Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

« Vivez! »

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de septembre 1941


D'après une des plus insidieuses croyances de l'esprit humain, la vie éternelle ne s'obtiendrait qu'en passant par l'épreuve appelée la mort. Cette supposition qui subordonne l'immortalité à la prétendue mort a enchaîné la race humaine en l'empêchant de voir le salut tout proche.

A notre époque, les opinions théologiques les plus ancrées se transforment graduellement sous l'action de la Science Chrétienne, fondée sur la Bible. Ézéchiel nous a transmis cette exhortation divine: « Je ne prends point plaisir à la mort de celui qui meurt, dit le Seigneur, l'Éternel; convertissez-vous et vivez! » Des siècles auparavant, Moïse, qui avait saisi la grande vérité de l'être spirituel, disait au peuple d'aimer Dieu, de Lui obéir, et déclarait: « C'est lui, en effet, qui est ta vie et qui prolongera tes jours; » plus tard, David appuya sur la continuité de l'individualité véritable lorsqu'il s'écria: « L'Éternel est la force de ma vie. » D'autres auteurs se rendirent compte que par sa nature même, l'éternité ne peut rien avoir de commun avec la mort et la décomposition. Le Christ Jésus revendiquait la vie toujours présente; en fait il déclarait que Dieu étant sa Vie, lui-même vivait spirituellement; et ceci rendait indissoluble l'union avec le Père.

Le premier des six Articles de foi que Mary Baker Eddy nous donne à la page 497 de Science et Santé avec la Clef des Écritures met en lumière un point capital dans la théologie de la Science Chrétienne; voici ce passage: « En tant qu'adhérents de la Vérité, nous prenons la Parole inspirée de la Bible comme notre guide suffisant à la Vie éternelle. » Acceptant la définition courante du mot « éternel » — « dont la durée est infinie; perpétuel; n'ayant ni commencement ni fin » — la Science Chrétienne explique les faits absolus de la vie et de l'existence. Sa déclaration que l'Esprit seul est Vie se fonde sur « la Parole inspirée de la Bible. »

Parce qu'il y a un seul Dieu et parce que Dieu est la Vie, il n'y a qu'une Vie, dont l'expression est l'homme à la ressemblance de Dieu, de la Vie. C'est dans la Vie que l'homme a toujours existé, qu'il existera toujours. Il n'est pas plongé dans la prétendue vie matérielle par la naissance, il n'en est point expulsé par la mort; et la résurrection n'est jamais un événement matériel. Étant un avec la Vie sans limites, l'homme reflète continuellement l'activité infinie, la joie, l'harmonie de l'Ame. Le tendre rapport qui l'unit à sa source divine le maintient à jamais dans la Vie éternelle.

Lorsqu'on accepte ces faits spirituels, on prend conscience de son union avec la Vie; on sent davantage qu'on est un avec elle, comme Mrs. Eddy le montre dans le passage suivant (Unity of Good, p. 17): « D'heure en heure, dans la Science Chrétienne, l'homme s'unit ainsi avec Dieu, ou plutôt il ratifie une union résolue de toute éternité. » A mesure que le disciple comprend l'existence spirituelle permanente, inépuisable, immuable, toujours présente, il saisit la Vie qui est Dieu; il sait qu'étant la ressemblance de Dieu, il vit maintenant même dans la Vie éternelle.

Parlant à ses disciples, Jésus déclara: « Quant à vous, heureux sont vos yeux, parce qu'ils voient; » en d'autres termes, eux percevaient les faits de l'être spirituel que ne pouvaient comprendre les mondains. C'était non pas les organes de la vue, mais le sens spirituel cultivé qui était sensible à ces vérités. Pour Jésus, l'existence spirituelle était une heureuse réalité, une activité présente. Il l'enseignait, il la manifestait, il la prouvait. C'était la base de toutes ses démonstrations. Lorsqu'il ressuscita Lazare, il n'admit point que Lazare ne fût pas vivant — quoique tous ses amis le crussent mort. Sachant que l'être véritable est immortel, il adressa la parole à Lazare et celui-ci, libéré, sortit du tombeau où l'avait retenu le songe de la mort. Paul prouva la même vérité dans le cas d'Eutyche; et Pierre à Joppé en donna la démonstration, rappelant à la vie Tabitha.

Le grand Maître dit: « C'est ici la vie éternelle, qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. » Saisir ces faits essentiels de la Vie est chose indispensable. Jésus déclara que ceux qui le suivraient et garderaient sa parole, ses préceptes, ne verraient jamais la mort. Il promit la réalisation de la vie éternelle par la compréhension de Dieu et du Christ en tant que Fils de Dieu, expression de la Vie.

