Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer

Jamais trop « âgé » pour une nouvelle carrière

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de janvier 2013

Original en portugais


« Je suis trop âgé pour qu’on m’embauche… »

 « Si j’étais plus jeune, je retournerais à l’école pour changer d’activité
professionnelle… » 

Quand on cherche un emploi après être resté un certain temps en dehors du monde du travail, on peut avoir parfois ce genre de pensées.

Après la naissance de mes quatre enfants, j’ai cessé de travailler pour me consacrer à ma famille, ce qui m’a apporté beaucoup de joie. Mais quand je me suis rendu compte que j’avais passé la quarantaine, que mes enfants avaient grandi et qu’ils étaient à présent indépendants, j’ai souhaité pouvoir me rendre utile à d’autres personnes.

Pour occuper mon temps, j’ai d’abord suivi des cours de dessin et de peinture. Certains de mes tableaux ont été exposés et j’en ai vendu quelques-uns. Mais mon objectif premier n’était pas atteint : être davantage utile à mon prochain.

Dans Science et Santé avec la Clef des Écritures, Mary Baker Eddy écrit : « Si vous travaillez et priez avec des mobiles sincères, votre Père vous ouvrira le chemin. » (p. 326) Mon mobile était juste : aider les autres par mon travail. Alors qu’est-ce qui pouvait m’empêcher d’exprimer l’amour et la vitalité de Dieu ? L’activité intelligente de la Vie pouvait-elle s’arrêter ? Certainement pas ! Étant donné que l’homme (terme générique incluant tous les hommes et toutes les femmes) est « un » avec Dieu, aucune circonstance ne peut nous empêcher d’exprimer pleinement les qualités de notre divin Père. 

Quand nous nous focalisons sur Dieu, et non sur le témoignage chaotique des sens matériels, nous comprenons que notre vrai travail consiste à vivre le dessein prévu par Dieu pour Ses enfants – dessein qui se déroule constamment. Dieu nous guide harmonieusement tout au long du chemin, comme j’ai pu le constater dans ce que j’ai vécu. 

L’école d’art que je fréquentais proposait également un cours pour apprendre à fabriquer des poupées. Sachant cela, une de mes amies m’a donné une poupée pour que je la reproduise durant ce cours. Elle pensait l’utiliser pendant des sessions pratiques destinées à aider les femmes dans leur rôle de futures mères.

Mais le professeur m’a dit que la reproduction de cette poupée nécessitait un travail trop difficile et trop méticuleux. Quand j’ai expliqué la situation à mon amie, elle m’a répondu : « Eh bien, toi, tu n’as qu’à le faire quand même. » 

Cette semaine-là, j’avais étudié l’histoire de Samuel dans la Bible, et ces mots me sont revenus à l’esprit : « Parle, car ton serviteur écoute. » (I Samuel 3:10) J’ai entendu dans les paroles de mon amie un appel divin qui m’était destiné. J’ai alors répondu : « D’accord ! » 

J’avais confectionné des couches pour ma fille, vingt ans auparavant, et je m’étais dit à l’époque que la couture n’était pas mon fort. En plus, ma machine à coudre semblait irréparable. À ma grande surprise, un réparateur m’a assuré du contraire. J’y ai vu le signe que je pouvais aller de l’avant avec mon projet.

Avant de commencer le travail, j’ai prié Dieu ainsi : « Père, j’ai le sentiment que c’est Ta volonté que je m’engage dans cette voie, car tout se déroule si naturellement. Guide-moi ! Je sais que j’ai la même intelligence que celle qui inspire une couturière ou une modéliste dans son travail, car toute créativité et toute connaissance viennent de Toi, et sont reflétées par tous Tes enfants. »

La loi de Dieu est une loi de progrès, et son accomplissement ne peut être entravé ni par l’âge ni par aucune autre pensée limitée.

En examinant la poupée plus attentivement, j’ai vu que je pouvais améliorer quelques détails en redessinant le patron. Je mettais ainsi à profit ce que j’avais appris auparavant pendant mes cours de dessin et de peinture. Dieu m’avait donc préparée à ce nouveau travail. 

Lentement mais sûrement, j’ai réussi à dessiner, découper et coudre la poupée. Mon amie a remarqué les changements apportés et m’a complimentée pour mon travail. La semaine suivante, elle m’a reversé l’argent de la vente de la poupée et m’a demandé si j’acceptais d’en fabriquer deux autres. Une semaine plus tard, j’en ai refait deux autres, et avec le temps, les commandes ont augmenté. J’y ai vu le résultat de mes prières exprimant mon désir d’être guidée par Dieu. 

Chaque fois que j’avais la possibilité de créer un nouveau modèle, je demandais à Dieu de m’inspirer, puisque ces articles étaient destinés à bénir les futures mamans et leurs bébés durant l’accouchement et la période d’allaitement. 

J’aime méditer ce passage de Science et Santé : « Bien commencer, c’est bien finir. […] L’Entendement divin est l’unique cause ou Principe de l’existence. » (p. 262) Mon désir initial était de rendre service aux autres, et le résultat de ma prière s’est révélé à travers la volonté de Dieu. Comme l’Entendement divin est la seule cause, les conséquences de cette entreprise ne pouvaient qu’être harmonieuses. Les nouveaux articles que j’ai créés ont toujours été bien accueillis, et j’ai été conduite à les commercialiser.

À la date d’aujourd’hui, j’ai créé plus d’une centaine d’articles. Chaque poupée vendue a pour mission de propager l’amour. Une très bonne amie, qui me soutient dans ce projet, considère que ces poupées participent au déroulement du bien au bénéfice de tous. De fait, notre affaire permet à des employés de subvenir aux besoins de leurs familles ; les éducateurs sociaux qui conseillent les femmes enceintes disposent d’un bon matériel de travail ; les mamans apprennent à s’occuper tendrement de leur bébé ; et les bébés sont bénis !

Mon affaire continue de croître depuis ses tout débuts, il y a six ans. Nous avons développé une clientèle à travers tout le Brésil et à l’étranger.

C’est grâce au déroulement naturel de l’action divine que je suis devenue fabricante de poupées, éducatrice sociale et « doula » (personne sans formation médicale qui assiste les femmes avant, pendant et après leur accouchement). C’est là une très belle preuve que la loi de Dieu est une loi de progrès (voir Science et Santé, p. 233) ! Son accomplissement ne peut être entravé ni par l’âge ni par aucune autre pensée limitée. 

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / janvier 2013

La mission du Héraut

« ... proclamer l’activité et l’accessibilité universelles de la Vérité toujours disponible... »

(Mary Baker Eddy, La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 353)

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.