la consécration de Mary Baker Eddy, qui en est la Découvreuse et la Fondatrice. Nous devons accepter cette Science et en faire usage. De même qu'on emploie la vue matérielle pour voir les objets dont on est entouré, il faut apprendre à se servir de la vision spirituelle que donne l'étude de la Science Chrétienne; il faut l'employer pour détruire toutes les erreurs qui se présentent, pour mettre en lumière l'immortalité, l'exclusive réalité du bien, pour guérir, rendre heureux, bénir, pour faire connaître à tous les vérités révélées concernant Dieu et l'homme.

Aujourd'hui la Science Chrétienne rend la vue à ceux qui étaient frappés d'aveuglement; elle leur fait voir la santé, le bonheur, l'harmonie, là où le sens matériel percevait les défauts contraires; elle leur fait comprendre le néant, l'impuissance du péché, des maux, de la pénurie. A qui l'accepte, elle apprend la vérité concernant Dieu et l'homme; elle montre les effets régénérateurs et curatifs de cette vérité que Jésus le Christ enseigna et mit en pratique. Son étude nous réveille, corrige la croyance au pouvoir du mal ou d'une force autre que Dieu; elle nous fait comprendre le vrai héritage de l'homme qui est l'enfant parfait de Dieu — Son image et Sa ressemblance, comme le déclare la Bible. A l'exemple de Jésus, la Science Chrétienne guérit les malades. Ce que le Maître a fait, nous pouvons et tôt ou tard nous devons le faire; mieux notre conscience reflète l'Entendement qui gouvernait Jésus, plus nos œuvres se rapprocheront de ses œuvres parfaites.

En Science Chrétienne nous apprenons que la prétendue matière est l'expression de l'entendement mortel, qui ne possède aucune réalité; d'autre part, l'univers spirituel ou réel se compose d'idées dont la source est Dieu, l'Entendement divin. A la page 264 du livre de texte de la Science Chrétienne, Science et Santé avec la Clef des Écritures, Mrs. Eddy écrit: « Les mortels doivent porter leurs regards au delà des formes finies et évanescentes, s'ils veulent trouver le vrai sens des choses. Où les regards s'attacheront-ils, sinon au « royaume insondable de l'Entendement? » Comment atteindrons-nous à la perfection si nos regards se fixent sur un univers matériel sans réalité? En revanche, si nos regards et nos pensées se détournent des « formes finies et évanescentes » pour s'attacher au « royaume insondable de l'Entendement, » n'obtiendrons-nous pas d'une manière permanente la vision véritable?

Mrs. Eddy déclare, à la page 486 du livre de texte: « La vue, l'ouïe, tous les sens spirituels de l'homme, sont éternels. On ne peut les perdre. Leur réalité et leur immortalité sont dans l'Esprit et dans la compréhension, non dans la matière, — d'où leur permanence. » A la page suivante, elle écrit: « Il y a plus de christianisme à voir et à entendre spirituellement que matériellement. Il y a plus de Science dans l'exercice perpétuel des facultés de l'Entendement que dans la perte de ces facultés. Elles ne peuvent se perdre, tant que subsiste l'Entendement. La compréhension de ceci donna la vue aux aveugles et l'ouïe aux sourds il y a des siècles, et répétera cette merveille. »

Telle personne qui souffre de troubles visuels dira peut-être: Se peut-il que cette vision ou compréhension des choses spirituelles guérisse ma vue physique et me permette de voir normalement les objets matériels qui m'entourent? A cette question, la Science Chrétienne donne une réponse claire et démontrable. Concevoir que la réalité et l'immortalité de la vue réelle « sont dans l'Esprit et dans la compréhension, non dans la matière, » entraîne la guérison et fait paraître l'harmonie. L'Esprit est Dieu, l'homme réel est Son image et Sa ressemblance. La Science Chrétienne enseigne et prouve que Dieu — l'Esprit et — l'univers spirituel sont réels, éternels.

Ainsi le discernement spirituel constitue la vision véritable. Les fonctions ou les facultés de l'Entendement qui est Dieu ne peuvent jamais se perdre, s'altérer, être en mauvais état. Ce que Dieu donne est éternel; or II donne tout ce qui est réel et bon. A chacun de nous, Il confère la capacité de voir et de suivre le Christ, et chacun doit employer ce pouvoir reçu de Dieu. Notre Leader nous assure que si l'on comprend la permanence et la perfection de toutes les « facultés de l'Entendement, » ceci guérira les croyances d'affaiblissement, d'imperfection, de perte, aujourd'hui tout aussi certainement qu'à l'époque où Jésus faisait ses œuvres admirables. Chacun de nous doit veiller à ce que les fausses pensées n'obscurcissent pas sa conscience; alors la lumière du Christ, de la Vérité, s'y reflétera constamment, et tout notre « corps sera dans la lumière. »

D'après le dictionnaire, « voir » signifie parfois «comprendre. » L'on pourrait donc admettre que ces paroles de Jésus: «Recouvre la vue » ont trait à la compréhension des vérités qu'il enseignait, vivait et pratiquait. La Science Chrétienne insiste beaucoup sur le fait que, selon la Bible, l'homme est créé à l'image et à la ressemblance de Dieu. Ainsi, connaître vraiment Dieu, c'est en même temps bien connaître l'homme. Nous savons que l'homme est aimant parce que Dieu est Amour; qu'il est vrai et parfait, car Dieu est Vérité, Principe; qu'il reflète pleinement tous les attributs de Dieu. Nous devons voir et comprendre que l'homme réel est spirituel, immortel, non pas matériel ou mortel; nous devons reconnaître en lui l'effet parfait de l'unique cause parfaite. Il ne saurait y avoir de séparation entre le Principe et l'idée, entre Dieu et l'homme réel. A mesure que nous comprenons et réalisons la vérité de l'être, — Dieu parfait et l'homme parfait, — nous pouvons nous guérir et en faire autant pour ceux qui s'adressent à nous; nous contribuons de la sorte à guérir les maux universels.

Soyons toujours prêts à voir, c'est-à-dire à comprendre, que le bien seul est réel, éternel, parce que toutes choses ont été créées par Dieu. « Et Dieu vit tout ce qu'il avait fait, et voici, c'était très-bon. » « Dieu vit »! La manière dont Dieu voit est aussi celle dont voit l'homme, image ou idée divine. Soyons prompts à voir — à comprendre — la nature de l'erreur, son irréalité, son impuissance, son néant; sachons que sous n'importe quel masque ou quel nom, bien qu'elle semble agir en vertu d'une loi, c'est toujours le même mensonge: rien prétendant être quelque chose, exercer un pouvoir sur l'homme.

« Recouvre la vue, » la vision de la réalité parfaite révélée en Science Chrétienne. « Lève les yeux » pour voir la terre promise, le bien qui est maintenant et toujours l'apanage de tous les hommes. Peut-il y avoir un commandement plus tendre, une promesse plus grande, une réalisation plus certaine?

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / août 1941

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.