Grâce à son pur sens de la Vie, Jésus éclairait ceux qui avaient recours à lui et soulageait leur infortune. Leur faux sens d'une vie matérielle s'atténuait et se transformait devant sa pure conscience de la Vie infinie, incorporelle. Pour qui venait à lui, sa compréhension de l'être réel accomplissait d'apparents miracles. Il guérit des membres desséchés, il nourrit les foules, il rendit la santé aux malades, démontrant pour eux le fait actuel de l'harmonie, de l'activité et des ressources suffisantes.

Aujourd'hui comme à l'époque de Jésus, la plupart des hommes, croyant à la réalité de la matière, sont ballottés par le sens matériel de l'existence. L'esprit humain croit facilement que des forces extérieures peuvent le gouverner et produire certains effets; il a plus de peine à comprendre qu'il peut maîtriser les circonstances adverses par la perception et la réalisation de la vérité spirituelle. Mais la croyance à la pseudo-vie matérielle ne saurait cacher les vérités de l'être divin ou s'interposer entre Dieu et l'homme, car la révélation nous montre ce fait exposé par notre bien-aimée Leader (Non et Oui, p. 19): « Alors que l'homme matériel et les sens physiques ne reçoivent aucune idée spirituelle et ne perçoivent aucune sensation de l'Amour divin, l'homme spirituel et ses sens spirituels absorbent la nature et l'essence de l'infini individuel. »

La Science Chrétienne a révélé que l'apparente vie matérielle est un faux concept de l'entendement charnel. Cet entendement, qui est « inimitié contre Dieu, » contre la Vie, prétend avoir un commencement et une fin; on voit donc que c'est un songe, qu'il est transitoire, irréel, dépourvu de substance, inexistant. L'homme mortel, éprouvant les plaisirs et les douleurs du sens matériel, est une illusion qui ne perçoit point l'existence réelle dans la Vérité ou la Vie. Le vrai homme est spirituel, il vit éternellement dans le royaume de l'Esprit, tout à fait en dehors du sens matériel.

C'est en vivant, en prouvant, en reflétant la Vie qu'on apprend à vivre; il faut savoir de quoi il s'agit et ce qui nous est demandé afin que nous nous réveillions du songe de la vie dans la matière pour connaître la réalité et la présence de la vie en Dieu. Ce réveil ne nous affranchit pas soudain de toute croyance à la matérialité; mais il ne nous prive d'aucune joie légitime. Il n'abolit pas immédiatement les luttes contre le témoignage des sens matériels; néanmoins petit à petit, dans la mesure où la lumière déplace les ténèbres de la croyance matérielle, nous nous appuyons moins sur la matière et ses prétentions, et ses faux attraits perdent leur influence.

Lorsque Dieu et Sa création spirituelle nous deviennent plus distincts, plus réels, nous arrivons peu à peu à nous considérer comme étant spirituels et non matériels. Graduellement disparaissent les croyances irréelles qui depuis longtemps semblaient faire partie de notre moi. Telles les brumes que dissipe le soleil levant, on voit s'évanouir l'acceptation tacite des limitations imposées par des lois cruelles dont l'origine est purement humaine. L'horizon mental et spirituel s'élargit, il embrasse toujours davantage la grandeur et la perfection de l'univers spirituel; à mesure que la pensée reflète l'Amour divin, on prend mieux conscience de la Vie éternelle et de l'unité avec Dieu. La pensée qui s'élève commence à saisir la réalité de la Vie divine, ici même et dès maintenant; elle voit l'homme en tant qu'idée de la Vie, reflétant toutes les qualités divines. Alors nos journées ne sont plus tristes ou monotones, car avec zèle nous nous efforçons de démontrer que l'être réel, c'est l'Entendement et son idée.

Dès lors nous commençons à connaître la joie de vivre — expression à laquelle on donne souvent un faux sens, mais qui doit représenter la joie de vivre consciemment en Dieu. Les faits spirituels de la Vie se manifestent par des preuves; le bien devient plus naturel, les amis plus sincères, le monde plus beau. Tout cela indique une meilleure compréhension de la réalité spirituelle. Ainsi, par le sens spirituel, nous nous assimilons « la nature et l'essence de l'infini individuel; » nous sommes de vrais témoins, car le monde peut voir l'amélioration qui s'est produite chez nous sous le triple rapport du bonheur, de la santé, de la sainteté. Bien-aimés frères, « convertissez-vous et vivez! »

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / septembre 1941

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.