Skip to main content

Le but commun de nos conférences de la Science Chrétienne : émanciper la race humaine

Tiré du Héraut de la Science Chrétienne de décembre 2016

Publié à l’origine en anglais dans le Christian Science Journal d’août 2016


« Mettre fin aux mensonges », « défier l’indifférence universelle », rendre témoignage à la « méthode du Christ pour comprendre la Vie » et « proclamer la Vérité de façon si irrésistible qu’une affection ardente et honnête pour la race humaine s’avère à même d’émanciper cette race ». Ce sont là quelques-unes des directives transmises par Mary Baker Eddy au Conseil des conférences dans une lettre publiée par la suite dans La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées. (Voir la lettre en entier p. 248-249.)

Ces derniers mois, nous avons reçu de très beaux témoignages de guérisons survenues durant nos conférences, guérisons notamment d’une blessure au dos, de problèmes de vue, de verrues, d’une jambe paralysée, d’une grosseur au sein et de la cécité. Une personne a écrit que, pour la première fois en presque vingt ans, elle avait senti la présence de Dieu. Une autre, qui s’efforçait depuis longtemps, mais en vain, de sentir l’amour de Dieu, est désormais consciente de cet amour. Nous avons également entendu parler de la résolution de problèmes d’argent et de chômage, juste après une conférence.

Des gens, seuls ou en famille, viennent à l’église pour la première fois, d’autres reviennent après avoir pris leurs distances pendant des années. Des membres de divers groupes confessionnels, y compris du clergé, ont reconnu s’être débarrassés de concepts inexacts concernant la Science Chrétienne. Peu après avoir entendu une conférence donnée par une organisation de la Science Chrétienne à l’Université, une femme aumônier adjoint d’une autre religion a déclaré avoir contribué à corriger des concepts erronés concernant la Science Chrétienne, lors d’un colloque interreligieux, quand certains participants énonçaient des contrevérités. Après avoir assisté à une conférence, des professionnels de la santé ont reconnu que la lecture de Science et Santé leur avait beaucoup apporté. Des personnes n’ayant entendu que des bribes d’une conférence – des gardiens de prison, par exemple – ont même voulu se procurer le livre. Un preneur de son a déclaré à un conférencier qu’il en avait déjà lu trente pages en attendant que les gens quittent la salle à la fin de la conférence.

Ces témoignages nous parviennent du monde entier, quelle que soit la taille des églises.

Plutôt que de proposer des conférences portant sur un sujet particulier (la violence, la dépendance, le chômage, etc.), nous comptons proposer des conférences qui aborderont le problème se cachant derrière le problème, pour ainsi dire. Si cette approche atteint son objectif, les gens quitteront la salle non seulement avec des réponses concernant un sujet personnel ou sociétal, mais également avec une nouvelle compréhension de « la Vie dans et de l’Esprit » (Mary Baker Eddy, Ecrits divers 1883-1896, p. 24). Ils sauront également où trouver davantage de renseignements. C’est cette « méthode du Christ pour comprendre la Vie », qui est au cœur de la découverte exceptionnelle de Mary Baker Eddy, que nous nous efforçons d’expliquer clairement. En ce sens, notre premier objectif est de corriger les conceptions erronées au sujet de la Science Chrétienne, et de donner une idée juste de Mary Baker Eddy et de ce qu’elle représente pour le monde. (Voir les dispositions statutaires relatives au Conseil des conférences dans le Manuel de l’Eglise de Mary Baker Eddy, à partir de la page 93.)

L’effet de levain d’une conférence ne dépend pas plus du conférencier que des membres qui organisent l’événement. De belles paroles et un mobile juste ne suffisent pas à eux seuls à éliminer les conceptions erronées et à guérir. C’est l’esprit de Vérité, le Christ dans la conscience humaine, qui agit en ce sens, c’est pourquoi le conférencier et ceux qui organisent la conférence s’unissent sur un pied d’égalité pour reconnaître la présence du Christ, sous de nouveaux angles, avant, pendant et après la conférence. Les conférences guérissent seulement dans la mesure où ce travail est accompli. 

On pourrait dire aujourd’hui que des milliards « d’esprits sans préjugés – humbles chercheurs de la Vérité, voyageurs fatigués et altérés dans le désert – attendent et veillent pour obtenir le repos et le boire » (Mary Baker Eddy, Science et Santé avec la Clef des Ecritures, p. 570). Sachons alors que ce que nous pourrions parfois considérer comme un manque de réceptivité n’est pas la représentation exacte des pensées ou du caractère de la personne – pas plus qu’une maladie ou un accident. En approfondissant nos propres découvertes sur la nature véritable de l’homme, ici et maintenant, et notamment la réceptivité innée de chacun à l’esprit de Vérité, nous sommes bien mieux armés pour voir et démontrer cette réceptivité dans notre propre ville.

Cela ne veut pas dire que tout le monde va venir assister à une conférence ou se mettre à étudier la Science Chrétienne. Mais il est beaucoup plus facile d’avoir une conversation sur la Science Chrétienne quand on reconnaît que chaque individu est déjà relié à la Vérité universelle et l’aime naturellement. 

Pour éliminer les conceptions erronées au sujet de la Science Chrétienne et de sa découvreuse, et pour proclamer la Vérité « victorieusement », avec le degré d’affection évoqué par Mary Baker Eddy dans sa lettre au Conseil des conférences citée plus haut, il est nécessaire de communiquer des idées profondes et inhabituelles avec une très grande humilité et d’une façon universellement accessible. Nous sommes reconnaissants de constater que c’est déjà le cas, et nous sommes bien décidés à nous engager plus avant dans cette voie. Nous souhaitons que chacun se sente à l’aise, en confiance, et même enthousiaste, à l’idée d’inviter ses amis, ses collègues ou les habitants de son quartier à une conférence de la Science Chrétienne.

Tandis que nous allons de l’avant, nous vous invitons à nous faire part de vos commentaires en français à : lecture@christianscience.com. Vous pouvez aussi nous relater les bons résultats de vos conférences et nous faire part de vos idées pour qu’elles soient encore plus efficaces. Nous tenons également à ce que vous sachiez combien nous apprécions votre coopération. L’accomplissement de la vision de Mary Baker Eddy concernant la mission du Conseil des conférences est une démonstration collective de tous les membres de notre Eglise.

Tom McElroy
Manager, Conseil des conférences de la Science Chrétienne

Publié à l’origine en anglais dans le Christian Science Journal d’août 2016

ACCÉDEZ À DES ARTICLES AUSSI INTÉRESSANTS QUE CELUI-CI !

Bienvenue sur Héraut-Online, le site du Héraut de la Science Chrétienne. Nous espérons que vous apprécierez l’article qui vous est envoyé.

Pour avoir le plein accès aux contenus du Héraut, activez le compte personnel qui est associé à tout abonnement au Héraut papier ou abonnez-vous à JSH-Online dès aujourd’hui !

More in this issue / décembre 2016

La mission du Héraut

Chaque exemplaire du Héraut renferme la bonne nouvelle de la perfection de l'homme à la réflexion de Dieu, et de son état réel d'idée spirituelle, plutôt qu'une personnalité mortelle se trouvant dans un lieu déterminé. Le Héraut révèle à ses lecteurs leurs capacités, les opportunités illimitées qui sont les leurs, et leur liberté et leur noblesse d'enfants de Dieu.

Mildred W. Willenbrock, Le Héraut de la Science Chrétienne, d’octobre 1963 

En savoir plus sur le Héraut et sa mission.