Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

Une étoile de Noël

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de décembre 1993


Dans mon pays, Noël est la période la plus sombre de I’année. A quatre heures de I’après-midi, on n’a déjà presque plus de lumière. C’est pour cela que j’aime tant les illuminations de Noël qui décorent joyeusement les maisons et les arbres de notre quartier. Quand on voit toutes ces lumières, ces petits points brillants sur chaque maison, on en oublie presque la nuit, même quand elle est sombre et froide.

Une année, quelques semaines avant Noël, j’ai aperçu par la fenêtre, sur la façade de la maison voisine, I’étoile de Noël la plus brillante et la plus parfaite qui soit. Lorsque ma fille a confié à la dame de cette maison que cette étoile nous plaisait beaucoup, la voisine lui a expliqué que son mari I’avait fabriquée en soudant des cintres sur lesquels il avait fixé, avec du papier collant, des guirlandes électriques comportant plus de deux cents ampoules minuscules. Cette explication nous a fait apprécier I’étoile encore davantage.

Le jour suivant, on sonnait à la porte: c’était notre voisin avec une magnifique étoile en cintres pour nous. Il ne lui manquait plus que les lumières. Nous étions ravis, et très impatients de faire, à notre tour, briller notre étoile.

Mais quand nous nous sommes procurés les guirlandes électriques et avons commencé à les placer sur l’étoile, nous nous sommes aperçus que c’était bien plus difficile que nous ne l’avions cru. Après avoir enfin réussi à les entortiller autour des cintres, nous avons constaté que plusieurs ampoules avaient grillé, laissant des branches de l’étoile dans le noir. Une étoile sans lumière ou partiellement éclairée n’est plus du tout une étoile.

Quelques jours après, à force de passer devant cette étoile assombrie, nous avons fini par comprendre quelque chose sur Noël et sur I’importance de la lumière et de I’amour de Noël. Depuis plusieurs jours, mes enfants étaient très préoccupés par le nombre de cadeaux qu’ils allaient recevoir: ils discutaient du moment où il faudrait les ouvrir et se disputaient plus que d’ordinaire. Nous avons parlé de notre étoile de Noël qui était si inutile sans ses lumières. Nous avons compris qu’un Noël accompagné des cadeaux les plus merveilleux, des fêtes et des réunions les mieux organisées, mais où manqueraient I’amour, et la joie de partager, pourrait nous laisser tristes et déçus. Si, en premier lieu, nous écoutions Dieu, I’Amour, puis obéissions à cet Amour dans nos paroles, nos pensées et nos actes, ce serait comme si nous allumions les guirlandes sur notre étoile de Noël.

La Bible nous apprend que les Rois mages ont suivi, il y a bien des années, une certaine étoile de Noël qui les a conduits jusqu’à I’enfant Jésus. Tout le monde aurait pu voir et suivre cette étoile dans le ciel, mais la Bible nous dit que seuls quelques bergers et les Rois mages sont arrivés jusqu’à la crèche. Pourquoi ? Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grandes foules, de longues files qui se dirigeaient vers l’endroit où se trouvait ce bébé, des files comme celles que l’on voit dans les supermarchés ou à l’entrée des stades lors des grands matches ?

Une qualité très importante était exigée de ceux qui étaient guidés vers la crèche. Ils devaient être prêts à recevoir le message ou le signal. Les bergers se trouvaient dans des champs silencieux, loin du remue-ménage de la ville. Attentifs, ils gardaient leurs troupeaux. A l’heure où la plupart des gens dormaient, eux veillaient. Quant aux Mages, remplis de sagesse, ils consacraient leur temps à la recherche d’idées meilleures. Pour pouvoir tout quitter, ils avaient tous dû être très humbles et très obéissants. Ils ont été conduits vers un nouveau-né. C’était l’enfant Jésus qui, plus tard, allait donner au monde la réelle signification des promesses de Dieu et montrer que l’amour de Dieu a le pouvoir de guérir tout mal. Les bergers comme les Mages ignoraient ce qui allait se produire dans l’avenir, mais ils sentaient que quelque chose de merveilleux transformait le monde, et ils voulaient honorer et comprendre cette merveille.

Bien sûr, quand nous célébrons Noël aujourd’hui, nous n’allons pas vers la crèche, comme les Mages ou les bergers, pour trouver Jésus, le nouvel enfant. Mais Christ Jésus nous a beaucoup appris sur Dieu. Il vivait l’amour, il nous a montré comment guérir; tout cela est toujours ici. Chaque fois que nous recevons en silence les pensées qui viennent de Dieu, chaque fois que nous aimons sincèrement, chaque fois que nous prions, nous voyons l’étoile et nous la suivons vers le Christ, la Vérité, que Jésus vivait. Nous sommes sages et vigilants. Rien ne nous oblige à réserver ces attitudes pour un certain jour appelé Noël. Nous pouvons vivre ainsi tous les jours si nous le voulons.

Dans Science et Santé, Mary Baker Eddy écrit: « Christ exprime la nature spirituelle, éternelle de Dieu » Science et Santé, p. 333., et nous pouvons trouver le Christ, cette nature véritable de Dieu, en acceptant d’abandonner les anciennes façons de penser (la tendance à se disputer, à se montrer égoïste, à vouloir compter ses cadeaux) tout comme les bergers et les Mages ont laissé leurs troupeaux et leur maison pour trouver quelque chose de plus merveilleux que tout cadeau matériel: l’amour que Dieu porte à chacun de nous. C’est ce qui est le plus important dans l’idée de Noël, parce que tout devient meilleur dans notre vie. Nous en venons à sentir l’amour immense que Dieu a pour nous, et nous voyons que nous sommes les enfants précieux de Dieu: nous sommes spirituels, beaux et purs. La lumière éclatante du Christ, la Vérité, nous dit que Dieu est ici-même avec nous, toujours.

En manifestant cette Vérité, nous ferons briller notre lumière comme une étoile de Noël bien visible. Notre amour et notre générosité aideront d’autres personnes, dont la vie ne sera plus si sombre ni si triste. C’est alors que nous ferons ce que Christ Jésus, une fois adulte, a recommandé à tous ses disciples: « Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. » Matth. 5:16. Si nous nous mettons tous ensemble à briller, quelle lumière splendide !

P.S. Nous avons enfin réussi à faire briller notre étoile à la fenêtre et nous avons passé un excellent Noël !

Il vint par une claire nuit
Ce chant si glorieux ;
Les anges, à la terre ont dit
Ces mots du Roi des Cieux:
« Aux hommes, bonne volonté,
Ayez la paix au cœur » ;
Le monde écoute avec douceur,
Les anges ont chanté.

Extrait du cantique n° 158 de l’Hymnaire de la Science Chrétienne

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / décembre 1993

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.