Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer
Articles originaux web

Dieu avec nous tous !

Du Héraut de la Science Chrétienne. Publié en ligne - 7 mars 2022


Il est vraiment important de prier au sujet des graves problèmes du monde, y compris la guerre.

Une histoire poignante qui raconte la fin de la guerre entre deux nations est riche d’enseignements pour notre époque. Dans cette histoire de la Bible, tirée du Second livre des Rois, il est relaté que tous – à la fois les oppresseurs et les opprimés – étaient entourés par les « chevaux et les chars de feu » de Dieu (voir 6:8-23). Cette révélation spirituelle, communiquée par le prophète Elisée, était l’assurance que tous seraient sauvés, car il avait déjà vu auparavant ce même processus apporter la délivrance (voir II Rois 2:12).

Dans le Nouveau Testament, nul autre que Christ Jésus n’a su mieux démontrer comment être délivré grâce à la compréhension du fait que la vie est en Dieu et émane de Dieu. Sa compréhension systématique de la réalité de tout être en Dieu avait pour corollaire le fait que tout ce qui est dissemblable à la bonté infinie de Dieu n’a pas la réalité à laquelle il prétend. Jésus a démontré le gouvernement de Dieu dans les circonstances les plus graves, dissipant toute idée selon laquelle une situation quelconque pourrait arrêter la suprématie de Dieu, l’Amour divin. Sa compréhension de Dieu détruisait l’erreur, la croyance que l’Amour ne maitrisait pas la situation. Il voyait cette erreur non pas comme une réalité, ni même comme une puissance moindre et provisoire, mais comme une illusion à laquelle on croit à tort.

Si le mal et la matière avaient eu la réalité qu’ils prétendaient avoir, Jésus n’aurait pas pu traverser en toute sécurité des foules cherchant à le tuer, ni nourrir et guérir des multitudes, ou encore ressusciter les morts, y compris lui-même.

D’innombrables personnes ont également prouvé ces concepts spirituels, modestement ou de manière plus impressionnante, y compris Mary Baker Eddy, qui a découvert la Science Chrétienne. Elle écrit : « Rien de ce qui est évident aux sens matériels ne peut m’empêcher de voir la preuve scientifique que Dieu, le bien, est suprême. » (Ecrits divers 1883-1896, p. 277)

La Science Chrétienne explique que la capacité de connaître Dieu émane de Dieu, et que cette connaissance constitue notre sens spirituel. Aucune représentation matérielle ne peut nous empêcher de percevoir ou de vivre ce que notre sens spirituel connait. Mais il est certain que l’image matérielle ne peut pas résister à la pensée spiritualisée.

Un mirage sur une route disparaît parce qu’il est une illusion, et n’a pas eu de réalité un seul instant. De même, la pensée qui passe de la crainte à l’inspiration sainte révèle que toute représentation matérielle n’a pas la substance qu’elle prétend avoir. Il est clair que la « dimension » d’un mirage est aussi irréelle que sa prétention à la réalité.

Cela est directement lié à la manière dont nous prions efficacement au sujet des graves problèmes du monde. Si nous n’affrontons pas, avec audace et sur le plan spirituel, le mesmérisme de la guerre, il pourrait réussir à nous tromper. Nous insistons donc pour que notre pensée ne soit pas envahie par le moindre sens d’impuissance, d’inutilité ou d’échec. Cette manière de combattre, qui consiste à détruire mentalement toute prétention qui ose s’opposer à la connaissance et à la totalité de Dieu, est le seul moyen de surmonter les conflits et les guerres. L’efficacité de cette façon de faire a déjà été prouvée. Ce dont nous avons besoin, alors, est d’utiliser ce moyen suprême pour sauver l’humanité.

Si les problèmes mondiaux auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui semblent considérables, cela ne doit pas nous empêcher de penser clairement, sans crainte et en partant d’un point de vue spirituel quand nous sommes face à eux. L’expérience d’un de mes jeunes amis en est la preuve. Il vit dans un pays qui a été envahi par un état voisin il y a quelques années. Il y a eu des moments où, pendant des semaines, la période de répit entre les bombardements ne dépassait pas trois ou quatre heures. Pendant la journée, mon ami lisait tous les livres qui lui tombaient sous la main afin de trouver un sens à la vie. La nuit, il passait son temps à réfléchir aux idées qu’il avait lues. Après des semaines à vivre ainsi, il a réussi un jour à m’envoyer un courriel dans lequel il écrivait : « Si vous avez la foi, pouvez-vous en même temps trembler de peur devant cette folie ? Je veux dire que je dois m’en remettre totalement à Dieu. Je n’ai pas la prétention d’en convaincre qui que ce soit. Mais grâce à cette pensée j’ai commencé à pouvoir vivre. »

La destruction tout autour de mon ami était si intense que le sens matériel et mortel de la vie a commencé à perdre son sens. Comme c’est toujours le cas, plus un conflit semble s’amplifier, plus il commence à perdre de sa légitimité au lieu de devenir réel. Au sein même de toute cette destruction, mon ami a ressenti un sens irrépressible de vie ; il savait que ce qu’il sentait ne pouvait venir que de Dieu.

Lorsqu’un cessez-le-feu a finalement été annoncé, mon ami s’est rendu dès le lendemain à la bibliothèque publique, où il travaillait, pour aider à nettoyer les dégâts. En moins d’une heure, les gens sont venus non seulement pour aider, mais aussi pour emprunter des livres !

A travers tous les âges, les peuples ont fait l’expérience de la certitude que rien ne pouvait les séparer de Dieu, de l’Amour, de la Vie. Et parce qu’ils ne pouvaient pas être privés de la présence de Dieu, ils ont commencé à accepter l’incapacité du mal à contrôler leurs vies. Dans le même ordre d’idées, lors d’une réunion de témoignage du mercredi soir (organisée chaque semaine par les églises de la Science Chrétienne en présentiel et parfois en ligne), j’ai récemment entendu le témoignage d’un homme dont la conviction de la réalité de Dieu a grandi au lieu de diminuer, pendant toute la période où il était en poste dans une zone de guerre.

Dans mes contacts avec des amis vivant dans des régions en guerre, maintes fois j’ai été détournée du désespoir pour me concentrer sur la certitude que Dieu gouverne tout. Je ne pouvais pas faire autrement. C’était le Christ, le message céleste de vérité et d’amour, qui m’assurait de la présence et de la puissance de l’Amour. Il n’est pas surprenant que plus tard ces amis m’aient raconté qu’ils avaient reçu des provisions inespérées, qu’ils s’étaient sentis en sécurité, qu’ils avaient eu de nouvelles opportunités, et même avaient vécu des moments de joie.

Il est réconfortant de savoir que nous sommes amenés à ressentir notre unité avec Dieu. Je dis que nous « sommes amenés », car ce n’est pas un acte volontaire, c’est l’omniprésence de la puissance salvatrice de l’Amour qui nous élève. Tout comme les prophètes dans la Bible, nous pouvons être conscients de la délivrance que Dieu apporte à tous. Dieu est le même ici et maintenant, où que nous soyons, quoi que nous ayons à affronter. Le seul Dieu qui existe, c’est Dieu avec nous tous !

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

Plus d’articles web

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.