Skip to main content
Articles originaux web

Guérison d’une douleur intense

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de janvier 2018

Paru d'abord sur notre site le 27 novembre 2017.


Un jour, j’ai ressenti une douleur aiguë, et je n’arrivais pas à trouver un soulagement. Je n’ai pas été élevé dans la Science Chrétienne. Avant de connaître cette religion, je priais très souvent Dieu pour Le supplier de m’aider. J’ai eu conscience de revenir à cette forme de prière, ne sachant pas comment me débarrasser de la douleur. Je disais : « Mon Dieu, soulage-moi de cette douleur. Dis-moi ce que je dois faire, ce que j’ai fait de mal. Je T’en supplie, aide-moi ! »

Ma femme est praticienne de la Science Chrétienne. Elle ignorait que j’avais un problème, et m’a appelé à mon travail pour me proposer de faire une promenade avec elle. Comme j’étais incapable de me concentrer sur mon travail, je me suis dit : « Pourquoi pas ? Cela ne sera pas très agréable ni facile, mais cela me fera peut-être oublier cette gêne. »

Nous nous promenions depuis dix minutes, quand ma femme s’est rendu compte que j’avais un problème, car j’ai dû pousser des gémissements : « Comme tu le sais, on ne prie pas pour arranger quelque chose, m’a-t-elle rappelé. Ce serait admettre que tu es fait de matière et essayer de réparer cette matière. Mais tu es vraiment spirituel, et tu pries pour voir ce qui est déjà là : ta perfection en tant qu’image de Dieu, laquelle n’a jamais été touchée ni altérée ! »

A cet instant, tout a semblé s’apaiser, et j’ai pensé aussitôt à un verset de la Bible (Genèse 3:11) dans lequel Dieu demande : « Qui t’a appris… » Cela m’a rappelé une époque où j’étais plus jeune, quand le médecin et mes parents m’avaient dit que le problème dont je souffrais alors était dû à une certaine activité. Ils m’avaient montré des radios comme preuve de la réalité de cet état physique. Le problème auquel je faisais face à présent me renvoyait à cet ancien diagnostic, bien qu’il n’ait jamais réapparu jusqu’à ce jour. Cette fois, cela m’a obligé à voir clairement que, d’un point de vue spirituel, ce que m’avaient dit le médecin et mes parents n’était pas plus vrai à l’époque qu’aujourd’hui.

Je me suis alors entendu dire : « Qui « leur » avait appris que j’avais ce prétendu problème ? » Ce à quoi j’ai aussitôt répondu : « Ce n’est pas Dieu, donc je sais que cela n’est pas vrai ! L’enfant de Dieu est parfait, il n’est pas touché par le mal. » Comme on lit dans la Genèse : « Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon. » (1:31)

L’inspiration ne s’est pas arrêtée là. Me sont ensuite revenues à l’esprit des idées énoncées ici et là dans Science et Santé avec la Clef des Ecritures de Mary Baker Eddy. Notamment dans ce paragraphe : « Lorsque l’illusion de la maladie ou du péché vous tente, attachez-vous fermement à Dieu et à Son idée. Que rien hormis Sa ressemblance ne demeure dans votre pensée. Que ni la crainte ni le doute n’obscurcissent votre sens lumineux et votre calme confiance que la récognition de la vie harmonieuse – comme l’est éternellement la Vie – peut détruire tout sens douloureux de ce qui n’est pas la Vie ou toute croyance en ce qu’elle n’est pas. Que la Science Chrétienne, au lieu du sens corporel, soutienne votre compréhension de l’être, et cette compréhension substituera la Vérité à l’erreur, remplacera la mortalité par l’immortalité, et réduira au silence la discordance par l’harmonie. » (p. 495)

On lit dans un autre passage de Science et Santé : « Gardez la porte de la pensée. N’admettez que les conclusions dont vous voudriez voir les effets se réaliser sur le corps, et vous vous gouvernerez harmonieusement. » (p. 392)

Tout cela m’est venu à l’esprit à la vitesse de la lumière – instantanément ! Comme je l’ai dit précédemment, tout s’était apparemment calmé depuis un moment, mais mon attention s’est de nouveau portée sur ma femme, car elle n’avait cessé de parler. Alors qu’elle se mettait à me faire part d’autres vérités spirituelles, je lui ai dit : « Ça ira, ma chérie. Tout est rentré dans l’ordre. Je te remercie. » En quelques secondes la douleur était partie, pour ne jamais revenir. Et pourquoi serait-elle revenue puisque, de toute façon, elle n’avait jamais été vraie ? Nous avons continué notre promenade pendant près de cinq kilomètres, en appréciant les belles couleurs de l’automne.

Cette guérison a été pour moi un merveilleux réveil ; l’occasion de me rappeler que la prière en Science Chrétienne ne consiste pas à réparer ou à modifier un état de la matière, puisque Dieu nous a créés et nous maintient en tant que Son image et Sa ressemblance spirituelles et parfaites. Il s’agit de s’éveiller à cette vérité. Le prétendu problème auquel je faisais face s’appuyait sur le témoignage visuel, la douleur physique et un point de vue matériel erroné qui tentaient de me convaincre de sa véracité, et de me forcer à accepter la fausse croyance prétendant que Dieu voulait que je souffre. Je suis très heureux que Dieu m’ait dit ce qui était vrai à mon sujet et qu’Il ait rétabli les faits : il n’y a pas de pouvoir plus grand que Dieu. Il est entièrement bon, et Sa volonté à notre égard est bonne. Il a créé l’homme parfait. Il en a été, et il en sera, toujours ainsi.

Je suis très reconnaissant à ma femme de son soutien inspiré, ainsi qu’à tous les praticiens de la Science Chrétienne et, bien sûr, à la Science Chrétienne.

Roger Wichlacz
Des Moines, Iowa, Etats-Unis

Quand j’ai lu le témoignage de Roger, nous avons ri de bon cœur ! Cela m’a fait voir que je suis souvent tentée de parler plus qu’il n’est nécessaire, même si cela part d’une bonne intention. Je me suis rappelé un passage de Science et Santé qui m’est souvent utile dans ma pratique publique de la Science Chrétienne : « De même que le grand Exemplaire, le guérisseur devrait parler à la maladie comme quelqu’un ayant autorité sur elle, laissant l’Ame dominer le faux témoignage des sens corporels et affirmer ses droits sur la mortalité et la maladie. » (p. 395) En l’occurrence, l’Ame a bel et bien affirmé ses droits et dominé le faux témoignage !

Laura Wichlacz

Paru d'abord sur notre site le 27 novembre 2017.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / janvier 2018

La mission du Héraut

L'explication divinement inspirée que donne Mrs. Eddy de la mission du Héraut de la Science Chrétienne, créé en 1903, est devenue un symbole des activités du mouvement de la Science Chrétienne, qui englobent le monde entier. Ses paroles, gravées au frontispice de La Société d'Édition de la Science Chrétienne, sont les suivantes: « proclamer l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible ». Le Héraut est une manifestation tangible du souci qu'avait notre Leader de partager avec toute l'humanité la précieuse connaissance de la Science de la Vie. Elle avait conscience que le Consolateur était venu pour « la guérison des nations ».

—Alfred F. Schneider, Le Héraut de la Science Chrétienne, juillet 1978

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.