Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

L'étoile, splendeur éternelle de l'Amour

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de décembre 1992


Noël Approchait. Des étoiles de toutes sortes décoraient la ville; certaines, accrochées à de hauts immeubles, brillaient dans un impressionnant déploiement d'ampoules électriques. Je n'avais encore jamais vu autant d'étoiles de Noël ! Je ne pouvais m'empêcher d'admirer leur diversité ainsi que l'habileté et la créativité de ceux qui avaient préparé ces décorations. L'étoile symbolise, bien sûr, la lumière spirituelle qui annonce la venue du Christ, la Vérité, sur la terre.

J'aurais aimé ressentir une joie et une inspiration véritables en contemplant ces étoiles symboliques, mais ce n'était pas le cas. Je désirais en fait que l'humanité cesse d'être une idolâtre des temps modernes, et que la vraie lumière, la lumière qu'apporte la Science du Christ, soit reconnue et acceptée par tous, afin que la fête de Noël donne lieu à des pensées et à des actes de bonté, de paix, de joie spirituelle, sans excitation ni mercantilisme.

Malgré leurs flots de lumière électrique, ces étoiles me semblaient bien pâles; elles étaient incapables de dissiper les ténèbres du matérialisme avec lequel se bat le cœur humain. En elles-mêmes, ces lumières n'aident pas, il est vrai, à percevoir le sens véritable de la naissance céleste. Elles ne communiquent pas non plus l'humilité et la sagesse nécessaires pour reconnaître que le Christ, le Sauveur, vient démontrer le merveilleux amour de Dieu pour l'homme.

La Science Chrétienne enseigne que, de tout temps, le Christ, la Vérité, a révélé à la conscience humaine le royaume de Dieu, la suprématie de l'Esprit et la filialité divine de l'homme. Nous reconnaissons donc que l'homme est spirituel; il n'est pas soumis à la matière, mais à Dieu.

Je perçus l'étoile qui brille d'un éternel éclat divin lorsque je compris et acceptai la révélation de ce fait divin: l'homme est le fils de Dieu, doté de la faculté d'exprimer le bien et d'être heureux, puisqu'il est un avec le Père; il peut surmonter, par la Vérité, toute crainte, toute limite et toute fausse croyance.

Le véritable Noël ne consiste-t-il pas à reconnaître avec joie le Christ éternel, ce don sublime de Dieu à l'humanité, exprimé par la naissance virginale de Christ Jésus et par la vie pure qu'il a menée ?

N'est-ce pas accepter que Dieu est notre Père ? N'est-ce pas reconnaître que Son amour est toujours avec nous, comme il était avec Christ Jésus, et qu'il nous donne la paix, nous entoure de sa tendresse, éclaire nos pensées et nous protège ?

Ce n'est pas à nous d'amener l'amour de Dieu sur la terre. Dieu, l'Amour, nous a tant aimés qu'il « a envoyé son Fils unique dans le monde», ainsi que nous le dit la Bible dans la Première épître de Jean. Ce « Fils unique » est né sans aucun étalage de gloire humaine, mais des signes célestes annoncèrent sa venue: des anges, une étoile, une paix et une joie profondes.

Le récit biblique de l'adoration des mages nous montre la différence entre la pensée matérialiste du roi Hérode et la sagesse et la quête sincère des mages. Hérode craignait un nouveau roi humain. Les mages suivaient les signes qui allaient les conduire à l'endroit où était né le Messie attendu par le peuple hébreu. Ils furent inspirés et guidés par une lumière spirituelle, la lumière du bien qui vient de l'Entendement divin, symbolisée par une étoile. Dans l'Évangile selon Matthieu, nous lisons: « Et voici, l'étoile qu'ils avaient vue en Orient marchait devant eux jusqu'à ce qu'étant arrivée au-dessus du lieu où était le petit enfant, elle s'arrêta. Quand ils aperçurent l'étoile, ils furent saisis d'une très grande joie. »

La modestie de l'étable et la simplicité des personnes présentes ne les empêchèrent pas d'offrir leurs dons avec un grand respect. Ils savaient que l'enfant qu'ils avaient cherché serait roi, même s'ils ignoraient qu'ils contemplaient « le témoin », celui que Dieu, dans Son immense amour envers les hommes, avait choisi pour être le Messie.

Si, tout en les appréciant et les utilisant, on n'est pas transporté d'allégresse à la vue des symboles matériels de Noël, a-t-on perdu la joie profonde qui accompagne cet événement sublime: l'apparition du Christ, la Vérité ? Non, car nul ne peut perdre cette joie lorsqu'il conforme ses pensées aux enseignements de la Bible et de la Science Chrétienne. L'abandon du matérialisme et d'une conception trop humaine de Noël nous permet de nous concentrer sur le fait divin: la vraie signification de Noël nous emplit alors d'une gratitude et d'une joie immenses. Nous apprécions mieux cette occaion d'exprimer en abondance la beauté, la chaleur et l'amour. Et cette joie et cet amour spirituels ne vont-ils pas se manifester de façon à procurer le bonheur aux enfants comme aux adultes ?

