Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

Discernement et Démonstration

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de mai 1944


En Science, le discernement marche de pair avec la démonstration. Celui qui perçoit la vérité puis l'oublie ou n'essaie pas de la mettre en pratique, ne l'a pas réellement saisie. Nous ne prouvons dans notre vie que ce que nous comprenons. A la page 238 de The First Church of Christ, Scientist, and Miscellany, Mary Baker Eddy déclare: « Dieu est intelligible, connaissable, applicable à tout ce dont les hommes ont besoin. »

Parce qu'il leur tarde d'échapper à la maladie, au chagrin, aux innombrables craintes et aux limitations qui les assaillent, bien des mortels se tournent vers la Science Chrétienne, prêts à en accepter les bienfaits; mais tous ne voient pas que son Principe et sa règle nous offrent, outre le soulagement des maux humains, le discernement de l'existence spirituelle.

Le message angélique vint à Moïse par un buisson ardent, qui brûlait sans se consumer. Le législateur dont l'œuvre devait être si grande ne se contenta point d'écouter et d'accepter ce message. Il désira comprendre la force qui rendait inopérante la loi mortelle de destructibilité, savoir pourquoi le buisson ne se consumait pas. Quand Moïse se détourna pour regarder, il se trouva en présence de Dieu et put parler avec Lui. Dès cette époque, la carrière de Moïse fut caractérisée par le discernement et la démonstration.

Nous contentons-nous parfois du message angélique apportant la guérison, écartant le danger, annulant les limitations? Omettons-nous de nous détourner pour voir ce qui a produit ces résultats, abrogé la prétendue loi matérielle, entraîné des effets que la vue mortelle trouve extraordinaires? Dans ce cas, nous sommes au nombre des gens qui, sans chercher plus loin, acceptent des choses humainement inexplicables. Seuls ceux qui sont prêts à quitter la base humaine du raisonnement pour comprendre les phénomènes de Dieu, apprennent qu'ils n'ont plus besoin de s'assujettir aux prémisses et aux conclusions matérielles; que l'homme, idée de l'Esprit, est gouverné par les lois spirituelles. Alors, comme Moïse, ils se trouvent en présence de Dieu. Le « Je suis celui qui suis, » révélé à eux.

Sans aucun doute, les hommes ne démontrent que ce qu'ils discernent spirituellement. Nul ne devrait se contenter de voir l'ange de l'Éternel dans l'amélioration de la santé, l'atténuation des craintes; dans la tranquillisante assurance que l'Amour est Tout, que le mal est un faux semblant. Chacun doit comprendre la Science qui révèle la loi divine — l'éternité du réel, l'élimination de l'irréel; alors seulement il peut démontrer cette loi dans sa propre vie, pour le bien de tous.

Qu'on admette ou non le pouvoir de l'Esprit, renversant la théorie générale de l'existence humaine avec ses maux et ses déceptions, l'on reste sur le terrain de la croyance aussi longtemps qu'on n'examine pas ce qui contredit ces peines. Le sens de la Vie, son caractère divin, reste encore caché. Un phénomène comme celui du buisson ardent n'apporte pas de lumières tant qu'il demeure inexpliqué. A cet égard, il importe de comprendre que les seuls mystères sont ceux qu'impose l'ignorance. L'énigme provient de ce qu'on n'a pas saisi le néant de la loi mortelle et sa conséquence, la totalité de la loi spirituelle.

S'il a conscience d'être un avec l'Entendement et ses possibilités infinies, s'il discerne que l'Esprit étant Tout, la matière n'est que le phénomène de la croyance mortelle, le disciple n'a pas de peine à s'expliquer ce qu'on nomme les miracles. Il sait que là où est l'Esprit, — or pour le sens spirituel, l'Esprit est partout, — rien de réel ne se consumera, même en passant à vues humaines par le feu. Ce que Dieu gouverne ne peut jamais être en dehors de Son pouvoir préservateur.

Aujourd'hui comme à l'époque du Christ Jésus, certains accueillent d'abord avec joie le message angélique de la délivrance, mais refusent de se l'approprier par un travail sincère, intelligent; ils n'en appliquent pas les règles fondamentales, qui les éclaireraient toujours davantage et leur permettraient d'aider la Cause de la Science Chrétienne. Aussi leur œuvre est-elle bien incomplète! Moïse fut immédiatement capable d'obéir aux commandements divins, et put bientôt entreprendre de grandes tâches. Jésus chargea ses disciples d'une haute mission: ils devaient aller dans le monde et libérer ceux que le mal retenait captifs.

A la page 110 de Science et Santé avec la Clef des Écritures, Mrs. Eddy écrit, concernant son livre de texte, grâce auquel le genre humain peut aujourd'hui discerner et démontrer la Vérité: « Lors même que ce livre serait dénaturé par une critique superficielle ou par des disciples irréfléchis ou mal intentionnés, lors même que l'on mésuserait temporairement des idées qu'il contient et qu'on les présenterait sous un faux jour, la Science et la vérité de ce livre demeureront éternellement susceptibles d'être discernées et démontrées. »

Ainsi, avec une infaillible perspicacité, notre Leader prédisait la nature immuable, impérissable, indestructible, de ce qu'elle avait découvert puis prouvé dans la pratique — de ce qui doit guérir et délivrer les humains.

Seul le discernement intégral rend possible la plénitude de la démonstration. On parle quelquefois à la légère des démonstrations, comme si c'était l'obtention d'un objet dont on avait envie, la réussite d'un plan humain. Mais qu'elle soit due au travail d'un praticien pour son patient ou à la perception individuelle de la réalité, une démonstration véritable doit être spirituellement conçue et manifestée. Toutes choses sont possibles lorsque intervient le discernement. Les miracles se trouvent être non pas des prodiges, mais les phénomènes de Dieu. A la radieuse lumière de la Science divine, on discerne la fausseté totale des croyances matérielles, que les humains tantôt acceptent et tantôt rejettent; l'autorité, la maîtrise de l'Esprit ne se contestent plus, car le disciple reconnaît qu'elles sont incontestables; et la loi de Dieu, infaillible, éternelle, gouverne toutes les circonstances de la vie journalière, qu'elles soient minimes ou fort importantes.

Parmi ceux qui n'ont pas encore sondé les profondeurs de la Vérité, beaucoup en ont déjà senti les effets, l'ont vue à l'œuvre, ont su qu'un pouvoir supérieur agissait. Mais pour communier avec l'Esprit, pour apprendre quel est le vrai sens de la Vie, il faut, malgré la tension des labeurs humains, le tumulte et la confusion des arguments mortels, l'opiniâtre témoignage des phénomènes matériels, se détourner, comme le fit Moïse. Si l'on est prêt à suivre cet exemple, on reconnaît la présence de Dieu; l'on constate que toujours et partout, selon la loi divine, Il est « intelligible, connaissable, applicable. »

Aux Galates, Paul demandait: « Qui vous a arrêtés pour vous empêcher d'obéir à la vérité? » Personne assurément, car la vérité est présente pour qu'on la discerne et la démontre éternellement.

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / mai 1944

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.