Lorsque, dans son cœur, on accueille l' « enfant » et, dans sa pensée, l'éclat de l'étoile, la vraie lumière que la naissance de Jésus a apportée au monde, lumière qui ne peut s'obscurcir et dont le message ne peut s'oublier, on ne peut perdre la joie réelle, parce qu'on perçoit sans cesse la splendeur de l'amour.

Mary Baker Eddy parle de l'étoile de la nativité dans un article intitulé « Noël » que l'on trouve dans Écrits divers. Ses propos sont d'une singulière beauté: « L'étoile qui contemplait tendrement la crèche de notre Seigneur prête à cette heure sa lumière resplendissante: la lumière de la Vérité qui réconforte l'homme, le guide et le bénit tandis qu'il cherche à atteindre l'idée naissante de la perfection divine se levant sur l'imperfection humaine — lumière qui calme les craintes de l'homme, porte ses fardeaux, le conduit à la Vérité et à l'Amour qui tendrement l'affranchissent du péché, de la maladie et de la mort. »

Ces paroles de Mary Baker Eddy au sujet de l'étoile, la lumière de la Vérité qui calme craintes et angoisses, m'ont beaucoup apporté à plusieurs reprises. Une année, la veille de Noël, j'ai rendu visite à une amie dont le fils s'était suicidé quelques jours auparavant. A la tombée de la nuit, je me préparais à partir, quelque peu triste et déçue parce que rien de ce que je lui avais dit au sujet de l'amour de notre Père céleste et de l'immortalité de l'homme, Son idée, ne l'avait consolée. Elle m'a accompagnée jusqu'au jardin et, comme elle continuait de me parler de ce qui s'était passé et de son chagrin, nous nous sommes arrêtées. J'ai levé les yeux, comme pour demander à Dieu de m'inspirer des paroles susceptibles de calmer sa douleur. Entre les faîtes de deux grands arbres, j'ai aperçu une étoile qui brillait avec éclat, telle la Vérité lorsqu'elle illumine notre pensée. J'ai dit à mon amie: « Vois-tu cette étoile ? Aucun fléau terrestre ne peut ternir son éclat. Nous savons aussi que rien ne peut faire changer la bonté de Dieu et Son amour infini qui sont immuables. » Elle a souri pour la première fois et m'a embrassée, les yeux emplis non plus de larmes, mais de l'éclat de l'espoir et de la lumière de l'Amour.

L'étoile matérielle n'a pas le pouvoir de surmonter la souffrance et la crainte, dont nous ne pouvons triompher que par la conscience de la présence de Dieu, de Son pouvoir et de Son royaume, qui s'exprime dans ce qui est parfait, beau, pur, inattaquable et éternel. La souffrance et la crainte disparaissent lorsque nous reconnaissons que Dieu gouverne tout.

Nous ne trouvons pas la Vérité « ici-bas », dans ce qui est terrestre. Il nous faut rechercher la compréhension spirituelle. L'étoile solitaire qui paraît au ciel peut, dans un moment de besoin spirituel, nous sembler plus proche et plus brillante, et nous influencer comme si nous la voyions pour la première fois.

Nous nous réjouissons à la vue de ses rayons lumineux, qui nous rappellent que Dieu est le seul Entendement, et sa splendeur affirme que le Principe divin, Dieu, est immuable. La loi de Dieu est harmonie, le bien à jamais inaltérable et, si nous le percevons, nous perdrons tout sentiment erroné de crainte et de souffrance.

Tous les chrétiens fêtent la naissance de Jésus et aiment le message de Noël. Laissons l'étoile de Bethléem inspirer nos pensées et combler nos affections de cette paix qui engendre l'amour du prochain. Ainsi, la splendeur éternelle de l'Amour illuminera nos pensées et nous mettra la joie au cœur.

Tu m'as fait connaître les sentiers de la vie,
tu me rempliras de joie par ta présence.

Actes 2:28

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / décembre 1992

La mission du Héraut

La lecture du Héraut garde [la] pensée en harmonie avec le Principe divin qui gouverne l’univers entier - Dieu. Cette préparation spirituelle [...] permet de faire face aux hebdomadaires et aux journaux télévisés en affirmant la bonne nouvelle de la présence de Dieu, toujours là pour secourir et protéger. Le Héraut se compose d’articles et de témoignages écrits par des personnes qui mettent en application ce que leur apprend la Science Chrétienne, et qui ont prouvé que ses enseignements apportent la guérison et le réconfort.

– Heloísa G. Rivas, Le Héraut de la Science Chrétienne, janvier 1998

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.